Actualités

Lelièvre Yes Hawkins

Dernière heure #122
En direct de la salle de nouvelles de Famille Rock!
Publié le 2 août 2022

 

Par André Thivierge

Le regretté Sylvain Lelièvre intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. – Sylvain Lelièvre rejoindra le prestigieux Panthéon le 7 août. L’auteur-compositeur né à Limoilou sera intronisé par son précieux collaborateur Daniel Lavoie lors du spectacle Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves….hommage à Sylvain Lelièvre, au Théâtre Jean Duceppe à Montréal.

Sylvain Lelièvre a découvert le piano grâce à sa tante et évolue ensuite de manière autodidacte en musique. Cet instrument deviendra le centre de son existence à l’adolescence.

En 1966, l’auteur-compositeur obtient un baccalauréat à la Faculté de lettres de l’Université Laval. Déjà, il se produit dans plusieurs boîtes à chansons de Québec et on l’entend même à la radio.

En 1968, il s’établit à Montréal, devient professeur de littérature au Collège de Maisonneuve et y crée le premier cours de chanson au Québec. Il publie ensuite deux recueils de poésie Les trottoirs discontinus (1969) et Les sept portes (1972).

En 1975, il lance un 33-tours dont la chanson titre, Petit matin, monte dans les palmarès; Marie-Hélène (1976), Lettre de Toronto (1978), Moman est là (1979) et Venir au monde (1981) confirment ensuite son immense talent. Il devient le premier récipiendaire de la Médaille Jacques Blanchet en 1983.

Son album Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves? (1994) remporte le Félix du meilleur auteur-compositeur. Son douzième disque Versant Jazz live au Lion d’Or (2002) gagne le Félix de l’album jazz de l’année.

Deux mois plus tard, Sylvain Lelièvre est victime d’un malaise dans un avion qui le ramène des Îles-de-la-Madeleine à Montréal. Il s’éteint deux jours plus tard à l’âge de 59 ans, des suites d’une embolie cérébrale gazeuse sévère. (Source : Le Soleil)

Voici pour se rappeler de Sylvain Lelièvre un petit bijou de musique folk, Lettre de Toronto, enregistré en spectacle au début des années 80 au Lac des fées à Gatineau.

Du nouveau dans le monde de Yes : Steve Howe lance un nouvel album posthume avec son fils décédé et Jon Anderson lancera la suite de son premier album solo. – Le guitariste de Yes, Steve Howe, a rassemblé les enregistrements de son fils décédé, Virgil pour leur deuxième collaboration, Lunar Mist. L’album sortira via InsideOut le 23 septembre – regardez la vidéo de la chanson titre. 

L’équipe père-fils a terminé son premier album, Nexus, en août 2017, mais un mois plus tard, Virgil est décédé de manière inattendue. Steve a décidé de sortir le disque en hommage au batteur ce mois de novembre, mais une chanson terminée est restée inédite.

« Après Nexus, raconte Steve au magazine Prog, je me suis dit que c’était peut-être fini, et que nous n’aurions plus de ressources pour la musique de Virgil. Nous avions un de ses morceaux intitulé Lunar Mist complètement terminé pour une sortie japonaise, qui n’a jamais eu lieu. Il est resté sur l’étagère, mais quand je l’ai réécouté, je l’ai trouvé fantastique, Virgil avait ajouté tellement d’idées de production, de clavier et de développement. Alors j’ai fouillé un peu partout. »

« J’ai commencé par écrire des grilles d’accords pour tous les autres airs, avant d’ajouter des guitares et des guitares basses pour les embellir et les mener à terme. Dans la plupart des cas, je les ai gardés tels qu’il les avait écrits, mais parfois je les ai élargis avec d’autres idées et des improvisations. »

Le guitariste ajoute : « Virgil montre ici des caractéristiques musicales différentes sur lesquelles c’était un vrai plaisir de jouer. Il y a plus de son excellent jeu de batterie et une plus grande inventivité dans ses compositions. »

L’album – qui comprend une peinture de couverture réalisée par Zuni, la fille de Virgil – sera disponible sur un Digipak CD limité, un LP noir 180g, un CD et des formats numériques.

