Spectacles

Bryan Adams Ottawa

Analyse du spectacle électrisant -Bryan Adams 
Centre Canadian Tire Ottawa, 7 octobre 2022
Publié le 10 octobre 2022

Texte et photos: André Thivierge

Après avoir entrepris une tournée canadienne le mois dernier qui l’a emmené à faire le tour des Maritimes et du Québec (dont Québec, Montréal, Alma et Trois-Rivières) le rockeur canadien atterrissait à Ottawa, dans sa province de naissance où il est né il y a 62 ans.

Il était en ville pour promouvoir son dernier album – So Happy It Hurts – écrit pendant les années de pandémie alors qu’il aurait dû être en tournée avec son album Shine a Light de 2020.

L’énorme écran vidéo sur la scène montrait la pochette de l’album So Happy It Hurts, qui ressemblait à une simple image mais qui, intelligemment, était une vidéo qui, de temps en temps, faisait apparaître quelque chose comme une fanfare ou un mécanicien travaillant sur la voiture (la même utilisée sur l’album).

La foule est soudainement devenue silencieuse et une voix jaillit de l’obscurité, déplorant la disparition du rock et présentant l’ange qui le ramènera au monde : Bryan Adams.

Sous des applaudissements nourris et des cris d’approbation, Bryan a lancé Kick Ass avant de frapper fort avec Can’t Stop This Thing We Started enchaînant directement avec son tube de 1984, Somebody – une chanson qui, à ce jour, me donne encore des frissons. La voix de Bryan Adams reste l’une des plus distinctes du rock. Presque rauque, mais incroyablement puissante après presque 50 ans de carrière, elle n’a rien perdu de sa magie.

Ravi d’être de retour sur la scène de la ville à laquelle il a vécu quelques années, Adams a déclaré : « Hey Ottawa ! C’est bon d’être de retour. »

Avec plus de 16 albums de chansons à son actif, la star connaît les titres que ses fans veulent entendre et, pendant les deux heures qui suivent, il joue tube après tube, entrecoupés de morceaux plus récents. Il est un des rares artistes qui ne se contente pas d’offrir un spectacle de ses meilleurs succès mais qui continue à offrir de la nouvelle musique.

Shine A Light est suivi de Heaven, dont les deux premiers couplets sont chantés par le public, un Bryan souriant se joignant au refrain, tandis que la place brille sous les lumières de centaines de téléphones qui se balancent.

Go Down Rockin‘ est suivi de It’s Only Love. « Tina Turner ne pouvait pas être là ce soir », plaisante Bryan en riant, « mais nous avons Keith Scott à la guitare ».

Il fait une brève pause, expliquant que sa précédente tournée a été interrompue par la pandémie et que c’est formidable de pouvoir à nouveau jouer de la musique pour les gens. Sur ce, il se lance dans le style rockabilly de You Belong To Me, la caméra montée à l’avant de la scène se concentrant sur la foule qui danse en rythme suivi par I’ve Been Looking For You.

Après avoir interprété The Only Thing That Looks On Me Is You, Adams offre ensuite Here I Am, de la trame sonore du film Stallion of the Cimarron. Sachant qu’il y a beaucoup de francophones de l’autre côté de la rivière Outaouais dans la salle, il offrira quelques phrases et le refrain en français de cette pièce qui s’intitule dans la langue de Molière, Je suis là!

Cette ballade est rapidement suivie par une version acoustique de When You’re Gone qu’il chantait avec Mel C, puis les premières notes de (Everything I Do) I Do It for You sont entamées et tout le monde se lève. Les téléphones brillent dans le noir, la foule connaît la chanson par cœur et les acclamations et les applaudissements deviennent assourdissants à la fin.

Il accélère ensuite le rythme avec Back To You, puis These Are The Moments That Make Up My Life, 18 Till I Die et Summer of 69 lançant en blague à la foule : « J’aurais dû la jouer plus tôt« .

Puis il s’en remet au public, demandant aux gens de crier les chansons qu’ils veulent entendre.

Ce segment de demandes spéciales accroit encore plus la synergie entre le rockeur et son public, le chanteur prenant même temps de nommer au micro le nom de ceux qui ont demandé les chansons.  Et on a eu droit à de courts extraits de pièces favorites du public telles Have You Ever Love A Woman qu’il termine par la phrase « Have you ever really loved an Ottawa woman ? et Please Forgive Me.

Après une interprétation foudroyante de Cuts Like a Knife, la star et son groupe tirent leur révérence et quittent brièvement la scène, une grande voiture gonflable volant au-dessus de l’arène pour nous divertir jusqu’au retour de Bryan et de « ses gars ».  Comme quoi, il n’y a pas que Pink Floyd qui fait voler des items dans les airs.

Le rappel débute avec So Happy It Hurts et la foudroyante Run To You.

Il raconte ensuite ses déboires vécus en hiver avec la chanson Ottawa Bound.

À ce moment-là, Keith Scott, le batteur Pat Steward, le bassiste Solomon Walker et le claviériste Gary Breit quittent la scène, laissant Bryan Adams seul pour terminer le concert avec une chanson dédiée à sa mère de 92 ans, Straight From the Heart ainsi que le duo Shine A Light et All For Love

Et soudainement, on se rend compte que le rocker canadien à l’énergie et la voix légendaires a enfilé pas moins de 28 chansons en plus de deux heures. Il prouve encore à son public qu’il n’a rien perdu de la fougue de sa jeunesse et qu’effectivement, il aura 18 ans jusqu’à sa mort!

Voici quelques faits saillants du spectacle de Bryan Adams tournés à Birmingham, Angleterre.

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
PHOTOS: ANDRÉ THIVIERGE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top