Chroniques

Lamb Lies in Montréal

We Know That We Like Genesis #37
Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois
Publié le 2 novembre 2021

 

Par André Thivierge

Après deux semaines de tournée de The Lamb Lies Down on Broadway (The Lamb), Peter Gabriel annonce à ses collègues Tony Banks, Phil Collins, Steve Hackett et Mike Rutherford qu’il décide de quitter Genesis à la fin novembre 1974. Après en avoir avisé le gérant Tony Smith à Cleveland, c’est à Montréal deux semaines plus tard qu’il en avertira ses comparses. À la demande de ceux-ci, Peter accepte de poursuivre jusqu’à la fin de la tournée et de ne pas révéler sa décision aux médias même s’il donnerait des entrevues pendant cette période.

The Show Must Go On

Après un spectacle annulé le 14 décembre à Indianapolis, c’est donc à Montréal que Genesis devra composer avec sa nouvelle réalité de groupe en sursis. Faisant comme si rien ne s’était passé, Peter donnera une entrevue à Paul-Henri Goulet de Pop-Rock qui paraîtra dans son numéro du 11 janvier 1975.

Il explique que « Genesis avait essayé plusieurs titres avant de choisir The Lamb. L’action se situe à New York, d’où le mot Broadway. C’est une ville d’extrémistes, tout comme le caractère principal de l’album. L’histoire est plus directe que celles du passé mais la fantaisie est toujours présente. On n’est plus dans les histoires bibliques. On ne sait pas si l’album double fonctionnera, mais il n’y a pas de remplissage. »

Questionné sur la réaction du public jusqu’à présent au spectacle avec des diapos, Peter affirme « nous espérons que les gens vont aimer cela. Au Québec, ce n’est pas un problème, tout le monde nous adore! Mais il y a des gens qui disaient auparavant que notre show était trop enfantin. Ce n’est plus le cas! »

Le magazine faisait remarquer dans un autre article adjacent de Pop-Rock de Mario Lefebvre que Peter avait déclaré récemment au magazine Melody Maker que Montréal était la meilleure ville pour présenter leur spectacle. « Pour une raison que j’ignore, les Canadiens-français adorent Genesis. » Lefebvre ajoutait « en voilà un qui s’est rendu compte que nos goûts sont beaucoup plus finis que ceux de nos voisins, les Américains. »

The Lamb Lies Down in Montréal

La 3e visite de Genesis à Montréal sera fort différente des précédentes. Le producteur Donald K. Donald ayant pris la relève du collectif Kosmos, ce sera la première fois que le groupe se produira dans l’enceinte du Forum au lieu de celle plus intime du Centre universitaire de l’Université de Montréal.

Jacques Landry racontera dans son article du Pop-Rock que le groupe a joué devant un Forum rempli à pleine capacité, sans première partie. Selon l’auteur, le groupe souffrira du manque d’intimité de cette immense enceinte.

L’auteur raconte « qu’à son entrée sur scène, certains n’ont même pas reconnu le fameux mime de Genesis. Pour s’ajuster au personnage de Rael, Peter a délaissé sa légendaire coupe de cheveux pour adopter l’allure typique d’un rocker perdant un peu de son magnétisme. Le choix des 2000 diapositives était superbe. On constate que Genesis est toujours aussi intelligent dans son sens de l’esthétique. La symphonie des couleurs est d’un synchronisme génial et Peter renouvelle ses personnages inusités. »

Forum de Montréal, photo Claude Beaudet

Il y mentionne le personnage de Slipperman, cet embryon géant apparu sous une cloche rose phosphorescente ainsi que le visuel où Peter est enfermé dans un filet multicolore donnant l’effet saisissant d’un tourbillon.

Le spectacle se termine après 90 minutes de musique « résumant toute la versatilité de Genesis et la virtuosité de ses membres. » Il y mentionne la présentation en français de The Musical Box en rappel qui compléta cette soirée réussie même si le public aurait aimé entendre quelques succès du passé dont ceux de Selling England By The Pound.

Il n’y a malheureusement pas d’enregistrement audio disponible de ce spectacle à Montréal mais celui du lendemain à Toronto a été enregistré. 

En voici un extrait :

Go West Young Men

Après une pause de deux semaines, la tournée américaine de Genesis s’est poursuivie en janvier 1975 culminant avec le spectacle offert au Shrine Auditorium à Los Angeles, enregistré sur multipiste.

C’est le seul enregistrement décent qu’à fait le groupe de la tournée de The Lamb.  Les fans devront attendre 23 ans avant qu’il ne soit finalement offert au public via le coffret Genesis Archive 1967-75. À noter que Peter, insatisfait de la piste vocale réenregistrera celle-ci.

Phil a mentionné plus tard que « cet enregistrement est le meilleur qui soit, encore supérieur à l’album studio. Nous étions fantastiques ».

Richard Cromelin du Los Angeles Times indiquait dans sa critique du 25 janvier que « Genesis manie avec perfection l’équilibre entre le son et le visuel. »  Il considère ce spectacle encore meilleur que celui offert l’année précédente à pareille date.

Fin de la tournée The Lamb en Europe

En février 1975, Genesis entreprendra la portion européenne de sa tournée qui durera quatre mois. Maintenant que l’album est plus connu, est-ce que la fin de la participation de Peter avec le groupe sera triomphale?

À suivre!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci !

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!