Chroniques

George Harrison paix & amour

Guitaristes émérites selon Murray article 59
George Harrison
Publié le 6 mai 2022

Par Normand Murray

George Harrison

La paix et l’amour d’autrui

Catégorisé du tranquille chez le Beatles étant souvent dans l’ombre de John Lennon et Paul McCartney. George Harrison (1943 -2001) fut néanmoins un membre très influant chez les Beatles, par sa versatilité et ses cotés spirituels inspirés de l’Inde. De même que la capacité à être le plus Peace and Love des Beatles et le après Beatles également. Lui qui, avec rigueur et assiduité, était un élément très apprécié grâce à sa versatilité et son écriture dans toutes les couleurs ,que les Beatles ont coloré notre monde durant moultes années.

Influencé par le skiffle avec des stars du genre comme Lonnie Donnagan, le Rock à Billy de Carl Perkins et le genre Nashville de Chet Atkins, Harrison développait son propre style. Après une invitation de son ami de classe Paul McCartney, il rejoint John Lennon et forme les Quarrymen et ils deviennent une partie de l’histoire du Rock.

Une série d’albums du début des Beatles feront un malheur dans les charts du monde avec les succès Michelle ma belle, Twist and Shout et Help. À noter que Ringo Starr ne deviendra batteur pour les Beatles que lors du congédiement de Pete Best.

Continuons, il prit le tournant de la foi indienne assez rapidement avec un séjour chez Ravi Shankar qui lui enseigna l’art de la sitar, instrument qui fit son apparition dans Norwegian Wood (This Bird has Flown). Il fera un long périple spirituel indien de son voyage en Inde en 1966.

Un petit descriptif des genres avec des chansons comme Taxman qui faisait dans le pamphlétaire de l’introspectif Whitin you Whitout you, While my Guitar Gently Weeps, sa relation avec son public et son vieillissement dans la constance d’une relation artistique avec sa guitare. Notons également la participation d’Eric Clapton sur cette pièce qui ne fut pas créditée du solo et le coulant et suave morceau de Something, du grand succès de Here comes the Sun.

Présence et créativité personnelle établie comme seul Harrison pouvait faire de tous les albums des Beatles jusqu’à Let It Be, l’opus final des Beatles.

Carrière Solo qui débute avec un album Triple All Things Must Past (1970) avec même en studio un certain Phil Spector, maitre et créateur du Wall Of Sound. Ce qui fit de lui le premier Beatles à avoir un succès phénoménal.

1970

Août 1971, Concert for Bengladesh

1971Concert for Bangladesh, retour à la spiritualité indienne et de même que le maître de la sitar Ravi Shankar, ce mode de vie ayant été adopté dès 1968 pour Harrison. Ce microsillon fera un malheur avec numéro 1 au UK et numéro 2 aux USA. Évidement le Grammy du Meilleur album de l’année. 

Petite parenthèse juridique avec le grand succès My Sweet Lord , les Chiffons avec leur chanson He’s So Fine envoya en justice en 1976 pour plagiat. George Harrison et le juge donna raison aux Chiffons, mais néanmoins expliqua que le tout avait été fait inconsciemment.

Living in a Material World avec un retour au palmarès avec une autre succès Give Me Love (Give Peace On Earth) Numéro un aux États-Unis et numéro deux au UK. En ce qui concerne l’album, le hit single étant classé 8ème au classement UK Single. Un message typiquement de nature indienne émanant de ce microsillon.

Dark Horse le moins populaire de ses albums. Le Rolling Stone Magazine classant la chose comme étant un exercice fait en vitesse et des délais trop courts avec ce rush de production en seulement trois semaines. Que deux singles seront mis en marché le hit You, 20ème au classement single et This Guitar ( Can’t Keep From Crying).

1975 – Extra Texture qu’Harrison lui- même déclarera du pire de ses albums. Création de Dark Horse Records (1976) avec Thirthy Three and 1/3. Avec deux singles This Song et Cracker Box Palace, on sent nettement une touche d’humour dans ce microsillon avec probablement la participation d’Eric Idle de Monty Python.

