Chroniques

Histoire Blues origines 4

Histoire du Blues #4
La musique à travers les âges
Publié le 1er août 2022

 

Par Nathalie Ruscito

Clarksdale (Mississippi)

La ville américaine de Clarksdale est le siège du comté de Coahoma, dans l’État du Mississippi. Clarksdale est traversée par la rivière Sunflower et coupée en deux par une voie de chemin de fer. L’intersection de la Highway 61 et de la Highway 49, pour la plupart des gens, c’est un carrefour comme un autre, mais pas pour ceux qui connaissent l’histoire. « The Crossroads » (le Carrefour) est un lieu de pèlerinage pour les adeptes du blues.

Véritable pépinière de musiciens ; Clarksdale est en effet la ville natale de Willie Brown, Son House, Bukka White, Eddie Boyd, Earl Hooker, Jackie Brenston, Sam Cooke, Ike Turner, Junior Parker, Johnny B. Moore, Nate Dogg, Rick Ross, John Lee Hooker, Muddy Waters, et bien d’autres.

John Lee Hooker | 22 août 1917—21 juin 2001

John Lee Hooker originaire de Clarksdale, Mississippi, États-Unis, né le 22 août 1917, est décédé le 21 juin 2001 à Los Altos, Californie, États-Unis. Il était un compositeur et acteur, connu pour The Blues Brothers (1980), The Colony (2013) et Kiss the Girls (1997). Il était marié à Maude Mathis, Alma Hopes et Sarah Jones. John Lee fuit sa famille à l’âge de 15 ans après la mort de son père. Il est un des précurseurs à utiliser la guitare électrique, entre autres, la guitare Epiphone Sheraton et adopte un style agressif. Ne supportant pas les accompagnateurs musicaux à ses débuts, il s’enregistre seul et marque le rythme avec une capsule de soda. Intronisé au Rock and Roll Hall of Fame (1992).Il a remporté un Blues Grammy Award avec Bonnie Raitt pour The Healer. Il a reçu une étoile sur le Hollywood Walk of Fame pour l’enregistrement au 7083 Hollywood Boulevard, à Hollywood, Californie, le 11 septembre 1997.

John Lee Hooker – Boom Boom (Live At Montreux 1990)

John Lee Hooker & Bonnie Raitt – I’m In The Mood – John Lee Hooker And Friends, December 1992

Muddy Waters | 4 avril 1913 – 30 avril 1983

Né McKinley Morganfield, le 4 avril 1913, dans le Comté d’Issaquena, Mississippi, États-Unis. Décédé le 30 avril 1983, à 70 ans, à Westmont, Illinois. Muddy Waters a grandi à Stovall Plantation près de Clarksdale, dans le Mississippi et à 17 ans, il jouait de la guitare et de l’harmonica, imitant les artistes de blues locaux, Son House et Robert Johnson. Muddy Waters a enregistré dans le Mississippi, par Alan Lomax, pour la Bibliothèque du Congrès en 1941. Il a vécu à Clarksdale jusqu’en 1943, avant de déménager à Chicago pour devenir un musicien professionnel, à plein temps. En 1946, il enregistre ses premiers disques pour Columbia Records puis pour Aristocrat Records, un label (compagnie de disque) nouvellement formé dirigé par les frères Leonard et Phil Chess. Il est dit que la musique de Muddy Waters a influencé plusieurs genres musicaux, ce qui nous rapproche davantage du rock and roll et la musique rock.

Muddy Waters – Got My Mojo Working (Live)

Le Mississippi Blues donna un jour son nom au Delta Blues

La ville de Clarksdale est considérée comme une des villes clés du Delta Blues. On y trouve le Delta Blues Museum. C’est à Clarksdale, une ville cachée au cœur du Mississippi et entourée de vastes champs de coton, que le blues serait né. Le Delta Blues est un des premiers styles de blues qui tient son nom du Mississippi Delta, une région en forme de delta du nord-ouest de l’État du Mississippi, entre Vicksburg et Memphis. À noter que, le terme « delta » induit souvent une confusion avec la région du delta du fleuve Mississippi (Louisiane).

 

Quelques grands maîtres du Delta Blues, que j’adore aussi : Robert Johnson, Sonny Boy Williamson II, Johnny Shines, Robert Wilkins, John Lee Hooker, Mississippi John Hurt, Big Joe Williams.

