Chroniques

Peter parti Genesis continue

We Know That We Like Genesis #40
Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois
Publié le 23 décembre 2021

 

Par André Thivierge

Après la pause solo, les membres de Genesis reprennent le travail

Ça fait maintenant plus d’un mois que Peter a joué son dernier concert avec Genesis.  Après quelques semaines à œuvrer sur des projets hors du groupe, Tony Banks, Mike Rutherford, Phil Collins et Steve Hackett décident de reprendre le collier au début de l’été 1975 pour tenter de voir comment sonnerait Genesis en quatuor.

Genesis a démontré de façon récurrente dans le passé d’avoir la capacité de survivre au départ d’un membre du groupe.

En juillet et août 1975, Genesis a écrit et répété du nouveau matériel pour leur premier album sans Peter sur la route Churchfield à East Acton.

C’est devenu rapidement clair que le groupe pouvait fonctionner sans Peter et qu’il y avait davantage d’espace créatif pour le groupe. Steve a manqué les 4 premiers jours, terminant l’enregistrement de son premier album solo.

Sans que leurs fans ne soient au courant du changement majeur qui était en train de s’opérer ni influencé par aucun jugement extérieur sur ce que Genesis devrait devenir, le début du travail s’est effectué de façon totalement isolée. Et peu de temps après, les répétitions ont commencé avec les membres qui étaient persuadés que Genesis devait continuer.

Selon Tony, « quand Peter a quitté, il y avait une possibilité que nous ne continuions pas. J’avais écrit 3 ou 4 pièces comme Mad Man Moon, The Trick of The Tail, un bout de Robbery, Assault and Battery et quelques autres bouts comme la partie instrumentale de Ripples. Mike est arrivé avec des sections tout comme Steve. Lorsque que nous avons commencé à répéter, on a réalisé que cela en valait la peine.  La musique, même dans sa forme la plus primitive était vraiment bien. »

« Nous sommes arrivés sans rien de solide mais avec quelques idées. J’ai plaqué quelques accords et Mike a commencé à jouer son riff et on a été très excité. C’était bien sûr le début de Dance On The Volcano. On a élaboré le tout et développé la partie instrumentale de la pièce et le refrain pendant cette première journée. Ça a développé notre confiance et nous savions que nous tenions quelque chose. »

Mike rajoute que « les premiers deux ou trois jours furent fantastiques. Je me souviens que Steve faisait la promotion de son premier album et était absent. Nous avons commencé Volcano et Squonk et on se sentait très bien.  On n’est jamais revenu en arrière par la suite. »

Il ajoute : « La première chanson écrite pour le nouvel album sonnait très noire et puissante avec des accords et une rythmique intéressante. Je sentais que quiconque entendrait cela serait d’accord avec la direction prise par Genesis. Par le temps où Steve est revenu, nous avions écrits les débuts de Squonk qui sonnait un peu comme Kashmir de Led Zeppelin. Je savais à ce moment qu’on serait ok. Si je pouvais écrire ce genre de chanson, je savais qu’il n’y avait plus de craintes sur notre avenir. »

Mike se souvient, « nous avions beaucoup de plaisir. Les pièces ont surgi en improvisation et sonnaient très bien. Mais on aurait pu manquer notre coup et être réellement dans le trouble.  C’était à mon avis une semaine importante. »

Tony se rappelle sur le site internet World of Genesis en 2009 comment il se sentait quand Steve a décidé de se lancer en solo. « La première fois où j’ai pensé faire un album solo était quand Peter est parti. Et puis, j’ai pensé, si Genesis continue, nous avons besoin de mettre toutes nos meilleures idées sur le prochain album. Toutefois, Steve a décidé de se lancer en solo. Ce fut difficile pour nous car nous sentions que nous avions besoin de toute l’aide possible de nos membres à ce moment particulier. »

Steve n’a pas le même souvenir de cette période. 

