Chroniques

Phil nouveau leader

We Know That We Like Genesis #47
Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois
Publié le 7 avril 2022

 

Par André Thivierge

C’est à London en Ontario que Phil Collins, Tony Banks, Mike Rutherford et Steve Hackett lanceront la première tournée de Genesis, la première sans Peter Gabriel.

C’est là que le 26 mars 1976, une foule de 2200 chanceux sera en mesure de voir pour la première fois Phil prendre le devant de la scène pendant que Bill Bruford s’assurera de maintenir le rythme à la batterie.

Des témoins se souviennent de cette soirée (tel que raconté dans des articles du magazine Prog et du National Post de Toronto).

Cette soirée printanière, Phil a 25 ans et Genesis ouvre un nouveau chapitre de son histoire lors de la première soirée de la tournée Trick of the Tail. En cette nuit désormais légendaire, Genesis monte sur la scène du London Arena, vestige branlant d’une époque révolue dans la ville forestière du centre de l’Ontario.

Loin du stade de Wembley à Londres et du Madison Square Garden de New York – peut-être intentionnellement -, c’est l’endroit idéal pour que le nouveau Genesis puisse peaufiner son look.

Aucune des 2 000 personnes présentes – et surtout pas Phil et ses collègues – ne se doutait que sa version de Genesis allait devenir un groupe qui remplirait des salles dans les années 80 et 90.

Sur les seules photos qui subsistent de l’un des concerts les plus historiques du rock, on a l’impression qu’une bande de rockeurs en herbe joue dans le gymnase d’une école secondaire sans prétention. Le leader du groupe – un Anglais barbu et vêtu d’un débardeur – s’accroche au pied du micro comme s’il s’agissait d’une bouée de sauvetage. Ses collègues se concentrent intensément sur leurs parties, ne jetant un coup d’œil vers le haut qu’à l’occasion pour saluer une foule tout aussi concentrée.

Mike se souvient dans son autobiographie qu’au cours de la première pause entre les chansons, « J’ai vu Phil monter sur le devant de la scène avec une feuille de papier à la main, tremblant, tellement nerveux. Mais ça a très bien marché. Phil avait l’expérience de la scène depuis sa jeunesse [école d’art dramatique] : il s’y sentait à l’aise, et le public voulait l’apprécier. Comme certaines de nos chansons étaient légèrement distantes, atmosphériques, sombres, la présence plus terre-à-terre de Phil sur scène contrebalançait les parties plus lourdes du set. Il a réduit la tension et a permis aux gens de se détendre entre les chansons. »

Le succès du groupe « dépend des capacités vocales du chanteur Collins », écrit le critique local Noel Gallagher dans le London Free Press le lendemain matin, « le membre du groupe qui doit réussir si Genesis veut survivre au départ de Gabriel ». Il n’a eu droit qu’à quelques centaines de mots et six paragraphes pour couvrir le grand événement.

Noel Gallagher en 1976

Pour Gallagher, deux des moments forts du concert sont issus du nouvel album. Dance of the Volcano « met en valeur la combinaison de la guitare principale de (Steve) Hackett avec (Tony) Banks aux claviers ». Un autre succès de l’album, Robbery, Assault And Battery, « dépend de la capacité vocale du chanteur Collins, le membre qui doit s’imposer si Genesis veut survivre au départ de Gabriel », a-t-il écrit.

Il n’était pourtant pas question de porter de masques pour Phil.  « Ce n’était pas une décision consciente », dit-il maintenant. « Je ne me sentais tout simplement pas capable de faire les choses que Peter faisait. Je me suis dit : « D’accord, je vais essayer, mais ne vous attendez pas à ce que je porte tous ces costumes ! ». Il s’est donc contenté de rester là et de chanter, ayant même peur de retirer le micro de son pied au début. « Enlever le micro de son pied était ce que les chanteurs faisaient, je n’étais pas encore prêt pour ça. »

Phil n’a donc pas essayé de rivaliser avec la théâtralité de Peter sur scène, se contentant de jouer le rôle de l’homme de la rue sans prétention. Pourtant, comme en témoigne cette nuit au Canada et de nombreuses autres nuits à venir (même pendant et après son succès phénoménal en solo), il avait une connexion avec la musique et les fans de Genesis qui était inestimable. « C’était un sacré personnage, mais pour le public, il était l’un des nôtres, et donc l’un des leurs », dit aujourd’hui Mike. « Nous avons su au bout d’une demi-heure ce soir-là au Canada – ça va marcher. »

Phil se rappelle que mille pensées se bousculent dans sa tête. « Que vais-je porter ? Que dois-je faire ? J’avais de grandes chaussures à remplir. Je savais chanter, mais pouvais-je parler ? J’avais la bonne volonté du public, mais pas la sécurité de ma batterie. Une fois que nous avons eu quelques chansons, cependant, je me suis senti : Je peux le faire. »

Souvenirs d’un photographe

Ce soir de mars, Jim Fisk s’est joint à la petite foule qui se rendait à l’arène avec un groupe d’amis amateurs de prog.

Fisk, alors étudiant en deuxième année d’informatique à l’université de Western Ontario, a pris les seules photos connues du spectacle avec l’appareil Praktica de son père. Fisk, un enfant de l’armée qui s’est installé à London en 1966, a découvert Genesis après leur album phare de 1973, Selling England by the Pound.