Robert Johnson | 9 mai 1911 – 16 août 1938

Robert Leroy Johnson, né le 8 mai 1911 et décédé le 16 août 1938, était un musicien et auteur-compositeur de blues américain. Ses enregistrements marquants en 1936 et 1937 affichent une combinaison de talents de chant, de guitare et d’écriture de chansons qui a influencé les générations futures de musiciens. Il est aujourd’hui reconnu comme un maître du blues, en particulier du style Delta Blues. La légende raconte que, c’est à CrossRoad (à la croisée des chemins) que Robert Johnson aurait vendu son âme au diable, en échange de son talent !

Robert Johnson CrossRoads – Cross Road Blues Song and Lyrics

Sonny Boy Williamson | 30 mars 1914 – 1er juin 1948

John Lee Curtis Williamson, aussi connu sous le nom de Sonny Boy Williamson, né le 30 mars 1914 à Jackson, Tennessee aux États-Unis, est décédé le 1er juin 1948 à Chicago, Illinois. Chanteur de blues américain et premier virtuose influent de l’harmonica, autodidacte, qui a développé plusieurs innovations techniques sur son instrument. Williamson a parcouru le Tennessee et l’Arkansas avec le mandoliniste Yank Rachell et le guitariste Sleepy John Estes, travaillant dans les bars, dans la rue et dans les fêtes de la fin des années 1920, jusqu’à son installation à Chicago en 1934.
Williamson a commencé à enregistrer en 1937, avec de petits groupes composés d’une guitare, d’une basse à cordes et parfois d’un piano. De manière caractéristique, il alternait des phrases vocales avec des phrases d’harmonica, construisait des chorus mélodiques en solo, et préférait les tempos rapides « jump ». Chaque aspect de son style, y compris son léger défaut d’élocution, a été imité. Travaillant dans les clubs de blues de Chicago, Williamson préfigure le blues électrique d’après la Seconde Guerre mondiale ; il se produit avec Muddy Waters, adepte de l’amplification électronique, en 1943. Au sommet de sa popularité, Williamson a été volé et assassiné alors qu’il rentrait à pied d’un bar de blues. (NOTE : à ne pas confondre avec Sonny Boy Williamson 2  [Aleck « Rice » Miller], dont je vous reparlerai sûrement).

Sonny Boy Williamson – Good Morning School Girl

Johnny Shines | 25 avril 1915 – 20 avril 1992

John Ned Shines, aussi connu sous le nom de Shines Johnny, né le 25 ou 26 avril 1915, et décédé le 20 avril 1992. Il est un chanteur et guitariste de blues américain et l’un des pionniers du Delta blues. Avec son groupe The Johnny Shines Band, l’artiste a aussi joué avec le Chicago All Stars, nous en reparlerons prochainement. Le voici ici, avec des interprétations de Robert Johnson et avec la Chicago All Stars.

Johnny Shines – Sweet Home Chicago; Kindhearted Woman; Crossroads (Live 1973 France)

Chicago Blues All Stars – Loaded With The Blues (1969)

Robert Wilkins | 16 janvier 1896 – 26 mai 1987

Robert Timothy Wilkins est un chanteur et guitariste de Blues et de Gospel. Né le 16 janvier 1896 à Hernando, Mississippi. Décédé, le 26 mai 1987 à Memphis, à l’âge de 91 ans. Wilkins a déménagé à Memphis en 1915 et, dans les années 1920 et 1930, a joué avec des sommités telles que Furry Lewis, Memphis Minnie et Son House. Il a enregistré du blues pour les labels Victor, Brunswick et Vocalion de 1928 à 1935, mais à la fin des années 1930, il a rejoint l’Église de Dieu en Christ, où il est devenu ministre ordonné en 1950 et n’a joué que de la musique gospel. Il a enregistré un album complet de chansons gospel en 1964. Par ailleurs, Robert Walkins est également le père du révérend John Wilkins.