1079 -Album éponyme avec George Harrison écrit dans une partie dans la tranquillité de l’archipel d’Hawaï à Maui, comme si c’était une préretraite. Ayant vécu deux fulgurantes montées de célébrité rock, celui-ci se mit en mode domestique et spirituel du bonheur.

1987, Cloud Nine en coproduction avec Jeff Lynne de ELO avec une interprétation de James Ray, Got my Mind Set on You. Ce microsillon de classa respectivement 8ième et 10ième au classement US et UK et placent trois chansons sur le Billboard avec Devil’s Radio, This is love et Cloud 9.

The Traveling Wilburys

L’étape Travelling Willburys (1988 ), un platine en partant avec des membres légendaires comme Bob Dylan, Jeff Lynne, Ton Petty et nul autre que Roy Orbison, pilier de l’histoire du Rock. Cette prolifique association durera pour trois microsillons. Que dire de ses associations avec Badfinger, Ronnie Wood et Billy Preston des Rolling Stones, du gros calibre et All Thing Must Pass, une fois de plus avec Eric Clapton, Delany and Bonnie and Friends, Ringo Starr entre autres: un bel album triple de 1970.

1991, live au Japon avec Eric Clapton

Tournée mondiale jusqu’en 1992.
1994-1996, une Anthologie des Beatles, Intermission funeste de faire en souvenir de 1980 un hommage à John Lennon en repiquant des partitions pianos et autres enregistrements de Lennon ainsi que de changer les paroles pour une chanson spécifiquement composé pour Ringo Starr avec A ,avec les voix de Paul McCartney et Linda et bien sûr à la batterie Ringo Starr.

1994

All those Years, classé numéro deux sur un autre disque Le Somewhere in England. Sorti en 1995 –Free has a Bird, premier simple des Beatles depuis 1970 et en 1996, Real Love. Harrison refusa de participer à un troisième air. Commentant plus tard que avec le paquet de « crap » demos… alors quand je serais mort, j’espère qu’ils en feront des chansons à succès.

1999 -Attaque aux couteaux d’un psychopathe paranoïaque qui lui infligea pas moins de 40 coups de couteaux aux poumons et à la tête. Même hypothéqué par ses blessures, il réussit néanmoins à maitriser cet attaquant. Malheureusement cette attaque provoqua le retour d’un cancer qui lui fut fatal en 2001.

Attardons nous maintenant à ses guitares. Avec les Quarrymen, une Höfner president accoustic échangée pour une Höfner club 40. Sa première solid body fut une guitare tchèque, la Jolana Futurama/Grazioso. Ses premiers enregistrements étant fait avec des Gretsch, la duo jet la Tennessean et une Country Gentlemen. 1963, achat d’une Rickenbaker 425 Fireglo et une 360/12, tout laisse à croire que ce fut que le deuxième modèle à 12 cordes de Rickenbaker est ce que Roger Mc Guinn des Byrds en fut le premier titulaire de cette merveille.

1965, sa première Fender Stratocaster pour l’album Help et Rubber Soul qui, plus tard, la peintura à son goût personnel. Une Epiphone Casino avec même Lennon qui en acheta également une pour Revolver. Album transitif vers d’autre horizons des Beatles. Gibson n’étant pas en reste avec la J 160 E et la SG Standard.1968 Clapton lui donne une Lespaul qu’il baptisera Lucy. Également il alla se chercher une Gibson Jumbo J 200. Fender lui fera une Télécaster limited edition, édition George Harrison modelée sur la Télécaster créée par Roger Rossmeisl.

Nous retiendrons son immense legs de guitares et musique qui a justifié amplement son intronisation en tant qu’individu seul sans les Beatles au Hall Of Fame du Rock And Roll en 2004.

Ce guitariste a exploré bien des avenues que bien d’autres ont suivi sa route vers la grande route de la bonne musique dans ce qui était vraiment son créneau, la paix et l’amour d’autrui, dans une spiritualité indienne, d’en être un des plus grands adeptes.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top