Albums

Pink Floyd Dark Side

Pink Floyd Dark Side Of The Moon paru en 1973
Analyse de l’album
Publié le 9 août 2022

Texte de Stéphane Leo Gosselin

Rien en particulier ne peut expliquer le phénomène de l’album. Un record de vente qui a duré pendant 14 ans. Il y a une rumeur qui circule qu’en Allemagne, il y avait une manufacture de CD qui fabriquait seulement des CD de Dark Side of The Moon. L’album est devenu un culte. Tout le monde y voit un message.

L’histoire d’un groupe qui s’est retrouvé deux fois, la deuxième fois plus compétent que jamais. C’était une réflexion de tout ce qui avait précédé, d’un groupe qui a atteint un sommet, un développement musical incomparable. Le premier album enregistré sur un 24-pistes à Abbey Road. The Dark Side of the Moon est un tour de force pour les audiophiles. C’est un travail visuel et musical. S’inspirant des ressources de la narration cinématographique; les mots, la musique et les effets spéciaux.

« Pour moi, Dark Side est la première fois que nous avions des paroles inoubliables. Avant cet album le lyrisme était satisfaisant, ou simplement mauvais. « David Gilmour

Pour Waters, les paroles sont l’histoire d’une vie. La respiration, le temps, l’argent, l’amitié, la folie et la mort.

Speak to me, le son a été obtenu avec le bass drum (la grosse caisse) de Nick Mason.

« Le battement de cœur est l’illustration de la vie humaine, les émotions d’une vie « David Gilmour

« I’ve always been mad « , une voix proclame. La voix est celle du portier d’Abbey Road, Jerry Driscoll. La folie et le cri sur Speak to Me, nous rappelle, le cri de Careful with that Axe, Eugene , le cri vient de Clare Torry.

Clare Torry

Quelle est la signification pour vous, de ‘ Dark Side of the Moon ‘?

Le premier mot de l’album chanté par David Gilmour est Breathe. Prendre un respir est la première action que nous prenons, nous tous. La mélodie est méditative, et la première chose que nous apprenons en méditation est le contrôle du respir.

Le pouvoir du lyrisme de Waters sur l’album est autant ce qui est chanté, que ce qui n’est pas dit.

2 des 5 chansons sur le premier côté sont instrumentales.

On The Run fut jouée sur un VCS3, le plan original fut de créer une pièce qui décrirait le stress d’aujourd’hui. Dans Pink Floyd à Pompéi, la pièce est jouée au moment qu’elle est créée.

Time est une rumination éloquente sur la mortalité avec ses 12 coups, puis Gilmour chante « shorter of breath, one day closer to death « , Waters nous dit « This is it. Make most of it. «

Les voix de Doris Troy, Leslie Duncan, Liza Strike et Barry St.John sont magnifiques.

Et nous avons droit à l’un des meilleurs solos de guitare de David Gilmour.

The Great Gig in the Sky, était pour remplir un spot sur l’album, le sujet originalement devait être religieux, mais Rick Wright a eu l’éclair de génie de composer une chanson sans parole seulement la voix de Clare Torry accompagnée au piano et à l’orgue. La chanson apparaît souvent dans la liste des meilleurs moments dans la discographie de Pink Floyd.

« Roger (Waters) a composé ‘ Money ‘ dans une journée « , selon Nick Mason. L’éclair de génie, fut de créer un loop rythmé d’un tiroir-caisse qui rappelle le capitalisme, idée du producteur Alan Parsons et des membres du groupe.

Us and Them fut composé par Rick Wright quelques années auparavant pour le film Zabriskie Point. Le titre original était ‘ Violent Sequence ‘.

Est-ce que Us and Them est une chanson sur la guerre? La mélodie est tellement pacifique.

« Any Colour you like « , « Brain Damage « , Waters est le membre de Pink Floyd qui a été le plus marqué par la descente dans la folie de Syd Barrett. « The Lunatic is on the grass « , se rappelant ses années à Cambridge avec Syd Barrett, « ce fut un choc irréparable pour moi « exclame Roger Waters. « There is someone in my head « rappelons-nous que certaines personnes ont proclamé que Syd Barrett avait des dons télépathiques.

« Je savais que l’album avait besoin d’une fin, ce fut ‘ Eclipse ‘ «  Roger Waters

« Avec Dark Side of the Moon, Pink Floyd se trouve complètement, grâce à un son caractérisé essentiellement par le jeu de guitare, devenu avec le temps immédiatement identifiable, de David Gilmour, déposé sur le fond sonore des claviers de Richard Wright, et un univers mental, celui des paroles de Roger Waters, qui se précise alors, se concentrant sur une vision cynique de l’humanité ainsi que sur les motifs récurrents de la solitude, la paranoïa et la schizophrénie. « « Le concept original était sur le stress de la vie moderne – voyage, argent, etc… mais Roger l’a retourné sur une méditation sur la folie « Nick Mason

Pink Floyd subit comme un choc le succès massif de Dark Side of the Moon.

Un monument rock qui n’atteindra jamais la première place en Angleterre, mais qui fut un numéro 1 aux États-Unis, il restera dans les 75 premières positions pendant 310 semaines consécutives. Puis dans les 200 premières positions pendant 740 semaines consécutives.

En tournée nord américaine pour présenter l’album en 1972, incapable de remplir des salles.

Aucun de leur albums précédents n’avait vendu plus que 250,000 copies.

« La pochette fut inspiré d’un  livre d’école illustré démontrant une lumière traversant un prisme, formant un spectrum. Hipgnosis a renversé la ligne traditionnelle noire sur fond blanc. Roger Waters a eu l’idée du blip, le battement de cœur, sortant du spectrum, en écho avec le battement de cœur qui commence l’album « Storm Thorgerson

« Finalement la pochette à pris trois semaines à concevoir pour un coût approximatif de 5,000$ « Aubrey Powell

Malgré que l’album sera reconnu pour les tripeux, les membres du groupe proclament que l’album fut enregistré sérieusement sans drogue.

Épilogue, selon Alan Parsons, ingénieur du son , les gens qui ont participé à l’album ne se sont pas enrichis excepté les membres de Pink Floyd.

Clare Torry qui n’avait reçu que $200.00 pour son enregistrement de The Great Gig in the Sky, fut royalement récompensé 20 ans plus tard. La somme n’a jamais été divulguée.

Comme anecdote de conclusion, si vous écoutez Dark Side of the Moon en regardant The Wizard of Oz avec Judy Garland simultanément, les deux se complètent avec quelques surprises.

 

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci!

Fabriqué au Québec
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone

BANNIÈRE : RENÉ MARANDA
WEBMESTRE : MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUERE

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

%d blogueurs aiment cette page :