Dossiers

Led Zeppelin 1969 # 2

Led Zeppelin
1969 en chansons suite de #1
Publié le 27 juin 2022

            Par Mel Dee

1969, l’année magique et psychédélique, nos héros jeunes et créatifs. 

Quelques mois après la formation officiel du groupe, l’année 1969 a vu naître deux albums, Led Zeppelin I sorti le 12 janvier et Led Zeppelin II, le 22 octobre sous le label Atlantic Records. Projet trop ambitieux que voici, choisir trois titres pour chaque album. Je pense avoir changé de sélection 4 ou 5 fois, mais toujours avec le cœur et la logique cette fois-ci, je ne peux parler de l’année 1969 sans parler de Whole Lotta Love. Avec Page et son meilleur riff  de guitare de tous les temps, Plant, sa voix envoutante et ses cris érotiques, cette chanson est tout simplement un hymne sensuel, hypnotisant et immortel. 

Je n’aurai pas pu maintenir mon cœur à l’intérieur de ma cage thoracique si j’avais vu Led Zep interpréter ce titre sur scène, je n’ai pu le faire en étant au premier rang devant Robert Plant et the Strange Sensations, lorsque les premières notes de cet hymne ont surgi.  Un souvenir incroyable.

Le simple Whole lotta love est sorti le 7 novembre 1969, Olympic Studios, avec en face B le titre Living Loving Maid (She’s Just a Woman). Plant, Page, Jones et Bonham s’inspirent des  chansons You Need Love et Back Door Man de Willie Dixon, la chanson devient le plus grand succès de l’histoire de Led Zeppelin et la plus connue du groupe.

Whole Lotta Love a été interprétée pour la première fois le 26 avril 1969 au Winterland Ballroom, San Francisco, Californie

Riff légendaire et thérémine

Le riff de Whole Lotta Love, à été classé meilleur riff  de guitare de tous les temps en 2014 par un panel d’auditeurs, de critiques, de DJs et de producteurs sur la BBC Radio et en 2021 par les magazines Total Guitar et Guitar World. 

Jimmy page, durant une présentation de Whole Lotta Love en 1973. source: openculture.com

L’album

« C’était vraiment fou. Nous écrivions les titres à l’hôtel, et ensuite nous enregistrions la piste rythmique à Londres, ajoutions les chants à New York, les overdubs d’harmonica à Vancouver pour revenir à New York terminer le mixage » Robert Plant 

Plusieurs considèrent cet album comme la véritable naissance du heavy metal. Pour Led Zeppelin II , tout comme Led Zep I : le succès est fulgurant et le Heavy Métal naquit.  L’album a changé la vie de beaucoup de musiciens, les plus grands du monde de la musique sont subjugués et influencés. Chaque titre est une pièce d’art composé entre les spectacles, enregistré et mixé dans différents studios. Les expérimentations de Page sur scène donnent naissance à des riffs fous qui marquent particulièrement cet album. Page produit l’album en collaborant avec l’ingénieur du son Eddie Kramer, connu pour avoir travaillé avec Jimi Hendrix, le résultat est juste incroyable. 

En chiffres
129 semaines en 1ere position au Royaume Uni
2e place des charts américains pour le simple Whole Lotta Love
20 semaines en 2e position des top singles au Canada en 1970 pour le titre Whole Lotta Love
12 fois disque de platine aux USA en 1999

Liste des titres

Face A
1. Whole Lotta Love
2. What Is and What Should Never Be
3. The Lemon Song
4. Thank You (en)

Face B
5. Heartbreaker Led Zeppelin
6. Living Loving Maid (She’s Just a Woman)
7. Ramble On
8. Moby Dick (instrumental)
9. Bring It On Home

La pochette 

La pochette de Led Zeppelin II 

La pochette qui a valu à son concepteur David Juniper une nomination aux Grammy Awards pour la Meilleure pochette d’album en 1970. Juniper propose le concept d’une vieille photographie de la Jasta, une escadrille de chasse allemande de la Première Guerre mondiale, sur laquelle apparaît le célèbre Manfred von Richthofen les membres du groupe, le manager Peter Grant et Richard Cole. La femme est Delphine Seyrig, alias Marie-Madeleine dans le film Mister Freedom (1969). Le dernier visage ajouté est celui du bluesman Blind Willie Johnson. L’album est souvent appelé « Brown Bomber » en référence à la couleur de sa pochette.

Led Zep le 03 mars 1969 à Londres. Photo: Jimmy Page Collection

Thank you est pour moi un mot que tous les fans ont tatoué sur leurs cœurs, car les musiciens ne sont point les seuls dont la vie a changé grâce à Led Zep, mais des millions de cœurs qui battent pour notre quatre quarts magique. Beaucoup d’entre nous sont bien émus à l’écoute de la chanson Thank you, une ballade qui vient bercer le noyau du Heavy Métal et du Hard Rock . La rythmique est électrique et le solo est acoustique, de la magie blanche à la Jimmy Page. Robert Plant avec un texte dédié à Maureen, sa femme à l’époque, démontre encore son talent de parolier.

What Is and What Should Never Be ou Ramble On, Heartbreaker ou Moby Dick? Voyez à quel point cet album encore, est un recueil de chef-d’œuvres. Pour notre dernier arrêt pour cet article, l’hommage à John Bonham s’impose, bien que 11 années avant son décès, Moby Dick, un solo de batterie mythique qui a gravé nos mémoires et le génie de Bonham.

Fait avec passion par une fan, pour les fans anciens, présents et futurs et pour notre gardien du rock Géo Giguère.
Au plaisir de repartir en voyage à bord du Led Zeppelin avec vous, en attendant, voici un petit plaisir :
Pour finir en douceur l’année mythique 1969, la belle chanson What Is And What Should Never Be. Performance donnée au Top Gear de la BBC le 29 juin 1969, tirée de « The Complete BBC Sessions ».

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Led Zeppelin 1972 1973 – FamilleRock.Com

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!

%d blogueurs aiment cette page :