Chroniques

Pink Floyd Stade O no 1

Pink Floyd à travers le temps # 22
Stade Olympique 1977 no 1
Publié le 27 décembre 2021

 

Recherche par René Maranda

Pink Floyd au Stade olympique de Montréal en 1977.

Le groupe Pink Floyd à achevé sa tournée In the Flesh au Stade olympique le 6 juillet 1977. Le stade accueillait 78 322 spectateurs pour le premier spectacle de Pink Floyd. Aucun de nous n’aurait pu prédire que le concert donnerait naissance à The Wall.

On se souvient surtout de Roger Waters qui a craché sur un spectateur pendant ce spectacle.

Beaucoup de spectateurs sans billet se sont introduits dans le stade. On suppose qu’il y a eu plus de 80 000 personnes dans l’amphithéâtre, ce qui constitue la plus importante foule de l’histoire de cette enceinte (plus que pour les Jeux olympiques!) et marquant un record : celui du plus grand nombre de spectateurs dans un concert au pays.

Le public se rue en masse à l’ouverture – un peu prématurée – des portes ; mais le concert ne démarrera pas avant 20 h 30. Alors il faut bien passer le temps. Pendant plus de deux heures, alcool, pétards, ballons et projectiles divers s’occuperont de faire patienter les spectateurs, dans un climat pour le moins festif.

Première partie

C’est donc dans une ambiance peu propice à la musique que commence le concert. En première partie, Pink Floyd joue l’intégralité de l’album Animals :

Sheep – 11 min 30 s
Pigs on the Wing – part 1 2 min 10 s
Dogs 18 min 45 s
Pigs on the Wing – part 2 4 min 3 s
Pigs (Three Different Ones)

Sheep

Malgré l’agitation générale, les premiers morceaux se déroulent relativement bien. On a droit à une très belle version de Sheep qui se termine tout en douceur, sur le son des claviers de Rick Wright. À noter que ce n’est pas Roger Waters à la basse, mais Snowy White.

Pigs on the Wing – part 1

Puis Waters prend son casque et sa guitare acoustique pour entamer Pigs on the Wingpart 1, accompagnée par quelques pétards et une foule bien présente.

Dogs

Le Floyd enchaîne immédiatement avec Dogs et des hurlements des chiens se mêlent bientôt à ceux du public. Après le Dragged down by the stone vers 8 minutes, le public crie plus fort que la musique ! Il est déchaîné à la vue des figurines gonflables qui sortent de la scène, comme la Cadillac ou l’homme obèse. Gilmour est en très grande forme sur ce morceau.

Commentaires de nos membres

 – Oui à environ 100 pieds du stage sur le parterre. Ou du moins sur des plywoods. Un peu vers la droite du stage. Pour moi le son était bon et le visuel était malade.

 – En avant de la scène je me souviens quand Roger Waters jouait Pigs on the Wing. D’un coup, il s’est arrêté de jouer, il n’appréciait pas que les gens hurlaient durant sa prestation

 – Oui j’y étais, j’étais assise assez haut mais j’avais dès longue-vue, le son était moyen, mais je suis une vendue à Pink Floyd donc…

 – Au fond en arrière, je me souviens pas d’avoir bien entendu une chanson, le son se garochait partout. Le seul bon souvenir, le cochon et le plus mauvais, le stade pas encore fini un an après les Olympiques. Très triste et j’avais treize ans ca m’a mérité une punition dans l’temps.

 – Je me souviens entre autres des moutons de papier qui “pleuvaient” du toit ouvert du Stade. Je vous jure que ça n’avait rien à voir avec quelque substance illicite que ce soit. Quoi que…

 À suivre 

BANNIÈRE : THOMAS O’SULLIVAN
⁠WEBMESTRE : STEVEN HENRY
⁠RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
⁠ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
ASSISTANCE AU TEXTE : MARIE DESJARDINS

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top