Albums

Iron Butterfly A Gadda

IRON BUTTERFLY –  In-A-Gadda-Da-Vida
Publié le 25 août 2022

Par Jean Jacques Perez

Etats Unis 1968 – Label Atco

Le disque que le groupe traîne comme un boulet, comme une malédiction. La faute à ce titre éponyme qui occupe toute la face B et que l’histoire retiendra. Le reste ne sera qu’accessoire. Nous sommes en 1968.  À ce jour, peu de formations rock ont pris le risque de composer une longue piste sur toute une face. C’est le Love d’Arthur Lee qui a inauguré la série en 1967 avec « Revelation » dans « Da Capo ».

Ici Iron Butterfly nous propose 17 mn d’heavy rock psyché stratosphérique, organique, obsédant, inquiétant, qui carbure au kérosène afin de s’envoyer sur la planète Mars. Souvent roboratif, ce titre élastique est habillé d’un orgue envoûtant, hypnotique parfois arabisant et quasi-religieux, de solos de guitare acid rock corrosifs, malsains et rugissant comme une bête effrayée, d’une basse pesante mais également d’une batterie qui se paye le luxe d’un solo bien tribal.

Ce titre enregistré dans un état plus que second est à l’origine du nom de ce vinyle. En effet, au départ ce morceau devait s’intituler In The Garden Of Eden, mais l’organiste/chanteur Doug Ingle trop ivre durant l’enregistrement pour articuler correctement, entraîna une certaine confusion dans ces propos. Ce qui donne à l’arrivée  In-A-Gadda-Da-Vida.

Toutefois, revenons sur ces parties de six cordes électriques menaçantes et redoutables qui parcourent ce titre éponyme. Elles sont ciselées par Erik Brann même pas âgé de 18 ans et qui vient d’intégrer le combo en lieu et place de Danny Weis peu de temps après la sortie de « Heavy » (il lui a même racheté sa guitare). En fait Danny Weis claque la porte du papillon de fer suite à des dissensions internes (il ira rejoindre Rhinoceros) provoquant également le départ du chanteur Darryl DeLoach et du bassiste Jerry Penrod (parti aussi pour Rhinoceros et remplacé par Lee Dorman).

Mais avant cette mise en bouche bad acid trip, Iron Butterfly semble trouver son inspiration du côté de Los Angeles où il s’est installé, plus précisément chez les Doors. Car les sonorités de l’orgue de Doug Ingle dans Most Anything You Want en ouverture rappellent Light My Fire. Vient le rêveur et céleste Flowers and Beads suivi de My Mirage au registre rhythm ‘n’ blues valorisant la voix soul de Doug Ingle avec un final vaporeux. Arrive le roboratif et kaléidoscopique Termination. La face A se termine avec l’énergique et ténébreux Are You Happy aux harmonisations vocales irréelles. Mais soyons honnêtes, cette première face est loin d’égaler les Doors et semble moins inspirée que l’album « Heavy ».

Bref, Iron Butterfly venait de signer un LP bancale mais culte pour un incontournable du rock psychédélique américain et bien au-delà. Malheureusement l’organiste/chanteur Doug Ingle, le guitariste Erik Brann, le bassiste Lee Dorman et le batteur Ron Bushy ne s’en remettront jamais.

Iron Butterfly

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est iciChaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci!

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

%d blogueurs aiment cette page :