« La London Arena [démolie depuis] pouvait contenir quelques milliers de personnes tout au plus et était plus habituée aux patins à roulettes qu’aux rockeurs. Avant le concert, je suis entré avec ma mallette avec l’autocollant de Dark Side Of The Moon et j’ai regardé le groupe s’installer. Tout le monde a été éjecté pour la vérification du son. Au moment du concert, nous nous sommes précipités au troisième rang sur le sol en béton dur. »

London Arena en 1976

« Lorsque les lumières se sont éteintes, l’endroit, aussi petit soit-il, était bondé. Phil est peut-être un peu timide au début, mais la foule répond et Phil aussi. Bill Bruford, dans son T-Shirt des Bruins de Boston était M. Perfection, comme d’habitude. »

Ses photos sont simplement encadrées et présentent souvent les musiciens au premier plan, sur un arrière-plan flou.

« Quand il était devant, il se tenait essentiellement devant le micro », se souvient Fisk à propos des premiers moments de Collins en tant que leader du groupe. «Je ne dirais pas qu’il s’y accrochait, mais je pense que c’était sa première protection. »

Fisk est un fan de longue date de Genesis – sa première danse avec sa femme a eu lieu sur « Follow You, Follow Me » de 1978 et il a vu plusieurs des membres du groupe en concert au fil des ans. La plupart des spectateurs, cependant, ont probablement simplement profité de l’occasion pour aller voir un groupe de rock – n’importe quel groupe de rock – et n’avaient probablement aucune idée qu’ils étaient témoins de l’histoire.

« Combien de personnes dans cette arène étaient des fans hardcore de Genesis ? Probablement pas un grand nombre d’entre eux. »

Phil a hésité à s’exprimer pleinement lors de son voyage inaugural ; dans ses mémoires de 2016, Not Dead Yet, il écrit qu’il était si nerveux ce soir-là qu’il a passé  » presque tout le spectacle à se cacher derrière le pied de micro « , ce que son prédécesseur n’a jamais fait. Dans le même passage, Collins se souvient avoir juré sous sa respiration et avoir dégluti bruyamment lorsque les lumières de l’arène se sont éteintes.

Dans une entrevue accordée au National Post, Steve a déclaré « que le plus grand défi de Phil ce soir-là a été d’impressionner un fan critique au premier rang, vêtu du costume emblématique de Gabriel, le « Watcher of the Skies« , comme pour narguer le groupe et suggérer qu’il ne serait jamais à la hauteur de sa gloire passée. « C’était l’équivalent prog d’avoir un sosie de David Lee Roth au premier rang d’un concert de Van Halen de l’ère Sammy Hagar, mais avec une peinture faciale beaucoup plus phosphorescente. »

Phil a persisté et a donné une performance régulière qui, par moments, imitait le théâtre spontané des jongleries de Gabriel sur scène ; pendant « Robbery, Assault and Battery », Il a enfilé une veste et un chapeau bruns et a fait sa meilleure imitation de l’Artful Dodger de Dickens pour accentuer le côté amusant de la chanson.

Cette aisance progressive a été évidente pour les spectateurs, qui ont saisi le charisme immédiat de Phil. « A la fin du spectacle, » dit Fisk, «il était à fond dedans ».

« Je prends des photos et je jurerais que Phil et Mike posent pour moi. Plus de 35 ans plus tard, et quand je les regarde maintenant, ils m’étonnent toujours. Le duel de percussions entre Phil et Bill était incroyable. La vitesse, l’excellence technique, et la musique aussi. Tony est perché sur le bord de la petite scène, tranquille, faisant juste son travail et le faisant bien.

Steve, tout de blanc vêtu, s’élève vers des hauteurs inatteignables par les mortels. Dans la petite salle, le son semblait s’enrouler autour de nous. Les pédales de basse m’ont saisi les tripes et les ont secouées comme s’il n’y avait pas de lendemain. »

La mythologie du concert de London n’a été enrichie que par l’absence étonnante de documentation. Le deuxième concert de Phil en tant que chanteur principal – qui a eu lieu le lendemain soir à Kitchener – a été enregistré et distribué aux fans, mais la communauté de bootlegs en ligne, pleine de ressources, des fans de Genesis n’a pas produit la moindre trace audio de ce premier concert depuis des décennies.

À cette époque, le groupe était naturellement nerveux à l’idée de repartir à zéro avec un nouveau chanteur, une transition que peu de groupes sont capables de faire. Le Canada, qui a adopté Genesis très tôt, était un refuge plus sûr que les États-Unis.

Steve se souvient de l’accueil réservé par les fans canadiens à ses membres et à lui, bien plus que par les Américains, qui, selon lui, n’étaient pas aussi réceptifs au rock progressif fantastique et complexe du groupe.

« Les Canadiens nous ont acceptés avant les Américains », se souvient Steve. « La complexité de notre musique ne dérangeait pas les Canadiens, mais le rock européen était un anathème pour les Américains qui, la plupart du temps, ne voulaient que du rock et du boogie. »

Bill Bruford, l’éminent batteur de prog que Phil avait recruté pour prendre sa place sur la tournée, a déclaré que Collins était, au fond, un brillant imitateur, faisant du talent émergent qui s’épanouissait devant lui un élément peu surprenant de la tournée.

« Ses premiers concerts étaient calqués sur le chant de Peter Gabriel jusqu’à ce qu’il trouve sa propre voix », a déclaré Bruford, anciennement de King Crimson et Yes, ajoutant : « En général, je pense que l’on était étonné que Phil ait fait un si bon travail en remplaçant Peter. »

Un spectacle différent

Mis à part le baptême de feu de Phil devant la scène, la mise en scène du spectacle et l’approche musicale de Genesis sur scène a changé considérablement. 

À suivre!

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, Capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

%d blogueurs aiment cette page :