Dossiers

Éric Roger poète chanteur

Poète de l’underground
Éric Roger
Publié le 19 septembre 2022

Par Guillaume Lévesque

L’an dernier, j’ai eu la chance de relater l’histoire des fanzines au Québec. C’est en fouillant dans ces magazines photocopiés ou numérisés, que j’en ai appris plus sur Éric Roger. Il a pu aussi me conseiller pour mon article sur les fanzines, car il était lui-même correspondant dans la scène du « Tape Trading » et il y a mention de sa première performance avec Slayed Nekros dans Mental Absurdity vol 1.

Dans le livre L’évolution du métal québécois, on parle aussi de ses contributions à la scène montréalaise underground des années 80. Aujourd’hui, le sujet est un peu différent. Je me penche un peu plus sur Éric Roger, ses projets et ses souvenirs de la scène métal de l’époque.

Éric est comme moi un grand fan de musique métal et underground en général , mais il faut dire qu’on n’est pas de la même génération. À la télévision, Éric a plus grandi avec Patof (1978) et moi avec l’émission Bouldogue Bazar (1995). Sinon, c’est vraiment au début des années 80 qu’il découvre la musique métal avec Accept et l’album Balls to the Walls.

Aussi, si on retrace l’un des premiers groupes marquant pour lui dans Ville-Émard, son quartier, je dirais que c’est Fair Warning avec l’album You are the Scene. Un disque qui démontrait que c’était possible de faire de la musique underground, de l’enregistrer et de la diffuser. La musique métal était à cette époque encore à ses débuts, mais comptait déjà de nombreux jeunes adeptes. Il m’a raconté qu’à sa polyvalente, il avait pu faire rencontrer le groupe Voivod et leur gérant avec le directeur de la polyvalente. Le résultat fut le fameux show de Voivod à la polyvalente St-Henri le 5 avril 1985 avec DDT en première partie.

Éric a aussi été correspondant pour le journal Pop Rock de 1984 à 1985. C’est un peu par hasard qu’il a fait ses premiers pas dans notre journal. En fait, c‘est tout simplement en rencontrant Ricardo Langlois par correspondance. Il était à cette époque journaliste pour Pop Rock.  En fait Ricardo avait un peu de difficulté avec l’anglais et voulait de l’aide pour ses articles et ses entrevues enregistrées sur cassettes.

Ricardo Langlois et Éric Roger

Éric avait déjà à ce moment le goût d’écrire et c’est vraiment grâce à son expérience avec Pop Rock qu’il a pu extérioriser sa passion. Pour le journal, il a pu assister à plusieurs concerts légendaires comme le show au Palladium en août 85. Il a pu y interviewer Metal Church, Exodus, Agent Steel, Hallows Eve et Slayer.

Éric Roger avec Kerry King de Slayer

Éric garde de bons souvenirs de sa rencontre avec Kerry King et Tom Araya cette soirée là. Un autre musicien qui l’a vraiment marqué c’est bien Paul Balof avec sa personnalité hors du commun. Il pouvait être là assis dans son coin à rire tout seul. Il a rencontré et interviewé de nombreux autres groupes comme Razor,D.R.I et Loudness. Pour Loudness, c’est un peu spécial. C’était une entrevue téléphonique préparée par le gérant du groupe. Nos deux
comparses devaient faire la traduction simultanément car Minoru Niihara de Loudness ne parlait pas beaucoup anglais étant donné qu’il est japonais. C’était un peu une expérience à la Almost Famous. On peut retrouver ces articles dans les anciens numéros de Pop rock et surtout dans les numéros spéciaux consacrés au heavy metal.

J’ai utilisé jusqu’à maintenant le terme « Métal », mais ça pourrait aussi être Grindcore, Death Core ,Punk.  Il faut comprendre que les appellations des différents types de musique bruyante n’était pas aussi codifiée qu’aujourd’hui.

Le premier groupe d’Éric s’appelait Slayed Nekros et le premier show du groupe aurait dû avoir lieu à la maison des jeunes de St-Hubert avec aussi le groupe Toxic Waste. Malheureusement le show a été interrompu par la police après 3 chansons à cause de diverses plaintes. Je vous conseille d’écouter la chanson Skyppy Hate : une version hardcore de la célèbre chanson d’émission australienne. Il est possible d’écouter leur demo intitulé Noise sur le net.

Pour ce qui est de Human Aspect le deuxième groupe dans lequel Éric a chanté, le groupe a été formé avec le même batteur : Martin Auger. Par contre, avec un nouveau guitariste : Pete Sergery, qui a apporté une touche de métal néoclassique dans le style à Yngwie Malmsteem au groupe. Il s’agit là d’une version plus technique et plus posée de leur musique comparativement à leur début. Pour les curieux, il existe sur youtube un petit documentaire consacré au groupe.

Le petit poisson est devenu avec les années un classique de la musique au Québec. J’ai su la genèse de cette chanson culte. Elle a été composée par Benoît Courtois et Eric Roger pendant des jams au centre-ville de Montréal chez Benoît. Il y avait à l’origine 3 compositions de faites comme Odeur de crapaud, mais c’est Le petit poisson qui est resté dans les mémoires . Dan de Damnation aimait bien la chanson et il décida de l’adapter pour son groupe. Éric a déjà chanté la chanson avec le groupe plusieurs fois, mais c’est la reprise du groupe B.A.R.F. qui est la version la plus connue. Cette chanson a vraiment fait tout un bout de chemin jusqu’à aujourd’hui.

Aujourd’hui, Éric est toujours actif dans le domaine du langage et des arts du spectacle. En plus du journal Pop Rock, il m’a confié ses deux autres écoles dans le domaine des mots ont été l’écriture de textes pour le magazine Steak Haché et l’animation de plusieurs émissions de radio à l’antenne de CISM. Justement, il a composé un morceau de trip hop poétique intitulée Doggy style en cavale qui a beaucoup tourné à CIMS en 2003.

Il anime depuis de nombreuses années, en parallèle, les soirées Solovox qui sont consacrées à la poésie. Il est en plus auteur de plusieurs recueils. Son dernier ouvrage est disponible aux éditions TNT. Il est intitulé La pluie de la mort et en plus, la page couverture est dessinée par Away, le batteur de Voivod. Je vous le recommande fortement. Il a avec son dernier recueil réussi à faire sortir tout le noir de l’encre.

Extrait La pluie de la mort, 2022:
Le vent se fait passer pour un cascadeur
l’ombre à l’instinct d’un tueur
je connais le meurtrier

La poésie est partout, elle est dans la musique underground, dans les gens de tous horizons avec leurs couleurs propres et même dans les rues d’Hochelaga. D’un point de vue personnel, je pense que ces témoignages nous ramènent à l’essentiel : l’importance de créer. Nous avons tous le pouvoir d’amener nos propres couleurs dans les médias et de nous y exprimer.

Mercredi 21 septembre Éric Roger vous convie à cette soirée de poésie

Le 1er décembre, lancement de son quatrième recueil de poésie

 

 

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone 

BANNIÈRE : DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE : MARCO GIGUÈRE
ASSISTANTE-RÉDACTION: NANETTE DE BULLE
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

%d blogueurs aiment cette page :