Chroniques

Histoire du Blues 3

Histoire du Blues Origines #3
La musique à travers les âges
Publié le 11 juin 2022

Par Nathalie Ruscito

 

Elmore James – 27 janvier 1918- 24 mai 1963

Elmore Brooks, sous le pseudonyme d’Elmore James, né le 27 janvier 1918 à Richland, près de Jackson, Mississippi, mort le 24 mai 1963 à Chicago. Il est un guitariste et chanteur américain de blues. Il commence à se produire vers l’âge de 14 ans. Après cinq années de prestations, assez confidentielles dans le circuit classique pour l’époque, des fêtes et pique-niques le jour, alternant avec les tripots et les bars mal famés la nuit. En 1937, il entame une vraie carrière, quand il rencontre les grands maîtres du Delta Blues , entre autres : Robert Johnson et Sonny Boy Williamson II.

Elmore James – Dust My Broom (Chicago Blues Slide Guitar Legend)

Elmore James est connu comme le « roi de la guitare slide ». Il s’est inspiré des performances locales, de Robert Johnson, pour se mettre à la guitare. C’était, en fait, un numéro de Johnson, Dust My Broom,  qui est devenu la chanson signature de James et a jeté les bases de sa carrière d’enregistrement. Première coupe par James, en août 1951, Dust My Broom  contient l’exemple le plus fort de sa signature stylistique : une figure d’ouverture, plongeante sur une octave complète sur une guitare slide. Son influence est cependant allée au-delà de ce seul riff, car on lui attribue pratiquement, le mérite d’avoir inventé le blues rock, en dynamisant des riffs primaires avec une intensité brute et entraînante.

Elmore James – « It hurts Me Too » | Remastered

Discographie d’Elmore James

Au cours de sa carrière, l’artiste a enregistré 29 simples. Avec les grands succès connus, Dust my broom/Catfish blues, en 1951, et la reprise, Dust my broom/I was a fool blues, en 1955, ainsi que, It hurts me too /Elmore’s contribution to jazz, en 1956.

J. B. Lenoir – 5 mars 1929 – 29 avril 1967

 

Il était un guitariste et auteur-compositeur-interprète afro-américain, actif sur la scène blues de Chicago dans les années 1950 et 1960. En 1963, Lenoir enregistre pour USA Records, sous le nom de « J. B. Lenoir and his African Hunch Rhythm », développant un intérêt, pour les percussions africaines. Cependant, il a du mal à travailler en tant que musicien professionnel et, pendant un certain temps, il accepte des emplois subalternes, notamment, celui de cuisinier à l’université de l’Illinois à Champaign. Lenoir a été redécouvert par Willie Dixon, qui l’a enregistré avec le batteur Fred Below, sur les albums Alabama Blues et Down In Mississippi (inspirés par les mouvements des droits civils et de la liberté d’expression). L’œuvre de Lenoir avait un contenu politique direct, lié au racisme et à la guerre du Vietnam.

J.B. Lenoir sings Down in Mississippi

Le documentaire, The Soul of a Man, réalisé en 2003 par Wim Wenders, deuxième volet de la série The Blues de Martin Scorsese, explore la carrière de Lenoir, ainsi que celles de Skip James et de Blind Willie Johnson.

J.B. Lenoir a enregistré plusieurs chansons à son actif. Deux albums, Blues de l’Alabama (CBS, 1966) et JB Lenoir (Polydor/Crusade, 1970). Ainsi que 19 simples et 3 compilations.

B.B. King – 16 septembre 1925 – 14 mai 2015

Riley B. King, connu professionnellement sous le nom de B.B. King, il était un auteur-compositeur-interprète, guitariste et producteur de disques de blues américain. Il a introduit, un style sophistiqué de solo basé sur la flexion fluide des cordes, le vibrato chatoyant et le picking staccato, qui a influencé de nombreux guitaristes électriques de blues, plus tard. AllMusic a reconnu King comme « le guitariste électrique le plus important de la dernière moitié du 20e siècle ». King a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 1987 et il est l’un des musiciens de blues les plus influents de tous les temps, gagnant le surnom de « The King of the Blues », et est considéré comme l’un des « Three Kings of the Blues Guitar » (ainsi qu’Albert King et Freddie King, dont aucun n’est apparenté). King a joué sans relâche, tout au long de sa carrière musicale, apparaissant en moyenne, à plus de 200 concerts par an… jusqu’à ses 89 ans. Il donna sa dernière tournée en 2014.

Son pseudonyme, lui vient de l’époque où il était disc-jockey. Il se faisait appeler, « Beale Street Blue Boy » et très vite B.B. King. Il risqua sa vie pour récupérer sa première guitare dans un incendie de bar.

B.B. King – Lucille

Masters Of Blues / B.B. King – Eric Clapton -SRV – Buddy Guy (And Friends)
B.B. King – « The Thrill Is Gone » (LIVE @ Crossroads Guitar Festival 2010)

Sa carrière discographique s’est étendue de 1949 à 2008. En carrière, il a fait 43 albums studio, 16 albums live et 138 simples.

B.B. King-Rock Me Baby – Live at the Royal Albert Hall 2011

Le Blues du Sud profond possède d’excellents artistes de blues, des légendes qui ont marqué ce siècle. Il y a tant de régions et de styles différents qui font partie du Blues. Je ne sais pas comment nous pourrions y arriver, sans continuer cette chronique, par les différentes formes de Blues, propres à chaque région. J’aimerais ne pas oublier de grands noms, les précurseurs et les musiciens auteurs-compositeurs, qui ont inventé le Blues. Contrairement à d’autres styles, le Blues regorge d’artistes qui ont écrit et chanté leur propre vie. Il ne faudrait, surtout pas oublier les femmes qui ont marqué leur époque, chantant si bien le Blues à leur façon. Aussi, je consacrerai des articles, spécialement pour elles. Seul le classique possède ses particularités à part entière, autrement, toute musique dite populaire, est un dérivé du Blues.

Route 66 Road 66 — reconnue pour la route du Blues. Dans les prochains articles, je vous parlerai des routes du blues, du sud des États-Unis. Prenant soin d’énumérer ses différentes régions qui a fait naître le Blues. Incluant, les styles respectifs, les instruments utilisés et les artistes précurseurs qui ont marqué le siècle. Et ce, bien avant la naissance du king Elvis Presley et de l’air du Rock’N’Roll.

Nous commencerons avec le style Mississippi Blues qui donna son nom au Delta Blues. Avec, des artistes pionniers du Delta Blues, Shines Johnny, Robert Wilkins, John Lee Hooker, Mississippi John Hurt, Robert Johnson et Big Joe Williams, entre autres, à lire, prochainement.

Histoire du blues #1

Histoire du blues #2

Cet article est commandité par

 

Remerciement spécial ;
Merci, à Johanne Jodoin, pour ta précieuse aide !

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!