Actualités

Pingouins Gabriel Beatles

Dernière heure #133
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 16 octobre 2022

Par André Thivierge

Écoutez la nouvelle chanson des Vilains Pingouins, La course ou la vie. – Même s’il a passé le cap de la soixantaine, Rudy Caya n’a pas perdu sa capacité de s’indigner. Dans La course ou la vie, première nouvelle chanson en quatre ans de Vilain Pingouin, il dénonce le discours de sa propre génération.

«Tu peux dire à ton père que tu vivras pas sa vie. Car toutes les générations doivent s’adapter à ce qu’elles reçoivent», chante Rudy Caya, en s’adressant à un jeune.

La chanson, dit l’artiste de 61 ans, qui prend invariablement le parti des gens ordinaires depuis Le train et Marche seul, est «née d’un écœurement». Sa cible ? Les baby-boomers, à qui il lui a pris l’envie de remettre en pleine face leurs contradictions.

«Les gens qui ont en haut de 50 ans ont des commentaires sur la jeunesse qui sonnent malheureusement exactement comme leurs pères sonnaient par rapport à eux. Ton père disait ça de toi, tu disais que c’était un cave et maintenant, tu dis la même affaire, soulève Rudy Caya, toujours partant pour surligner au fluo les travers de l’époque. Depuis le début, on observe la société, c’est ça, notre job. Nous sommes un miroir.»

Dans ce qui est le premier extrait d’un mini-album de quatre titres, intitulé Coup de main et attendu le 25 novembre, Vilain Pingouin fait équipe avec un vieux chum de Caya : Polo Bellemare, des Frères à ch’val. Les deux se connaissent depuis le début des années 1980 et ont chanté ensemble plusieurs fois, mais cette collaboration en studio est une première.

«Je ne vois pas qui d’autre que Polo aurait pu chialer avec moi sur La course ou la vie», signale Rudy Caya. «Ils sont de la même école», s’amuse le batteur Michel Vaillancourt présent lors de l’entrevue.

Peu actif durant la pandémie à l’exception d’un concert en formule distanciation sociale, en 2021, à Limoilou, Vilain Pingouin a repris son rythme de croisière, cet été, en montant sur scène à quinze reprises un peu partout au Québec.

Pour Rudy Caya, qui doit toujours jongler avec les séquelles d’une série d’AVC subis durant les années 2010, c’était une bonne façon de se remettre en forme.

«Durant la pandémie, j’avais ralenti. Je ne pouvais pas marcher autant, je ne faisais pas d’activités, j’étais tout le temps dans mon salon. L’année 2022 m’a obligé à marcher beaucoup et faire des shows de deux heures à la chaleur. Je suis revenu au niveau que j’étais avant la pandémie.» (Source QUB)

Écoutez une nouvelle reprise de Leonard Cohen par Peter Gabriel. – En attendant la parution du premier album de l’ex-Genesis depuis 20 ans annoncé pour la fin d’année, les fans ont un nouvel enregistrement à se mettre sous la dent.

Gabriel interprète la chanson titre de l’album Here it is, qui rend hommage au regretté auteur-compositeur canadien Leonard Cohen.

Parmi les artistes participant à l’hommage, on retrouve aussi James Taylor, Sarah McLachlan et Iggy Pop.

Écoutez une nouvelle vidéo de Taxman des Beatles pour souligner la réédition de l’album Revolver. – Le clip, réalisé par Danny Sangra, met en scène de manière colorée les paroles de la chanson, avec un texte et des mouvements qui changent constamment tout au long du morceau. Il s’agit de la première vidéo publiée dans le cadre de la version remixée et étendue de Revolver, qui sortira le 28 octobre. L’audio de la version actualisée de Taxman a été publié en septembre.

Taxman a été enregistré lors de trois sessions de studio en avril et mai 1966. La chanson, écrite par George Harrison, a été inspirée par sa frustration face au taux d’imposition élevé en Angleterre à l’époque.

Dans ses mémoires de 1980, Harrison a noté que la chanson « a été le moment où j’ai réalisé pour la première fois que même si nous avions commencé à gagner de l’argent, nous en donnions en fait la majeure partie en impôts ; c’était et c’est toujours typique ».

Sorti en 1966, Revolver est toujours considéré comme un disque révolutionnaire, même selon les critères élevés des Beatles. Le groupe étire ses muscles musicaux sur l’album, expérimentant des techniques d’enregistrement, notamment l’utilisation de bandes inversées.

Giles Martin, fils du producteur original des Beatles, George Martin, a dirigé la nouvelle réédition. L’édition super deluxe comprendra un nouveau mixage de l’album, 28 prises anciennes des sessions d’enregistrement de Revolver, trois démos maison, un mixage mono de l’album provenant de la bande maîtresse mono de 1966, un EP quatre pistes séparé avec de nouveaux mixages stéréo et des mixages mono originaux remasterisés pour les chansons Paperback Writer et Rain.

L’ensemble sera également accompagné d’un livre relié de 100 pages, avec une préface écrite par Paul McCartney, un des deux seuls membres du groupe encore vivant avec Ringo Starr.

Documentaire à venir: Phil et Nic Collins – réalisé par l’équipe de Drumeo et Brandon Toews.

Selon un post de ce dernier sur Facebook, Brandon partirait en Suisse ces prochains jours pour deux semaines de tournage en présence des membres du site spécialisé pour la batterie, Drumeo, afin de réaliser un reportage sur la carrière de batteur de Phil pour Genesis, BrandX et ses albums solo, ça parlera technique de batteur en profondeur.

Nic en fera des démonstrations avec explications. Il est même prévu des directs entre le 24 et le 28 octobre prochain. Merci à nos collaborateurs de Genesis-France pour la nouvelle exclusive.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  ! Visitez notre boutique.

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!