Spectacles

Iron Maiden Paris

Iron Maiden à Paris
Publié le 6 juillet 2022

Texte et photos: Patrick Loiselle

Suite de notre virée en sol français et après quelques jours passés au Hellfest, quoi de mieux que Iron Maiden à Paris pour conclure. Je les avais déjà vus à Paris-Bercy en 2013 lors de la tournée Maiden England, mais cette fois ça se passerait au Paris La Défense Aréna en banlieue de Paris, à Nanterre. La salle est habituellement réservée pour des matchs de rugby. La capacité en mode concert est de 38,000 personnes et le show est sold out depuis des mois.

Une fois sur place et installés à l’hôtel, on ne doit pas perdre de temps, les portes ouvrent à 16h et ça doit débuter à 18:h. Il y a 2 premières parties, Lord of the Lost, que je ne connais pas du tout et Airbourne qu’on a vu la veille au Hellfest.

J’appréhende un peu l’entrée dans la salle, j’avais lu des histoires d’erreurs pour un match de soccer récemment et on voulait être sur place tôt pour éviter tout genre d’ennuis. Finalement ce fut un charme de rentrer, il y avait du monde, mais ça circulait rondement et en 20 minutes on était à nos sièges. On est très bien placés et un spot similaire au Centre Bell serait génial. Ligne du centre, 2e rangée du bas. Le hic, c’est que c’est un stade de rugby et le parterre est immense donc, même si on est bien positionnés on est quand même un peu loin. Mais, comme Maiden ne fait que de l’admission générale au parterre et j’ai amplement donné pendant les quelques jours à Clisson, un siège réservé faisait beaucoup de sens.

17:30 arrive, les lumières se ferment et arrive sur scène Lord of the Lost 30 minutes avant l’heure prévue! Du jamais vu pour moi, mais très apprécié. Pas mauvais et même un peu bizarre. Ça passe quand même bien pendant leur set de 30 minutes. Ensuite, après une pause de 30 minutes c’est Airbourne et son rock australien à la AC/DC qui s’amène. Le show ressemble beaucoup à celui de la veille et ils sont aussi énergiques qu’au Hellfest. La salle s’est de beaucoup remplie et la foule semble vraiment apprécier la prestation. Ils ont joué environ 50 minutes. Maintenant, on se prépare pour la vraie raison de notre présence à Paris.

Iron Maiden et moi c’est une histoire qui a débuté en 1981 quand j’étais au secondaire et je n’ai jamais manqué de tournées depuis celle de NOTB à Verdun, il y a 40 ans jour pour jour. Le 26 juin 1982 était le premier de mes 29 shows de Iron Maiden. C’est vraiment mon groupe fétiche et de dire que j’étais excité est un “under statement “.

20:00 pile arrive et Doctor Doctor de UFO se met à jouer et tout le monde sait ce que ça veut dire, ça commence! Suite à la pandémie, Maiden devait terminer ses engagements de la tournée Legacy of the Beast et le concept était sensiblement le même que ce qu’on a pu voir au Québec en 2019, à la différence près, qu’entre-temps ils ont sorti leur album Senjutsu et qu’ils prévoyaient jouer quelques pièces, donc évidemment certaines pièces de la tournée qu’on a vu devaient être éliminées.

J’avais un peu peur du son, les grandes salles et stades ne sont pas toujours les meilleurs endroits côté sonorité et Maiden n’a pas toujours eu la réputation d’avoir le meilleur son live non plus. Mais ce soir c’était incroyable, tout était clair, les guitares sonnaient incroyablement bien, on entendait la basse de Steve clairement et Bruce était dans une forme splendide. Pour certains la pause de 2 ans les a fait vieillir, mais Bruce semble avoir profité du moment pour se refaire une santé. Il était très heureux d’être sur place, il a parlé en français toute la soirée en remerciant les Parisiens de l’avoir si bien accueilli dans ce qu’il appelle sa 2e résidence. La foule est en feu, ça chante, ça saute et c’est une foule de connaisseurs. Fait le 3e show de Maiden que je vois en sol européen et c’est très différent de chez-nous. Pendant les pièces, on écoute et quand elles se terminent, là on explose. Ici c’est l’inverse, ça hurle pendant et ensuite la foule se calme quand ça se termine. Juste différent.

Le show débute avec 3 pièces du nouvel album, soit Senjutsu (première présence de Eddy en mode Samouraï) Stratego et Writing on the Wall. Suit ensuite Revelations, un des highlights de la soirée. Blood Brothers qui revient après une absence de quelques tournées, Sign of the Cross et son visuel hallucinant, Flight of Icarus avec Bruce et son lance-flamme. Ensuite les gros canons arrivent et ça débute avec Fear of the Dark.

La foule est déchaînée sur le parterre. Suivent ensuite Hallowed, NOTB et finalement Iron Maiden avec l’immense Eddy derrière Nicko. Pour les rappels on a droit à The Trooper avec un Eddy en habit de soldat, The Clansman et Run to the Hills. Autre pause avant une dernière apparition. Winston Churchill se fait entendre et c’est l’intro de Aces High avec le Spitfire et tout. Vraiment pas la pièce la plus simple pour Bruce en fin de concert mais il est encore en pleine voix. Finalement c’est la fin.

Quelle soirée et quelle belle fin de voyage. Définitivement un des meilleurs shows de Maiden que j’ai vu. L’ambiance, le son, les performances individuelles et la FOULE ont rendu l’expérience inoubliable. On les revoit cet automne à Ottawa et espérons un accueil aussi chaleureux de notre part. Définitivement un des grands groupes de l’histoire du Heavy Métal.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!