Chroniques

Beatles Hey Jude

Beatles Hey Jude, 1968
Publié le 03 avril 2022

 

Par Laurent Lavigne

Hey Jude

Paroles et musique : John Lennon et Paul McCartney

Hey Jude est la chanson de tous les superlatifs : la première chanson du groupe enregistrée sur l’étiquette Apple ; sa durée de 7 min. 11 s., en fait le 45 tours le plus long à devenir no 1 ; c’est également le plus grand succès, se classant no 1 dans au moins 11 pays avec plus de huit millions d’exemplaires vendus.

Sur la face B du 45 tours, Revolution (version fuzzée) de John.

HISTOIRE 

Les Beatles rentrent de l’Inde. Le double Album blanc est en production. Entretemps, John se sépare de sa femme pour aller vivre avec Yoko Ono. Sa femme Cynthia et leur fils Julian trouvent la situation difficile, ce qui préoccupe Paul car il a beaucoup d’affection pour les deux, tout particulièrement pour Julian.

Paul leur rend donc visite pour les réconforter. C’est en s’y rendant que la mélodie et les paroles lui viennent. Cynthia se souvient de cette rencontre, voyant Paul arriver avec des fleurs et lui faisant une demande factice en mariage pour détendre l’atmosphère. 

« Hey Jules, don’t make it bad », semble-t-il dire à Cynthia et Julian ! Par la suite, Paul termine la chanson et change le nom de Jules pour celui de Jude en pensant au personnage Jud Frey du film Oklahoma, joué par Rod Steiger.

Paul la chante à John, et lui dit qu’il va changer la phrase « The movement you need is on your shoulder. » Celui-ci lui répond qu’il ne devrait pas, car c’est la plus belle phrase de la chanson. Depuis, Paul a une pensée pour John toutes les fois qu’il chante cette phrase.

 

Mentionnons qu’à cette époque, les tensions sont vives entre les membres du groupe. John, se sentant attaqué dans sa relation avec Yoko, croit que Paul s’adresse à lui avec ces paroles « She has found you, now go out and get her » lui disant d’aller avec Yoko et de mettre ainsi un terme à leur collaboration musicale. Rien n’indique qu’il s’agissait là de l’intention de Paul.

Hey Jude est une chanson réconfortante et très novatrice avec sa finale qui est tellement distincte de la première partie que plusieurs ont pensé qu’il s’agissait de deux chansons réunies. Cette finale, qui a été improvisée par Paul, est plus longue que la première partie et représente un laisser-aller total, Paul et les choeurs répétant plus de 200 fois « Nah ».

Le critique Richie Unterberger dira de celle-ci : « Ce qui aurait pu être ennuyeux devient hypnotique. Paul McCartney varie son chant. C’est une des plus grandes improvisations jamais entendues dans le rock, s’étendant de chants incantatoires à de puissants cris à la James Brown, en passant par des lignes pleines d’âme. »

ENREGISTREMENT

Après les répétitions des 29 et 30 juillet à Abbey Road, on déménage le 31 au studio Trident qui a un appareil 8 pistes. Dans cet enregistrement, il est possible d’y entendre bien des éléments cocasses. Tout d’abord, les enregistrements commencent sans Ringo, qui est aux toilettes. Il revient en douce et prend sa place avec un beau roulement de tambours. Cette prise sera conservée.

En plus de jouer leur partition, les musiciens de l’orchestre chantent et tapent dans les mains. Un seul refusera, offusqué qu’on lui demande cela. Et il est possible également d’entendre entre les mots « under your skin » et « then you begin », John s’exclamer « fuc***g hell » à la suite d’une erreur, et plus loin, Paul dire « look out » pour avertir qu’on arrive à la finale.

 

Pays Sortie No 1 Nb. Sem.
CA
26/08/1968 14/09/1968* 7
QC
26/08/1968 06/09/1968** 8
É.-U.
26/08/1968 28/09/1968 9
R.-U.
30/08/1968 14/09/1968 2

 

PARTICIPATION DES MUSICIENS

  •  Paul : voix principale et choeurs, 1966 Fender jazz bass, 1898 Bechstein Grand piano.
  • John : harmonie et choeurs, guitare rythmique acoustique 1964 Gibson J-160e

  • George : choeurs, guitare solo 1961 Fender Stratocaster Sonic Blue (1964) (inaudible).
  • Ringo : choeurs, batterie 1964 Ludwig Downbeat Oyster Black Pearl, tambourin, claquements de mains.
  • Pour la longue finale : 36 musiciens.

ANECDOTES

Dans la vitrine de la boutique Apple, une affiche annonçait le disque Hey Jude. Un marchand juif s’en offusque, car « Juden » en allemand veut dire juif et cela lui rappelait la « nuit de cristal ». Paul a alors dû lui expliquer qu’il s’agissait du diminutif d’un prénom.

Tiré du livre : Les 27 chansons no.1 des Beatles aux Éditions Les Heures Bleues

Cette chanson est extraite du livre Les 27 chansons No 1 des Beatles  disponible sans frais de livraison à : https://www.heuresbleues.ca/copie-de-27-expressions
Voir la critique du livre ci-jointe de Sylvain Cormier 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

%d blogueurs aiment cette page :