« J’ai manqué au plus un jour. Peter a été beaucoup plus absent pendant The Lamb et je n’ai jamais dit que je quittais le groupe. J’ai fait de mon mieux. Tout le monde savait ce que je faisais et quel était mon horaire. C’était l’esprit compétitif de Genesis. J’ai toujours été là pour le groupe et donné mon maximum. Comme je venais juste de terminer mon album solo, j’étais un peu à court d’idées. »

« Dès que j’ai terminé de mixer mon album solo, j’ai rejoint les autres membres de Genesis pour les répétitions de l’album. J’ai joint mes comparses pour Dance On a Volcano. J’ai écrit la partie rapide et furieuse de celle-ci.

J’ai beaucoup aimé travailler sur cet album. La mélodie principale de Los Endos provient de moi. Phil est arrivé avec son rythme furieux pour la propulser au-delà de mes espérances. J’ai écrit la mélodie de guitare de Ripples au milieu de la chanson et créé la mélodie des couplets d’Entangled.

En rétrospective, plusieurs croient que Steve a manqué une opportunité en or de s’imposer au sein du groupe et d’équilibrer la force créative de Tony et Mike compte tenu qu’il avait peu à offrir, ayant utilisé la plupart de son matériel sur son premier album solo. Toutefois, son implication n’a jamais été mise en doute, offrant de merveilleux passages à la guitare.  Malheureusement, sa contribution créative n’a pas été ce qu’elle aurait pu être.

Dans son autobiographie, Phil mentionne, « même sans Steve pour commencer, on constate très vite, à notre immense soulagement, qu’on va s’en sortir sans Peter. Les morceaux nous viennent comme avant et ils sont de qualité. Dance On a Volcano est sorti de terre avant même l’arrivée de Steve, Squonk et Los Endos suivent. Belle salve d’ouverture pour un album à venir »

Phil a contribué encore significativement aux arrangements des pièces aidant à lier les sections et donnant un feeling différent aux chansons. Travaillant en parallèle avec Brand X, il a donné un feeling plus jazz à quelques chansons telles Los Endos.

C’était clair que musicalement, rien n’avait changé. Au contraire, la perte de leur chanteur principal a amélioré les capacités instrumentales du groupe. Et encore une fois (et non pas la dernière), la perte d’un membre a semblé rendre Genesis plus fort que jamais.

La nouvelle du départ de Peter ébranle la presse musicale

Après trois semaines de répétitions, la nouvelle est sortie. En août 1975, le monde musical apprenait le départ de Peter. Après que le magazine Melody Maker annonçait avoir eu vent de la nouvelles, Peter a émis une longue déclaration personnellement livrée à la presse musicale britannique. Il indiqua ne pas désirer offrir d’entrevues pour laisser toute la place aux membres restants de Genesis d’expliquer son départ et d’exposer leur futur.

Même si effectivement, plusieurs journalistes ont questionné la viabilité d’un Genesis à 4 membres, cela leur a laissé l’espace suffisant pour prouver qu’ils avaient encore leur place dans l’industrie. Ils étaient très enthousiastes à propos de leurs nouvelles chansons et devaient passer de l’état de répéter en secret à défendre leur décision de rester ensemble.

Phil en entrevue avec NME a déclaré « que le départ de Peter n’est pas la catastrophe annoncée. C’est la presse qui a toujours pensé qu’il faisait tout et qu’on n’était qu’un groupe d’accompagnement. Mike et Tony écrivent presqu’autant qu’avant dans le même style. C’est un groupe qui écrit et pas seulement Peter. »

Tony de son côté a indiqué au Melody Maker que « Peter est parti et la vie continue. C’est le temps de se donner plus de défis. Nous étions un peu trop sur le pilote automatique depuis que nous connaissions le succès. Nous sommes bien sûr tristes de la situation. Nous avons essayé de le faire changer d’idée et il a décidé de partir quand même. Plusieurs ont des idées préconçues en ce qui nous concerne et croient que nous ne survivrons pas. On va leur prouver le contraire. »

