Chroniques

Iron Butterfly In-A-Gadda

Ma Machine à remonter le temps # 11  
Iron Butterfly
In-A-Gadda-Da-Vida – album In-A-Gadda-Da-Vida
Publié le 8 mai 2021

 

Par Pierre Martin

Bonjour ami(e)s nomades de musique. Voyons voir si vous vous rappelez cette période du flower power, car je vous transporterai avec ma machine à remonter le temps, en 1968. La chanson de ce groupe génial, je l’adorais tout autant que ma clientèle de mes bars rock. D’une mélodie accrocheuse, sur une chanson rock acide tranchant, In-A-Gadda-Da-Vida qui est un vrai plaisir de basse, guitare, batterie et des majestueux et pompeux claviers-orgue ! Un chef-d’œuvre de rock psychédélique ! Un joyau historique qui a volé haut dans les chartes américaines pendant plus de deux ans après sa sortie !

Iron Butterfly est un groupe de rock américain surtout connu pour le tube In-A-Gadda-Da-Vida de 1968, offrant un son dramatique qui a ouvert la voie au développement de la musique hard rock et heavy métal. Formé à San Diego, en Californie, parmi des membres du groupe qui étaient autrefois des « ennemis majeurs », leur apogée était la fin des années 1960, mais le groupe s’est réincarné avec divers membres avec des niveaux de succès variables, sans nouvel enregistrement depuis 1975. L’album fondateur de 1968 In-A-Gadda-Da-Vida était un best-seller.

Iron Butterfly a été le premier groupe à recevoir le prix de l’album platine In-House d’Atlantic Records. In-A-Gadda-Da-Vida est le deuxième album du groupe, sorti en juillet 1968. L’album, qui a connu un succès fulgurant, s’est vendu entre 25 et 30 millions d’exemplaires, dont 8 millions la première année. C’est la chanson-titre de l’album qui l’a propulsé : longue de 17 minutes, elle est construite autour d’un rif qui encadre des solos de guitare électrique, de batterie et d’orgue. Son titre proviendrait d’une déformation de In the Garden of Eden, prononcée par Ingle sous l’influence de LSD. L’album est cité dans l’ouvrage de référence de Robert Dimery, Les 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie et dans quelques autres listes.

Le groupe s’est formé en 1966 à San Diego. Les membres originaux étaient Doug Ingle (chant, orgue, anciennement de Jeri and The Jeritones et Palace Pages, précurseur de Iron Butterfly), Jack Pinney (batterie), Greg Willis (basse) et Danny Weis (guitare, également de Palace Pages). Le groupe fut bientôt rejoint par le chanteur et joueur de tambourin Darryl DeLoach. Le garage des parents de DeLoach a servi de site pour leurs répétitions presque tous les soirs. Jerry Penrod a remplacé Willis après le déménagement du groupe à Los Angeles à l’été 1966. Pinney est finalement parti pour retourner à l’école. Bruce Morse a ensuite remplacé Pinney jusqu’à ce dont Ron Bushy (d’un groupe appelé les Voxmen) vient à bord lorsque Morse est parti en raison d’une urgence familiale. Une réservation au club de Bido Lito à Hollywood a rapidement conduit à des apparitions régulières au Galaxy Club et au Whiskey a Go Go.

Au début de 1968, le premier album du groupe, Heavy, est sorti après avoir signé un accord avec Atco Records, une filiale d’Atlantic Records. Le groupe a été signé par Charles Greene d’Atlantic, qui était coproducteur de Heavy. Tous sauf Ingle et Bushy ont quitté le groupe après avoir terminé l’album à la fin de l’été 1967. Les deux musiciens restants, confrontés à la possibilité que l’album ne soit pas sorti, ont rapidement trouvé des remplaçants dont le bassiste Lee Dorman et le guitariste de 17 ans Erik Brann (également connu sous le nom d’Erik Braunn et Erik Braun) et a repris la tournée. Dans une interview en 1986 avec le fanzine du fan-club de l’B, The Butterfly Net, Brann a déclaré que Jeff Beck, Neil Young et Michael Monarch (qui allait rejoindre Steppenwolf ) avaient également exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe pour remplacer Weis.

1969

Doug Ingle, chanteur et claviériste, Erik Braumn, guitariste et Lee Dorman, bassiste

Après que Brann ait été choisi, Penrod et DeLoach, mal à l’aise avec le jeune âge de Brann et frustrés par le temps qu’il lui fallait pour apprendre le répertoire du groupe, ont quitté le groupe après Weis. Weis et Penrod ont ensuite formé le groupe Rhinocéros. En 1970, DeLoach a formé Flintwhistle avec Jerry Penrod et Erik Brann. Ils ont joué en direct pendant environ un an avant de se séparer.

Les 17 minutes In-A-Gadda-Da-Vida, la chanson titre du deuxième album d’Iron Butterfly, est devenue un succès parmi les 30 premiers (édité jusqu’à 2:52) aux États-Unis. L’album a reçu un disque d’or par le RIAA en décembre 1968 et s’était vendu à plus de trois millions d’exemplaires à la fin de 1970. L’album est resté sur les charts Billboard pendant plus d’un an et s’est finalement vendu à plus de 30 millions d’exemplaires.


Revivons ensemble ce groupe de la période flower power, avec cette merveilleuse pièce d’anthologie d’un Rock psychédélique hallucinant, tirée de leur album en 1968, intitulé : In-A-Gadda-Da Vida. En version, Live in The Netherlands, 2004

Je vous présente Iron Butterfly avec In-A-Gadda-Da-Vida.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top