Chroniques

Journey 1973 1981

Explora-Rock #7
Grand groupe Jazz, Prog, Hard Rock
Publié le 26 novembre 2022

Par Sylvain Larouche

Bonjour à tous les membres de Famille Rock, très heureux de vous offrir une nouvelle chronique. Cette semaine, tenez-vous bien, je vous entretiendrai sur le groupe américain originaire de San Francisco, Journey.

Fondé en 1973, avec l’excellent guitariste Neal Schon et le claviériste Gregg Rolie, tous les deux expérimentés et issus du fameux groupe Santana. Ils recrutèrent ensuite deux autres musiciens, le bassiste Ross Valory (ex: Steve Miller Band) ainsi que le batteur Prairie Princes, qui était membre du groupe The Tubes depuis 1972. Peu de temps après, Prince quitte le groupe. Journey, par la suite, ils firent l’acquisition du grand batteur britannique et session man, Aynsley Dunbar (ex : Zappa, John Lennon, Lou Reed, David Bowie).

À ce moment, le groupe sans contrat de disque, s’adonne à des séries de spectacles d’événements organisées dans la baie de San Francisco. En février 1974, ils donnent un spectacle au Great American Music Hall et signent un contrat d’enregistrement avec la maison de disque Columbia.

En 1975, Journey sort son premier album éponyme. Avec ce disque, le groupe est dans une tendance musicale de Jazz – Rock – Progressive – Hard-Rock. Les performances de tous les membres du groupe sont de haut niveau. C’est du solide et d’une symbiose évidente à la première écoute.

Les deux prochains disques, c’est-à-dire, Look into The Future en 1976 et Next en 1977, maintiennent cette même tendance de variations de composition, surfant sur  les styles cités précédemment.

Pour ma part, je considère que durant cette période, Journey fut un des plus grands groupes Jazz, Prog, Hard Rock. Leur versatilité était inégalée durant cette période.

Malheureusement, les ventes de disques ne sont pas au rendez-vous, Columbia Records, imposa fortement au groupe de changer leurs orientations musicales avec un style plus accessible et populaire en recrutant à la fin de l’année 1977 le grand charismatique chanteur Steve Perry.

Steve Perry

Perry apporta au groupe une dynamique plus propre dans une tendance Pop Rock, FM radio. Avec son arrivée, ce fut la fin du Journey 1 et le début lucratif du Journey 2, grâce à la sortie du quatrième album, Infinity en 1978. Infinity, atteint la 21e place sur les charts et un disque de platine avec les succès Wheel in the sky et  Lights.

À la fin 1978, Aynsley Dunbar quitte le groupe pour le Jefferson Starship et fut remplacé par l’inégalable batteur Steve Smith. Issu de l’université Berklee, Smith a joué avec Jean Luc Ponty et le groupe Focus, avant de se joindre à Journey.

Ensemble, ils enregistrèrent en 1979, l’album Evolution et en 1980, les albums Departure et le live Captured, enregistrés dans trois villes différentes Détroit, Tokyo et Montréal.

J’aime beaucoup la pièce Dixie Highway avec un bon équilibre hard rock tight et une solide bonne performance musicale live. Gregg Rollie quitta le groupe en recommandant le claviériste Jonathan Cain du groupe Babys avec ses nouveaux claviers.

Cain, donna une autre dimension sonore au groupe. Ils furent prêts à entamer la nouvelle ère des années 80 avec tous les succès qui s’ensuivirent et la traînée de nouveaux fans qui ont bien adhérer à ce genre musical accessible et sirupeux.

Ce qui n’empêche pas certains membres tels que Neal Schon et Steve Smith de s’investir dans des projets solos, d’accompagnement d’artistes et de groupes forts intéressants, je pourrai y revenir dans de prochains articles.

Après quinze albums studio et six disques live, le groupe Journey continue encore à attirer leurs fans en remplissant les stades et les salles de spectacles à chacune de leur visite à travers le monde. Avec un nouveau chanteur Arnel Pineda actif avec le groupe depuis déjà quelques années et toujours le même batteur depuis une vingtaine d’années Deen Castronovo.

D’ailleurs, ils seront à Montréal le 8 Mars 2023, avis aux intéressés, ça reste un excellent spectacle à voir ; je les ai vus à trois occasions.

Bravo à ce groupe pour avoir maintenu des standards élevés, avec des mélodies accrocheuses et le niveau musical éclectique et indépendant de leurs premières années d’existence.

Évidemment, pour moi,  la première mouture musicale fut beaucoup plus riche d’intérêt mais par respect pour la qualité de ses musiciens, je peux comprendre la direction musicale qu’ils ont opté, le succès leur a donné raison. Ce qui me rassure, c’est que Neal Schon, Steve Smith et Gregg Rolie ont eu des projets qui m’ont jeté par terre par moment.

C’est ce qui termine ce survol du groupe Journey auquel je ne pouvais passer à côté.
Merci à vous de me lire et vos commentaires sont très intéressants, je vous souhaite une bonne semaine et je vous reviens bientôt chers membres.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci !

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top