Actualités

Colocs Richard Wilson

Dernière heure #107
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 6 avril 2022

 

Par André Thivierge

L’album Dehors novembre des Colocs adapté au théâtre pour ses 25 ans. – Le comédien Hubert Proulx et le dernier bassiste des Colocs, André Vanderbiest, participeront à l’automne à une production théâtrale explorant le contexte de création du troisième album du groupe.

Près de 25 ans après la sortie de l’œuvre ayant tristement précédé le suicide de Dédé Fortin, Hubert Proulx incarnera le célèbre auteur-compositeur québécois dans cette pièce mise en scène par la comédienne Marilyn Bastien et par André Vanderbiest, plus connu sous le nom de Vander.

La production de Pourquoi Scène s’apparentant au théâtre documentaire mettra en scène plusieurs anecdotes peu connues du public ainsi que des révélations de la part de Vander. Le bassiste d’origine belge a en effet participé au processus de composition de l’œuvre musicale, qui a été créée en grande partie dans un chalet de Saint-Étienne-de-Bolton, où le groupe séjournait pour une retraite artistique.

Malgré les hauts et les bas, je pense qu’il est important de rappeler que tout était loin d’être sombre durant cette période. Il y a eu de nombreux instants de bonheur et de joie dans cette aventure, se rappelle le musicien.

Les spectatrices et spectateurs pourront s’attendre à voyager au cœur de l’ultime album des Colocs pour découvrir le cheminement créatif du groupe à travers les chansons et souvenirs de l’époque. Les musiciens Jean-Denis Levasseur et Jean-Sébastien Nicol seront de la partie pour assurer l’ambiance musicale, inspirée des morceaux de l’album.

La production a aussi souligné qu’une partie des profits serait distribuée à la Fondation Dédé Fortin ainsi qu’aux organismes locaux de prévention du suicide dans les régions où le spectacle sera présenté.

La pièce sera présentée du 21 octobre au 14 décembre 2022 un peu partout au Québec. Les billets sont en vente dès aujourd’hui. (Source : Radio-Canada)

Zachary Richard offre une version orchestrale. – Pour souligner ses 50 ans de carrière, Zachary Richard a eu envie d’une nouvelle aventure. Plutôt que de ressortir ses vieux succès du grenier pour les regrouper dans leurs versions originales, il a décidé de les envelopper dans l’élégance soyeuse d’un orchestre de chambre.

Intitulé Danser le ciel, l’album qui résulte de cet heureux mariage musical est attendu ce jeudi. On y retrouve dix des plus grands succès du chanteur cajun, mais aussi deux pièces originales.

L’idée a germé dans la tête de Zachary Richard en 2016, lors d’un concert à La Fayette avec l’Orchestre symphonique Acadiana. « J’ai interprété quelques-unes de mes chansons. La réaction du public a été importante, non seulement dans la salle, mais aussi sur Facebook, où j’avais mis un extrait de Lac Bijou. Et de mon côté, j’ai pris énormément de plaisir à faire ce concert. »

Pour passer de l’idée aux actes, il a fait appel à l’arrangeur Boris Petrowski et à son frère Nicolas, propriétaire d’un studio d’enregistrement dans Notre-Dame-de-Grâce. « Je voulais explorer le répertoire sous un autre angle. J’ai donné à Boris le mandat d’explorer les harmonies d’une façon aventureuse. Je ne suis pas un grand connaisseur de musique classique, mais il y a des choses que j’aime particulièrement. C’est le début du XXe siècle : Debussy, Satie, Ravel, Stravinski. C’est un sillon où je me trouve très à l’aise. Harmoniquement parlant, ça me parle. »

Le résultat, dit-il, le rend très fier. « On a décidé de prendre un risque et le pari est réussi. Ce sont les mêmes mélodies que les gens connaissent, mais ce ne sont pas les mêmes chansons ! On a ajouté une touche d’élégance à laquelle je suis très sensible. »

