Chroniques

Link Wray Rumble

Guitariste émérite selon Murray article 65
Link Wray
Publié le 9 août 2022

Par Normand Murray

Link Wray

Une légende du rock, pionner de la distorsion

Considéré comme étant le chaînon manquant du Rock avec un son qui donna le ton à ce que le Rock devait être. Avec son lien entre le blues et le rock et le futur hard rock. La légende de bien des légendes, monsieur Link Wray.

Né en 1929 à Dunn en Caroline du Nord et malheureusement décédé en 2005 à Copenhagen, à 76 ans. Débutons par sa première vision de la guitare à seulement huit ans. Il emprunta la guitare de son frère, une Maybelle et se mit à gratter, mais mal accordée… un de ses voisins, un Noir en occurrence, lui démontra ce qu’un bottle neck pouvait faire et lui inculqua quelques notions de Blues avec des visites constantes chez ce voisin. Après ce laps de temps, il se mesure aux stars du country et rock primaire comme Chet Atkins, Grad Martin, Ray Charles, Tal Farlow, Hank Williams…Mais leur jeu lui semble trop lent à son goût et par ce fait, il se penche sérieusement sur le son de la guitare.

1956 – premier groupe Link Wray and the Palomino Ranch Band, assez populaire pour effectuer des tournées à travers les États Unis. Avec le premier enregistrement avec I Sez Baby. Succès mitigé. De retour à Portsmouth Link continue avec son frère Doug, dans des bars de marins saouls. Lui qui reprenait des succès country de façon un peu plus intense dans la sonorité. À cette époque le Rock And Roll étant presque inexistant, il se dit que oui, on aurait pu appeler cette musique de Rock.

The Palomino Ranch Gang: Shorty Horton, Link Wray, Vernon « Lucky » Wray et Doug Wray

Malheur, la tuberculose le frappe de plein fouet: un an à l’hôpital et la convalescence avec. Pendant ce temps son frère devient guitariste pour un certain Elvis Presley moins connu à cette époque.

1958 – année faste qui débute avec la création du son plus rock grincheux. Voilà à son retour, il se met à chanter The Stroll ,mais avec un poumon en moins, il se rend compte qu’il faut se mettre en mode instrumentale. Il improvise sur un riff de son frère Doug. Dans la confusion, Ray plaque le micro de chant sur l’ampli de Link, ce qui résulta en un son extrêmement saturé en distorsion et en un morceau de trois accords, voilà la création de Rumble. Il écrira l’histoire du Rock avec l’effet Rumble. Un tremblement de terre dans le jardin du Rock, son Rock.

1959

Couvrons ce que cette pièce en premier. En 1958, cette pièce en introduction Power Chord Rock. Ce single se vendra à plus de un million d’exemplaires. Même si les stations radiophoniques du temps bannissaient cette chanson des ondes vu que ceci provoquait la délinquance juvénile. Imaginons un instant une pièce entièrement instrumentale qui fait ça. Pourtant, souvent les paroles sont la censure, lui, que sa sonorité rebelle!

1974

Par la suite les grands honneurs lui sont rendu de son Rumble avec son inscription au registre national du renseignement du congrès Américain en 2008.

Jimmy Page écoute Rumble

Extraits du film Rumble

À peine 50 pièces Rock y sont présentes dans cet éminent endroit. Et dire que cette chanson a été pour lui la révélation de Dieu à l’hôpital amérindien! Il recevra le Native Américan Hall of Fame Award. De même que deux états le célébrant comme ayant sa journée, soit en Caroline du Nord et le Maryland du magazine Rolling Stones et ce, en plus d’avoir trop tard la célébrité du Hall Of Fame du Rock en 2014. Le North Carolina Hall Of Fame, le Southern Rock Hall of Fame et encore et encore.

Ayant reçu des honneurs au même titre que toutes les grandes légendes du Rock. Évidement classé 50ème Meilleur guitariste sur cent du magazine Rolling Stones. Coté ciné Hollywood : Independance Day (Rumble), Desperado (Jack the Ripper), Pulp Fiction (Rumble, Ace of Spades), L’Année des Douze Singes (Comanche) ou À Bout de Souffle made in USA (Jack the Ripper).

Il a Influencé des légendes comme Neil Young, Iggy Pop, Jimmy Page, ce qu’il disait de lui : Un rock rebelle à souhait et il cite It Might Get Loud est directement relié à son style des guitariste éminents comme Pete Townsend, il dit que: sans lui je n’aurais jamais touché à une guitare. Il ouvrit toute grande la porte de ce que le heavy rock des 70’s était et même le Grunge des 90’s.

Faut rajouter son passage à bien des grandes maisons telles Epic records Polydor Swan et Virgin. Il décida de faire un studio d’enregistrement près de la maison de son frère avec un trois pistes. Les années 70, celles de San Francisco début 70, il est présenté par le bassiste James Hutchison à John Cipollina de Quicksilver Messenger Service. Par la suite, il invita Cipollina à ses cotés et tout le personnel rythmique de Cipollina. Avec le nom Copperhead avec les bassistes Hutch Hutchison et le batteur David Weber.

1992 avec John Cipollina

Il fit l’ouverture de Lighthouse au Whisky a Go Go à Los Angeles et le Winterland Ballroom également. Poursuivant sa carrière avec de nombreux concerts et radios dans la région de la Baie de San Francisco. Avec Les Lizoma remplaçant Hutchison à la basse.

Discographie assez imposante, partons de 1960 et délaissons la période des 50’s avec le célèbre Rumble. 1960 – Link Wray and the Wraymen, 1962 – Great Guitar hits by Link Wray, 1963 – Jack The Ripper, 1964 – Link Wray Sings and Plays Guitar, 1971 – Mordecaï Jones, 1972 – Be What You Want To, 1973 – Beans and Fatback, 1974 – The Link Wray Rumble, 1975 – Stuck in Gear, 1977 – Robert Gordon and Link Wray et un deuxième avec Gordon, 1978 – Fresh Fish Special. L’époque hard Rockabilly de ce temps, les Stray Cats faisait un malheur.

1975

1979 – Bullshot, 1980 – Live at the Paradiso, 1990 – deux sorties, Wild side of the City lights et Apache, 1993 – Indian Child, 1997 – Shadowman et encore en 1997 – Walking on a Street called Love (live) et en 2000 – Barbed Wire.

1996

Attardons nous à ses guitares, des Eastman Twin Tone Link Wray Special edition. DanElectro 1959, toutes de modele Long Horn (Guitarlin). Yamaha SG 2 Link Wray Special de 62 et 67. Hagstrom Impala 1965. Gibson Lespaul 1956 en ses débuts, une Gibson SG 1950 prototype. 4 Fender Stratocaster des années 60 70, des bijoux. Une Telecaster modifiée à la Danny Gatton, une autre légende Rock. Une Flying V de Gibson des années fin 50. Une Rickenbaker 360 Capri 1960 et une Marvel Premiere 1962 Project Link Wray de Vox.

1958 Danelectro Longhorn “Guitarlin”

Avec Link Wray on a ce que l’on peut qualifier de légende qui a vraiment, mais vraiment, contribué à l’essor de ce que le Rock a été par la suite de son désormais et infiniment célèbre Rumble de 1958, année officielle de sa création. Guitar Hero dans tous les sens du Mot. La poursuite du rêve du grand et premier « distortioniste » électrique, Guitar Slim, né en 1926 et décédé en 1959 d’une pneumonie.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci!

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!

%d blogueurs aiment cette page :