De son côté, l’ex-chanteur de Yes, Jon Anderson a confié au site Ultimate Classic Rock avoir composé pendant la pandémie plus de 5 heures de musique qui servira comme suite à son premier album solo de 1975, Olias of Sunhillow et qui s’appellera Son of Ollias. Pas de date prévue pour l’instant pour la sortie de l’album. À suivre!

Taylor Hawkins et Ringo Starr dans un documentaire sur la batterie. – Ce nouveau documentaire « Let There Be Drums! » contient ce qui pourrait être la dernière interview filmée de Taylor Hawkins.

Un nouveau documentaire, Let There Be Drums!, présentera des interviews de Ringo Starr, de Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et du défunt batteur des Foo Fighters, Taylor Hawkins. Deadline rapporte que le segment avec Hawkins pourrait être la dernière interview filmée du batteur.

Le film a été réalisé par Justin Kreutzmann, qui est le fils de Bill Kreutzmann, membre du groupe Grateful Dead (également présent dans le documentaire aux côtés de Mickey Hart). Il devrait sortir le 28 octobre. Parmi les autres membres musiciens interviewés figurent Stewart Copeland de The Police, Stephen Perkins de Jane’s Addiction et Matt Sorum, ancien membre des Guns n’ Roses.

Kreutzmann a décidé de faire ce film pour mieux comprendre son père (et son instrument), mais une interaction avec Hawkins en a fait quelque chose de plus grand. « Certains pourraient dire que c’était “le film que j’étais né pour faire”, d’autres pourraient appeler ça une thérapie, dit-il à Rolling Stone. Depuis que mon père m’a offert cette première caméra Super-8, la réalisation de films est tout ce que j’ai voulu faire. Mes notes à l’école peuvent en témoigner. Et évidemment, en grandissant autour du Grateful Dead, mes premiers films parlaient des gens et des choses folles qui se passaient dans les coulisses, ce qui nous amène à Let There Be Drums! ».

« Ça a commencé comme un petit film amusant avec tous les batteurs que j’ai appris à connaître au fil des ans, poursuit-il. Et puis un jour, Taylor Hawkins a interrompu notre interview et a dit : “Peut-être que ce n’est pas pour ce documentaire, mais comment était votre vie à la maison ?”. À partir de ce moment-là, j’ai découvert que j’avais un dialogue avec ces batteurs incroyables au lieu d’une simple question-réponse. Ils étaient tout aussi intéressés à entendre parler de mon père, de Jerry Garcia et du Grateful Dead que je l’étais à propos de leurs groupes et de leurs vies. Il s’est donc passé quelque chose de vraiment intéressant, le film est devenu un film sur la famille, mais ces familles se trouvaient être des batteurs. » (Source : Deadline et Rolling Stones Magazine)

Retour surprise sur scène de Paul Simon. – Alors que les regards étaient tournés sur la prestation surprise de Joni Mitchell en spectacle, un autre géant du folk est sorti de sa retraite prenant tout le monde par surprise.

Paul Simon a fait une apparition non annoncée au Newport Folk Festival, montant sur scène à la fin d’un set hommage à sa musique mené par Nathaniel Rateliff and the Night Sweats. Simon a annoncé qu’il arrêtait les tournées en 2018, et depuis lors, il ne s’est produit que sporadiquement en public.

L’apparition de Simon au festival a été une surprise totale : même le fait que Rateliff et les Night Swears clôturent la soirée en rendant hommage à Simon n’avait pas été annoncé avant qu’ils ne montent sur scène samedi soir.

Accompagné des Night Sweats et de Jerry Douglas à la guitare, le chanteur de 80 ans a débuté sa prestation avec « Graceland » avant de céder le micro à Rhiannon Giddens pour une interprétation actualisée de « American Tune ». Après la grande finale avec « The Boxer », où il a été rejoint par Douglas, Lucius, Rateliff et Lukas Nelson (qu’il a présenté comme « un vieil ami de la famille »), Simon a tiré sa révérence et a clôturé la soirée pour de bon en interprétant « The Sound of Silence » en solo.

Comme le dit Simon : « C’est un honneur d’être honoré. » De son côté, Nathaniel Rateliff a expliqué : « Je n’ai pas les mots pour décrire la joie de faire monter ce compositeur américain génial qu’est Paul Simon sur la scène du Newport Folk. Merci pour tes chansons, Paul, pour ta voix et ta présence ». (Source : Rolling Stones Magazine et RTBF)

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!