Chroniques

Harvey Mandel 1966 2018

Guitaristes émérites selon Murray article 57
Harvey Mandel
Publié le 4 avril 2022

 

Par Normand Murray

 

Harvey Mandel

Né en 1945 à Détroit Prodige du blues du Blues Rock et carrément de Rock au fil de sa carrière nous verrons évoluer un vrai guitar hero, légendaire avec formations toutes aussi légendaires comme nous verrons à la suite de cette analyse de ce grand guitariste émérite dans tous les sens du mot. Bien connu pour avoir fait partie de la formation Canned Heat.

C’est en 1966 qu’il fait ses débuts professionnels avec un bluesman de luxe Charlie Musselwhite et recruté par nul autre que John Mayall. Et ce, tout en maintenant une carrière solo comme nous le verrons par la suite. De Détroit il emménage au centre névralgique de la contre-culture libératrice américaine, soit San Francisco. C’est au club le M’atrix qu’il commence à brûler les planches avec nul autre que Gerry Garcia, Greateful Dead et Alvin Bishop dans des jams, fin 1960. Déjà qu’en 1968 paraît Cristo Redenter, genre un peu expérimental.

1969

C’est en 1970 que sa vraie carrière solo s’amorce avec Games Guitars Play qui s’ensuivit quatre autres albums. C’est au Fillmore West qu’il entame sa carrière avec Canned Heat en 1969 en deuxième partie du set avec Mike Bloomfield comme second guitariste de la première partie du spectacle lui assurant la deuxième partie. Mémorable troisième performance avec Woodstock 1969 avec Canned Heat évidemment. Une suite de trois albums survient avec Canned Heat avec le succès monstre de Let’s Work Together sur l’album Future Blues, un classique de Canned Heat et un Live en Europe.

Son entrée dans le monde de Mayall se fît par une collaboration sur deux albums assez marquants de John Mayall, le USA Union et le Back to the Roots. Cet album avait réuni une pléiade d’artistes de grands noms les Mick Taylor, les Papa John Creach, Eric Clapton entre autres. Les musiciens de cet album se réunirent pour faire un microsillon avec Mandel sous le nom de Pure Food and Drug Act avec un seul album Choice Cuts.

1970

Période Rolling Stones, il remplace Mick Taylor qui avait quitté les Stones pour deux titres sur Black and Blue, le célèbre Hot Stuff à titre de lead guitar en compagnie de Keith Richards et Memories Hotel.

Les années 70, période très prolifique de sa carrière solo avec Rightgous (1969), Baby Batter (1970), The Snake (1972), Shangranade (1972) et Feel the Sound of Harvey Mandel (1974). Oui avant-gardiste, il se met au two hands taping un peu comme Eddie Van Allen en a fait sa carrière pour même inclure un vidéo instructif Harvey Mandel Blues Guitar and Beyond. S’ensuit une série de longs jeux, Feel the Sound of Harvey Mandel (1998), West Coast Killaz (2000), Rightgous Game Guitar (2005) entre autres, sur une vingtaine à venir.

En 2006, formation de Harvey Mandel and the Snake Crew avec des partenaires de jeu de longue date tels Elvin Bishop, Norton Buffalo, Marcy Levy et Nick Gravenites. Additionnant des noms à devenir célébrités par la suite, des Freddie Roulette, Peter Albin, Mic Gillette ,Barry Goldberg et Howard Wales. Un live viendra consolider cette union avec, en 2009, le Live at Biscuits and Blues, avec un retour aux sources de Canned Heat et ce, en permanence avec Taylor et De la Parra, deux membres initiaux de Canned Heat, celle de la formation à Woodstock (1969). 2010 – Viendra consolider cette union encore plus solide.

2005, Harvey Mandel et Corky Seigel

2014 – Collaboration oui avec un herbaliste du nom de Ron Teeguarden avec Dragons at Play pour neuf titres et additionnant Planetary Warrior.
2015Twist City et un bijou inestimable paraît sous Cleopatra Records, une rétrospective de 6 CDs avec 5 spécifiquement de lui et une genre lost tape avec nul autre que Gerry Garcia et Elvin Bishop, des beaux jours du club Matrix la veille de Noël 1968 et ses jams avec ses deux amis.

2013

2016  – Avec Ryley Walker comme backing band pour Fantasy Records à Berkeley. Deux jours de studio avec huit compositions qui donneront le Snake Pit. Additionnons les multiples performances en spectacle enregistrées plus de vingt « Live ».
2017 – Une suite dans le titre de ce CD avec Snake Attack un effort de 10 chansons. Cet album sera une conception unique à jouer tous les instruments et mixer de même que masteriser le tout par lui-même. Rajoutons que c’est dans son propre studio qu’ il a fait ce dernier long jeu. Lui permettant des overdubs de guitares qu’il ne pouvait faire en d’autres studios avec l’autonomie du sien tout devenait possible.

Sa dernière parution remonte en 2018, un live à Broadway San Francisco Studio. Comme on dit, revenir à sa source de départ les berceaux de son commencement de carrière dans cette ville mythique du Peace and Love des années fin 60.

2018

Maintenant ses guitares ,on peut conclure qu’il a touché à toutes les sortes de guitares telles les Fender Stratocaster, les Washburns, les Framus, les JPEG, Silvertones, Charvel, Gibson Custom comme Lespaul également, la ES 335. Pour terminer, il a en son nom des Signature Parker Fly Deluxe Guitars qui depuis, est sa compagne de jeu un modèle Signature a encore le mot Snake comme nom.

Je suis persuadé que son génie créatif se fera de nouveau entendre en 2022, trop génial de rester en place. Un génie ne peut être inactif.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Pour Un Monde Meilleur!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Fabriqué au Québec!