Mike a indiqué « quand quelqu’un quitte, tu ne veux pas que cela arrive car c’était incroyable musicalement. C’est triste mais on respecte cela. Et quelque chose de nouveau est survenu, dans tous les aspects. » Il ajoute, « lire notre éloge funèbre dans le Melody Maker était un peu bizarre. Ils ont lancé la nouvelle du départ de Peter avant qu’on ne soit prêts à l’annoncer et rapidement, la presse scandait : « Peter s’en va! Genesis, c’est terminé! » Si on essayait ensuite de dire aux gens qu’on avait du bon matériel à venir, ils roulaient leurs yeux.

Tony indique que les membres du groupe s’y attendaient. « C’était une des raisons pourquoi on a demandé à Peter d’attendre avant de l’annoncer car nous voulions être prêt au moment propice. Même si c’est sorti plus vite que prévu, nous étions en confiance et on savait qu’on lui survivrait. »

Tony a déclaré que « Peter m’a manqué. C’était un ami très proche et nous écrivions beaucoup de choses ensemble. Mais quand on a commencé à travailler sur ce nouvel album, j’ai trouvé le tout très excitant. Ce fut une combinaison différente de gens, un feeling différent et beaucoup de nouvelles idées. Le départ de Peter nous a donné plus de liberté. Contrairement à The Lamb, j’ai trouvé le processus d’écriture du nouvel album plus léger. Ce fut une de mes périodes les plus réjouissantes avec le groupe.

Phil a commenté certaines rumeurs au sujet des circonstances du départ de Peter. « Plusieurs ont supposé que j’étais celui qui a causé le départ de Peter en raison de ma supposée apparente frustration de ne pas pouvoir chanter. Il n’y a rien de vrai dans tout cela. J’ai toujours aimé Peter.  J’ai joué sur son 3e album solo gratuitement car il ne pouvait se payer un groupe et je voulais l’aider. Il a ensuite chanté sur une de mes chansons dans les années 80. J’étais à son mariage et il est venu au mien.  J’étais très triste de son départ mais il fallait en revenir. À cette époque, j’étais un batteur et ne voulait pas être un chanteur principal.  J’étais très bon à la batterie. »

Dans son autobiographie, il ajoute : « Dans le milieu, on chuchote que c’est la fin de Genesis. Ben tiens ! Comment un groupe, quel qu’il soit, pourrait-il survivre au départ d’un chanteur, surtout aussi charismatique et créatif que l’était Peter ?  Il faut agir vite au cas où l’idée de notre naufrage prenne corps et nous poursuive à tout jamais. 

Les commentaires de la presse ainsi que des faits avérés accréditent l’hypothèse que la belle aventure de Genesis est terminée. Les faits à venir feront mentir les prophètes de malheur.

Nouvelle approche pour créditer les auteurs du groupe

Irrité par les suppositions de la presse que Peter écrivait toutes les chansons, le groupe a décidé de créditer celles du prochain album directement à l’auteur au lieu du groupe comme ce fut le cas depuis ses débuts.

Tony explique cette décision. « Sur les albums précédents, des pièces comme Firth of Fifth que j’avais composé ou Harold The Barrel écrites par Peter étaient créditées à tout le groupe selon notre accord. Nous étions heureux avec cela mais je crois qu’après The Lamb, les gens ont commencé à croire que Peter était l’auteur-compositeur principal, ce qui n’était pas du tout le cas. Nous étions tous impliqués. J’ai senti que sur le prochain album, nous devions donner crédit à qui de droit. »

Selon Mike, « cela n’a pas changé la nature démocratique du groupe mais rendu un peu plus de justice à tous. »

Qui sera le prochain chanteur de Genesis ?

Même si le développement du nouvel album allait bien, il restait quelque chose d’important à régler, qui sera le chanteur qui remplacera Peter ? Genesis entreprendra un long processus d’auditions. Avec quel résultat ?

À suivre! 

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top