Robert Wilkins – I’ll Go With Her Blues

Mississippi John Hurt | 3 juillet 1893 – 2 novembre 1966

John Smith Hurt, né le 3 juillet 1893 à Teoc, Mississippi, États-Unis, est décédé le 2 novembre 1966 à Grenade, Mississippi. Chanteur et guitariste de country blues américain qui a enregistré pour la première fois à la fin des années 1920, mais dont la plus grande renommée et l’influence sont venues quand il a été redécouvert au début des années 1960. Il grandit dans la petite ville d’Avalon, dans le Mississippi. Hurt a appris à jouer de la guitare en autodidacte et, après avoir quitté l’école à l’âge de 10 ans, il s’est produit lors de rassemblements locaux. Des représentants de la division Okeh de Columbia Records ont découvert Hurt et l’ont persuadé de se rendre à Memphis, au Tennessee et plus tard à New York, pour enregistrer. Les records qui ont résulté de ces séances ont fait peu de bruit et Hurt est rapidement retourné à Avalon, où il a travaillé comme agriculteur et ouvrier, élevant une famille de 14 enfants. Pendant tout ce temps, il a continué à se produire, perfectionnant le style distinctif de guitare à trois doigts et de chant détendu qui a incité l’archiviste musical Tom Hoskins à partir à sa recherche en 1963.

Mississippi John Hurt – The Best Of (full album)

Big Joe Williams | 16 octobre 1903 – 17 décembre 1982

Joseph Lee Williams dit Poor Joe ou Big Joe Williams, né le 16 octobre 1903 à Crawford, Mississippi, et mort le 17 décembre 1982 à Macon, est un chanteur et guitariste de blues américain. Il est rendu célèbre pour son jeu de guitare très particulier sur son instrument à neuf cordes. Il passe sa vie à voyager à travers les États-Unis. Redécouvert dans les années 1960 par le public, il participe à de nombreux festivals et enregistre des dizaines d’albums. Il est l’auteur de la chanson Baby, Please Don’t Go, devenue un standard du blues et reprise notamment par les groupes Them et AC/DC. Big Joe Williams reçoit un W.C. Handy Award en tant que « pionnier du blues » en 1982 et fait son entrée en 1992 dans le Blues Hall of Fame dans la catégorie « Performer ». Il reçoit aussi deux Blues Music Awards dans la catégorie « Classic of Blues Recording », en 1992 et 2008, pour la chanson Baby Please Don’t Go et pour l’album Piney Woods Blues.

Baby Please Don’t Go – Big Joe Williams

Et si pour terminer, je vous laissais sur une note féminine avec une chanteuse de Blues considérée comme la reine du Delta Blues. Un jour, je publierai un article entièrement dédié à ces grandes dames du blues !

Bessie Smith | 15 avril 1894 – 26 septembre 1937

Elizabeth Bessie Smith, née le 15 avril 1894 à Chattanooga dans le Tennessee et morte le 26 septembre 1937 à Clarksdale dans le Mississippi, est une chanteuse américaine et une des artistes d’enregistrement les plus réputées. En 1920, elle s’était fait une réputation dans le sud et sur le long de la côte est, avec l’enregistrement Crazy Blues, qui se vend à plus de 100 000 exemplaires, enregistrés pour Okeh Records. Elle enregistra en 1923 son premier disque, Cemetery Blues qui connut un immense succès. Surnommée l’Impératrice du blues, elle fut une très grande vedette jusqu’en 1930. Parmi ses enregistrements, citons : Bessie Smith, Great Original Performances. 1925-1933. Elle a réalisé 160 enregistrements pour Columbia, souvent accompagnée des meilleurs musiciens de l’époque, notamment Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Fletcher Henderson, James P. Johnson, Joe Smith et Charlie Green. Un certain nombre d’enregistrements de Smith, comme « Alexander’s Ragtime Band » en 1927, se sont rapidement classés parmi les meilleures ventes de disques de leur année de sortie respective..

Bessie Smith – Crazy Blues

Bessie Smith – St.Louis Blues (1929)

Dans le prochain article, nous nous dirigerons un peu plus au nord de la route de la Highway 61, à la croisée de la route 66, vers Saint-Louis, Missouri aux États-Unis. Nous parlerons du style Saint-Louis Blues avec entre autres les artistes W.C. Handy, Chuck Berry, Albert King, Lonnie Johnson, Louis Armstrong et encore de Bessie Smith surnommée l’Impératrice du Blues.

Mes recherches sur le Blues, comprennent plusieurs extraits de divers sites, articles et biographies, espérant faire honorer et reconnaître davantage le Blues, tel notre héritage musical !

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci !

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!