Chroniques

Terry Kath Chicago

Guitariste émérite selon Murray article 68
Terry Kath
Publié le 19 octobre 2022

Par Normand Murray

Terry Kath

Authentique héros de la guitare

Terry Kath est né en 1946, il a grandi à Chicago jouant de la basse dans des bands locaux dans les jeunes et plus avancées années sixties. Et devenu membre pour le Chicago Transit Autority qui devint Chicago par la suite.

1963

The Mystics: Denny Horan, Brian Higgins, George Slezak, Terry Kath, Mike Pisani.1960. Crédit Photo: Brian Higgins.

Débutons avec ses débuts avec la formation The Mystics en 1963 et en 1965, faisant le saut avec Jimi Rice and the Gentlemen sur la route à la basse. Considéré alors comme un leader, il guida la direction des Gentlemen. Congédié, il reprit le collier avec Little Artie and the Phoraohs avec un autre guitariste leader Mike Sistack, qui dit alors c’est la Business qui veut ça.

1966

Il intègre un groupe de reprises, Missing Links reprenant Walter Paradizer, saxophoniste et Danny Seraphine, batteur, en arpentant les clubs et salles de danse de Chicago sur une base régulière. Un autre membre vint se joindre, un ami de DePaul University, le trompettiste Les Loughane, à la demande du futur producteur de Chicago James Williams avec le Illinois Speed Press, il décline. Il voulait être avant tout le leader guitariste, son choix de carrière de le rejoindre à la base, lui qui est un lead guitariste.

Il additionne à son groupe le claviériste et chanteur Robert Lamm et forme The Big Thing et un autre membre Peter Cetera comme bassiste et vocaliste. Ils signent avec un distributeur majeur, Colombia Records renommant The Big Thing pour Chicago Transit Authority qui rechangera de nom peu de temps après pour simplement Chicago au deuxième album.

1969

Parlons du premier album désigné sous le nom éponyme de Chicago Transit Authority, le pendant de Blood Sweat and Tears, dans les formes similaires des cuivres. Avec tout le personnel ci-haut mentionné, ce premier opus sera le coup d’envoi d’une carrière phénoménale pour Kath et Chicago avec des succès comme l’acoustique accomplie Biginnings, enregistrée en une prise de sept minutes et la reprise de I’m a Man des Spencer Davies Group, une démonstration de ses influences nettes de Jimi Hendrix et aventureuse Free Form Guitar Play avec tous les effets sonores et surtout un jeu de Whammy Bar exemplaire.

Avec une variété de styles allant du jazz, le blues, la salsa, le rock and roll, l’acid rock et le pop, tout un exploit représenté en un seul album tant de mixité dans les compositions pour un premier jet de Chicago Transit Authority.

On enchaîne avec le deuxième album de Chicago et encore des succès comme le mémorable solo en continu de 25 or 6 to 4, le live officiel de Chicago et ce douloureux Colour My World, un classique de tendresse s’il en est un, avec son appui vocal talentueux et suave à souhait. Il fut toujours présent avec sa voix à chacun des sept premiers albums de Chicago auxquels il a participé.

À noter ses influences étaient oui, Jimi Hendrix, les Ventures, Johnny Smith, Mike Bloomfield, Dick Dale le roi du Surf Rock, George Benson, jazzman accompli, Ken Burrel, Eric Clapton et Howard Roberts. Voilà ce qui explique la diversité dans ses compositions et jeux de guitare. Terry n’a jamais pris de cours, autodidacte, délaissant toutes ses tentatives de formation.

Les guitares 

Kath étant un fervent de la Gibson SG standard et Custo, ainsi que de la Fender Stratocaster et la  Telecaster avec effets multiples et le Wha Wha. Dans le Chicago III, sa voix est là avec un commentaire social sur la chanson Dialogue.

À noter qu’une de ses Fender Stratocaster fut modifiée avec des humbuckers de Gibson, un bijou de Gibson, la Lespaul Professional 1969 et une acoustique d’Ovation.

1976

Au Chicago X, Cetera aura la position numéro Un du palmarès avec You Leave Me Now, avec le coté plus agressif de Kath et Takin it on Uptown pour contre balancer le
coté devenu plus soft de Chicago.

1977

Le Chicago XI, Terry contribuera à ce côté plus funk avec la pièce n’ayant pas le nom pour l’être, le succès Mississippi Delta Blues. C’est en janvier 1978 qu’il quitte Chicago pour entreprendre une carrière solo qui s’annonçait bien prometteuse, connaissant tout le talent de Terry Kath.

1978

23 janvier 1978. Malheureusement étant un amateur d’arme à feu lors d’une soirée entre connaissances, il fît une imprudence qui lui coûta la vie, en appuyant sur sa tête un revolver qu’il croyait sans balles à l’intérieur en disant « Don’t Worry it’s not Loaded ». Une erreur mortelle s’ensuivit. Après sa mort, Chicago lui fît honneur avec le premier album sans lui, Hot Streets avec Alive Again et une autre, Feel the Spirit.

En conclusion, et ce sans me tromper, je suis persuadé que cette carrière solo l’aurait propulsé dans les rangs des grandes légendes de la guitare, comme un authentique héros de la guitare. Sa créativité et son grand talent nous permettant d’affirmer bien haut cette vérité que nous ne connaitrons jamais. Une autre carrière inachevée comme bien d’autres se sont conclues dans le drame et de façon accidentelle ou bien par négligence. Le monde du Rock en est plein, malheureusement.

Repose en paix Mister Terry Kath.

Nous aussi, on aimerait encore que tu sois ici.

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top