Livres

Jean Leloup bio

Jean Leloup, Des grands instants de lucidité
Éditions Les Malins 2022. 305 pages
Publié le 22 novembre 2022

Par Ricardo Langlois

C’est un livre qui s’adresse aux fans finis de Jean Leloup. Olivier Boisvert-Magnan (recherchiste et chroniqueur à Ici Musique) a voulu rendre hommage à son idole. Hubert Lenoir en introduction : Il est une rock star, bien sûr dans tous les sens du terme. Il dit fuck les systèmes et vit comme un millionnaire. Il est beau comme un cœur et il a l’air de le savoir (…) Il est un superhéros, un guitare héros, il n’a pas d’alter ego (p.7). C’est Hubert Lenoir qui parle. Attention lisez ceci : je me souviens d’avoir écouté sa musique avec les gars de la shop entre Toxicity de System of A Down et Ride the Lightning de Metallica.

Jean Leloup est un personnage

À partir du succès 1990, il a changé. On le retrouvait moins. On l’a vu déraper… Est-ce que la popularité a causé tout ça ? Il s’est caché derrière un personnage pour faire face à sa maladie (p. 63). Il remporte le prix du Meilleur clip pour Cookie (choisi par le public) dans la catégorie Interprète masculin au GalaVidéo de Musique Plus. En France, en avril 1992, la pièce 1990 atteint la 11e position du top 50 français. Le monde haïssait la musique québécoise.

Je vous parle de mon expérience. J’étais animateur et recherchiste à la radio avec des quotas stupides. 75% francophone. (1) Il y avait Séguin, Piché, De La Rochellière, Marjo, les Vilain Pingoin, Bélanger et les Colocs, c’était les gros noms de l’époque. L’amour est sans pitié a été un grand bonheur pour les fans et les animateurs de radio de ma génération.

Le Dôme

Le témoignage qui exprime le plus ma pensée profonde sur cet album est l’artiste Dumas. À ne pas oublier : entre L’amour est sans pitié et Le Döme il y a cinq ans. Dumas dit exactement ce que plusieurs fans pensent de ce bijou. Quand Le Döme est sorti, tout le monde s’est mis à capoter. On était fiers d’avoir continué de l’écouter sans relâche. On s’est mis à décortiquer ses chansons comme jamais. Dans Edgar, il y a la référence au personnage d’Edgar Allan Poe qui venait me chercher. Cette interconnexion entre musique et littérature (p. 70).

Fait inusité, c’est grâce à sa passion sur le surf que l’inspiration lui est revenu avec des textes plus deep. Mais, notre Leloup national est bipolaire dans ses propos : je voulais être champion de tennis. Après, j’ai décidé d’ëtre transcendantal, zen. Après ça, j’étais zen. J’suis redescendu et j’ai dit : j’ai le goût de jouer de la guitare. Les moments où je composais, c’étaient les moments où je composais, c’étaient les moments où j’étais le plus heureux (p.75 ).

Une belle anecdote sur son amitié avec Rudy Caya des Vilain Pingouin : On avait un 3.8 onces de pot pour tout le monde. J’avais fait des provisions, se remémore Caya (p.79). En entrevue, au journal Voir, en 1996, il évoquera plutôt un moment de pauvreté absolue.

Leloup : la pauvreté et l’angoisse

Il habitait dans une maison de chambres. Mais là, je me rappelle une amie dans un cours à l’Uqam qui lui avait sous-loué son appartement. Elle m’avait dit qu’il avait l’air d’un clochard. Moi, j’ai pensé que c’était à cause de sa bipolarité (2). Mon ami Éric avait un côté tellement dark. Il me parlait de suicide programmé avant le bogue de l’an 2000. Je pense que la bipolarité est une maladie où la personne s’enferme sur elle-même. J’ai pensé à Kurt Cobain quand j’ai entendu Le Dôme pour la première fois.

En entrevue au Devoir, Leloup avoue pourtant qu’il ne fait pas d’héro. Il dira de manière candide : j’ai essayé toutes les façons de m’éclater la tête, mais la dope, c’est pas le problème. Mon problème, c’est l’angoisse (p. 91).