La sortie de l’album s’accompagnera, à compter de mai, d’une tournée au Québec. Après plus de deux ans loin de la scène – que ce soit ici ou chez lui, en Louisiane –, Zachary Richard va pouvoir enfin renouer avec le public. « Et je vais pouvoir continuer de m’exprimer avec mes vieux chums Rick Haworth, Mario Légaré, Paul Picard… »

Il n’y aura peut-être pas d’orchestre de chambre sur la scène, mais il y aura sans conteste des décennies d’expérience combinées ! (Source : La Presse)

Écoutez le nouveau simple d’Ann Wilson. – L’ex-chanteuse de Heart, Ann Wilson a publié un nouveau simple solo intitulé « A Moment in Heaven », extrait de son prochain album solo Fierce Bliss.

La chanson est ancrée par un groove musclé et swinguant et des riffs de guitare croustillants, alors que Wilson chante l’histoire d’une jeune femme pleine d’espoir qui déménage à Hollywood avec des rêves de gloire et de fortune, mais qui est rapidement ramenée à la réalité. « ‘A Moment In Heaven’ raconte l’histoire d’un one-hit-wonder (succèes unique) dans la machine à fabriquer des stars d’Hollywood : la sublime cruauté de la gloire éphémère « , a déclaré la chanteuse dans un communiqué.

Pour Wilson, l’une des chanteuses les plus populaires des années 70 et 80 qui a fait l’expérience directe de l’inconstance et du sexisme de l’industrie du spectacle, le sujet de « A Moment in Heaven » est très proche de la réalité.

« C’est l’un de ces discours anti-Hollywood« , poursuit-elle, « le broyeur à viande de la machine à fabriquer des images musicales et ce que cela fait d’être à l’intérieur de cette machine. Tout d’un coup, tout se passe à fond, vous avez un disque numéro un et tout le monde vous verse du champagne en vous disant à quel point vous le ‘méritez’. Vous êtes au paradis ! Mais la cruelle réalité s’impose alors… quelle est la prochaine ? Pouvez-vous le suivre ? Tout tourne autour du glamour et de l’extase éphémères que procure le succès dans le monde du rock. »

Wilson a présenté Fierce Bliss avec plusieurs simples, dont « Greed », « Black Wing » et une reprise de « Missionary Man » d’Eurythmics. L’album, qui sortira le 29 avril, comprend également des reprises de « Love of My Life » de Queen (avec Vince Gill) et de « Bridge of Sighs » de Robin Trower. Le guitariste de Gov’t Mule, Warren Haynes, prête également ses talents à deux chansons, « Gladiator » et « Angel’s Blues ».

Le concert mythique de Prince à Syracuse sort en disque. – Nouvelle pépite exhumée : le concert de Prince, à son apogée à Syracuse pendant la tournée « Purple Rain » en 1985, sortira le 3 juin pour la première fois en CD, vinyle et Blu-ray, indiquent mercredi label et légataires.

À chaque artiste son live référence : James Brown a son Apollo Theater, Jimi Hendrix son Monterey Pop. Pour Prince (décédé en 2016), c’est le show à Syracuse, au New York’s Carrier Dome, le 30 mars 1985.

« En réécoutant le concert de Syracuse, je me dis qu’on sonne comme une fusée au décollage », commente BrownMark, bassiste de The Revolution, groupe accompagnant Prince à l’époque. « C’était puissant. J’ai assisté à beaucoup de concerts mais je n’ai jamais vu rien de tel », ajoute-t-il, cité dans le communiqué.

À l’époque, le concert fut retransmis en direct par satellite et des captations de basse qualité circulent depuis. Cette fois, cette performance a été remixée à partir des bandes originales tirées de « The Vault », la chambre forte de Prince, nichée dans son domaine-lieu de création-studio de Paisley Park.

C’est aussi la première fois que l’image est restaurée au format Blu-ray, précisent Legacy Recordings, étiquette de Sony, et le « Prince Estate », entité qui gère son héritage artistique.

C’est donc aussi la première fois que le concert intitulé « Prince and The Revolution : Live » est transposé en vinyle et en CD. (Source : AFP)

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top