Spectacles

John Petrucci Sherbrooke

John Petrucci à Sherbrooke
Publié le 30 décembre 2022

Texte/Photos: Patrick Loiselle

 

La pandémie a changé la vie de tous et les musiciens n’y ont pas échappé eux non plus. Pour plusieurs, cela leur a permis de se reposer après des années d’être en tournée non stop. Certains ont même décidé de remettre leur carrière en question et d’autres en ont plutôt profité pour finalement sortir de leur zone de confort et créer un projet solo qu’ils remettaient toujours à plus tard. C’est la voie que John Petrucci a décidé de suivre en nous sortant son 2e album solo, Terminal Velocity en 2020, mais son premier depuis Suspended Animation paru en 2005.

Il a gardé la même formule du power trio et encore cette fois c’est Dave LaRue qui s’occupait de la basse. Pour le drum et c’est là que ça devenait drôlement intéressant, il a fait appel à son vieux partenaire Mike Portnoy. Évidemment les 2 s’étaient retrouvés en participant au 3e album de LTE (Liquid Tension Experiment) mais le résultat était différent puisqu’on parlait ici d’un effort de groupe. Une fois le retour à une certaine normalité et la possibilité de repartir en tournée, tous les membres ont retrouvé leurs anciens repaires. John et Mike sont passés par le Québec cette année avec leurs différents bands, Dream Theater et Transatlantic, Mais l’idée de se réunir pour une tournée solo à l’automne avait commencé à germer et comme tout le monde avait un peu de temps libre, pourquoi pas !

C’est donc par quelques dates seulement dans le New England et la région de New York qu’ils annoncèrent le début de la tournée. Probablement pour tester l’engouement des gens, avant d’annoncer d’autres shows. J’étais sur le point d’acheter mes billets pour Albany NY, j’attendais juste de confirmer si on montait à 2 ou 3, quand un copain m’a donné le scoop que le show s’en venait chez-moi à Sherbrooke. J’étais un peu sceptique, Sherbrooke n’a jamais eu une réputation d’être une grande destination rock de choix, malgré qu’on ait toutes les facilités, mais ça c’est un autre sujet à aborder ailleurs et une autre fois! Et bien oui, le lendemain du scoop, les billets tombaient en vente et même que ce fut la seule date au Québec.

C’est donc dans un théâtre Granada rempli à capacité que le groupe tout féminin Meanstreak ouvre le bal. Fait cocasse, 3 des membres du groupe sont les épouses de John, Mike et John Myung, bassiste de Dream Theater. Elles sont accompagnées de 2 autres collègues pour en faire un quintet. Je ne les connaissais pas du tout mais ce fut vraiment bon et très bien fait, ça brassait solide. Elles ont joué environ 50 minutes et nous ont présenté des pièces de leur passé mais aussi certains morceaux qui sortiront sous peu à l’hiver.

Environ 30 minutes de pause et John, flanqué de Dave arrivent les premiers sur scène et Mike, sous un tonnerre d’applaudissement fait finalement son entrée et là ça démarre sur les chapeaux de roue. On sait tous à quoi s’attendre, ce sera un shred fest* de 90 minutes, mais comment réussiront ils à reproduire live ce qu’ils ont fait en studio ? La réponse est sans équivoque, absolument brillamment. Ces trois musiciens sont parmi l’élite mondiale de leur instrument respectif et la chimie est incroyable. Faut dire que la section rythmique de Portnoy et LaRue n’est pas nouvelle, ils sont comparses avec Flying Colors depuis quelques années et Mike et John se connaissent par cœur.

L’accent est fortement mis sur le nouvel album en jouant 7 des 9 pièces de Terminal Velocity, mais on n’oublie pas le premier en rajoutant 4 morceaux. Le son est superbe, la foule de connaisseurs apprécie chaque envolée technique et il y’en a dans chaque pièce. La foule se lève entre chaque morceau et sincèrement je pense que le groupe a vraiment apprécié la soirée en sol sherbrookois. Voir ces légendes dans un décor plus intime et les voir vraiment s’amuser, même s’ils en travaillaient une claque, étant donné la complexité des pièces, est toujours un plaisir pour les yeux et oreilles, vraiment une très grande soirée.

Difficile de choisir un moment marquant puisqu’on devait se remettre la mâchoire au bon endroit à chaque pièce, mais la passe de drum de Portnoy pendant Tunnel Vision, valait à elle seule le prix d’entrée. J’ai vu Mike à plusieurs reprises depuis son départ avec plusieurs de ses autres projets, mais finalement il s’est laissé aller et s’éclater pendant une couple de minutes et c’était superbe.

La soirée s’est conclue avec l’excellente Glasgow Kiss du premier album et excellent choix comme terminer le show. Toute une soirée de virtuosité qu’on a eu droit et je parie que tout le monde, sans exception, ont réalisé pourquoi ces 3 musiciens sont considérés comme la crème des virtuoses.

Je me mets à rêver qu’il y’en aura d’autres spectacles de ce genre dans mon patelin bientôt, suite à la réponse et l’accueil incroyable qu’on a su donner, ce serait dommage de ne pas continuer, à suivre…

Note :  la traduction de shred fest est presqu’impossible le festival des envolées guitaristiques mitraillées ? Ça alourdirait trop la phrase. On sait qu’un shredder est un guitariste qui joue à 200 milles à l’heure!

Source Wikipedia : John Peter Petrucci (né le 12 juillet 1967) est un guitariste, auteur-compositeur américain. Il est membre du groupe Dream Theater et est considéré comme l’un des meilleurs guitaristes contemporains1.  Musique : metal progressif.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci! Visitez notre boutique.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top