1989

Nous sommes pourtant dans les années 90, j’habitais dans Hochelaga et j’allais à l’université en vélo. À cette époque, il n’y avait pas de cell ni de Netflix, j’étais heureux avec un livre ou un 5 à 7 avec des ami.e.s . Le Grunge était à son apogée. Après la mort de Cobain, il y a eu Soundgarden et après plus rien.

Leloup est aussi obligé de s’expliquer sur son retrait de la vie publique (dans La Presse): J’ai eu de l’argent mais je ne sais pas dépenser. Là, je suis pauvre, J’aime mieux cet état là que l’état très occupé et riche. Et je n’aime pas ce que l’argent fait. Trop de fame, c’est pas bon pour la tête (p. 96).

Je suis à l’Uqam pendant le succès du Dôme, c’est durant cette période que je rencontrerai le poète Gaston Miron. D’abord, lors d’une conférence dans un amphithéâtre plein à craquer. Ce sentiment d’angoisse est aussi présent dans La marche à l’amour :

Je n’ai plus de visage pour l’amour
Je n’ai plus de visage pour rien de rien
Parfois je m’assois par pitié de moi (…)
Je n’attends pas la fin du monde je t’attends
Dégagé de la fausse auréole de ma vie (3)

La vallée des réputations

À l’époque, j’avais un fanzine, Trinité, j’ai critiqué l’album sorti le 3 décembre 2002. J’étais vraiment content de cet album. Balade à Toronto est devenu un classique de la musique québécoise (100 000 disques vendus en 2005). En entrevue à Musique Plus, il évoque son ras le bol à quelques reprises Le succès ça me rend fou. Ça me rend psychopathe… ça me rend égomaniaque confie-t-il à Mike Gauthier (p. 146).

Un communiqué est publié pour annoncer sa mort. Dans le Soleil, J’ai décidé de mourir. Jean Leloup c’est fini. Leloup ne supporte pas le cirque médiatique (les compromis). Tout ce formatage-là, ça m’écœure. Je suis tanné de ça, de ce culte-là de la personnalité.

C’est Émile Bilodeau qui décrit le mieux Leloup. (Celui qui est marginal, récalcitrant, qui est aussi fragile par rapport à la société, aux médias). Donc Bilodeau déclare : On avait besoin de quelqu’un qui sort du lot, de quelqu’un de marginal. Et avec les années, Jean a réussi à cultiver l’image du chanteur incompris et nonchalant. C’est une vraie antistar (p. 154).

2015 – entrevue concernant À Paradis City

2015

L’étrange pays (le dernier?)

Aucune fin envisageable. Jean Leloup qui devient Jean Leclerc. On tourne les pages. L’étrange pays (le vol solo) son dernier album est un chef-d’œuvre pour moi (surtout pour la thématique des oiseaux) comme le point de mire. Ce grand besoin de liberté. C’est tellement triste. Leloup qui s’identifie à ces oiseaux. L’esthétique minimaliste. Tout tourne autour de la guitare : Fais tellement longtemps que je joue… La guitare fait peut-être partie de moi. Jean Leloup et moi, habitons un pays imaginaire (4). Le pays des mots, des rêves, l’impossibilité de tout comprendre, les multiples humeurs. C’est pour ça que j’existe.

Notes

(1). J’étais à la radio de Châteauguay. À l’époque, le CRTC obligeait 75% de contenu musical. Avec le peu de bonnes musiques québécoises, cela relevait du défi quotidien. Michel W avait dit un jour que c’était ridicule et il avait raison.
(2). On a parlé souvent de la bipolarité de Leloup. La démesure. La fragilité du poète. J’ai un ami qui est comme ça. Pour garder la tête au-dessus de l’eau, il faut prendre des médicaments. Ajouter à cela les tentatives de suicide, les hospitalisations. Ça dépend du degré de la maladie.
(3). Je cite La marche de l’amour de Gaston Miron. J’étais à l’Uqam. J’écoutais Leloup. Une période lumineuse de ma vie.
(4). La guitare. Le pays imaginaire. Pour moi, c’était important de mettre ces mots à ce que je crois à travers l’agitation du monde.

Ricardo Langlois a été animateur, journaliste à la pige. Plus de 150 articles pour Famille Rock. Il est aussi collaborateur pour La métropole.com. Il vient de sortir son 5e livre de poésie.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci ! Visitez notre boutique.

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!