Chroniques

Roger McGuinn The Byrds

Guitaristes émérites selon Murray article 47
Publié le 11 août 2021 

 

Par Normand Murray

Roger McGuinn

Le roi incontesté de la 12 cordes électrique

Né James Joseph McGuinn en 1942 élevé à Chicago et devint un fan inconditionnel de Folk Music adolescent. Il demanda une guitare à  ses parents après avoir entendu Elvis Presley chanter Heartbreak Hotel. C’est en 1957 qu’il entra au Chicago’s Old Town School of folk Music en étudiant le banjo à 5 cordes.

Le talent de McGuinn et ses performances solo attira des artistes dans la foulée du monde bourgeonnant de la Folk Music mania. En 1963, début professionnel avec comme travail, compositeur à 35 dollars/semaine par TM Music formé par Bobby Darin. Ssa maladie lui empêcha de poursuivre les concerts en direct. En 1964, tournée mondiale des Beatles, il se demanda comment la Beatlemania allait influencer sa musique. Par ailleurs, les Beatles ont toujours gardé un contact assez direct avec Roger McGuinn. Le jeu de la 12 cordes de George Harrison étant un patron à suivre.

C’est alors en 1964 comme musicien de session pour Darin New York Publishing Company qu’il enregistre avec Hyot Axton, Judy Collins et un jeune duo du nom de Tom and Jerry, ceux qui par la suite prendrons le nom de Simon and Garfunkel. Le déménagement à Los Angeles allait faire de Roger McGuinn une légende. Engagé comme chanteur guitariste au Troubadour de L.A., qu’il jouait des pièces de Beatles.
Toujours à Los Angeles, il rencontra David Crosby et le compositeur Gene Clark là où il fît un single peu rentable avec la formation The Beefheaters avant d’ajouter à la formation le bassiste Chris Hillman et le batteur Michael Clark pour former The Byrds. Le but de cet exercice fut de moderniser les chansons folk de façon plus rock et psychédélique .Tout en rajoutant la forme de la British Invasion au folk music.

1965

Le premier single Mr Tambourine Man démontra le révolutionnaire son de la Rickenbaker 12 cordes que produisait McGuinn avec le deux tubes compresseur pour un « sustain » plus long et ce compresseur servait également à préserver les enregistrements trop hard rock de la guitare de McGuinn. Le (Tetetronix LA -2 As). La Rickenbaker offrait un manche plus étroit que toutes les autres 12 cordes sur le marché. Exploré à sa guise, l’action du jazz et du blues à la fois et de passer en mode finger picking Banjo en combinant un flat pick et ceux sur son majeur et annulaire en métal. Les plaisirs des deux mondes du Finger picking.

1965 au Ed Sullivan Show

Un autre son caractéristique de McGuinn sa Martin 7 cordes qui avait deux cordes en G avec une un octave plus bas que l’autre. Une CF Martin qui fût une signature le HD 7 signature Edition Roger McGuinn. Reproduisant son style affectueusement nommé le Jingle Jangle création spécifique à McGuinn qu’il avait créé sur sa douze cordes. Par ailleurs sa technique du compresseur fît que bien des guitaristes le reproduisît, ce « sustain » spécifique à McGuinn et ce pour les décades à venir. Petit rajout son psychédélique High Mile High avait été le fruit du jeu du célèbre saxophoniste de free jazz John Coltrane.

Une suite d’albums peuplera le monde des Byrds avec l’album Turn Turn Turn ,un titre de Pete Seeger à la mode Mc Guinn. En 1968, ce que je considère comme un recueil et une anthologie de la Country music and folk music, le célèbre Sweetheart of the Rodeo, ce que Mc Guinn voulait concevoir comme un mise de rock-jazz-folk et autres musiques. Les deux autres membres du groupe voulaient un album country. Heureusement pour tous, ce microsillon était l’absolu Bluegrass Folk et Country, perle de ce monde.

Post Byrds 1969, le solo de McGuinn avec the Ballad of Easy Rider dans le film du même nom fut un succès et une réapparition sous le titre de Easy Rider Sountrack en 1970. Avec encore une chanson de Dylan It’s allright Ma (I’m only Bleeding). Le Untiltled fît son apparition avec une version ultra longue de 16 minutes de Eight Miles High. Très représentatif des longs jams des Byrds en ces temps. En 1973, le film Pat Garret et Billy the Kid sort avec le célèbre Knock on Heaven’s Door de Dylan. Lui-même acteur, Dylan, dans ce film. 1975 ,76 tournées mondiale avec Dylan pour le Rollin Thunder Revue. Avec cette tournée il annula la sienne.

Collaboration avec Bo Diddley sur le microsillon, The 20Th anniversary of Rock and Roll (1976).1977, Thunderbyrds avec John Mayall et Les Bluesbreakers et Fleetwood Mac, avec le guitariste Ric Vito et le futur bassiste de Poco, Charlie Harrison, et le batteur Greg Thomas. Toujours en 1977, deux ex Byrds, Gene Clark et Chris Hillman, se joignent pour former Mc Guinn, Clark and Hillman, parution chez Capitol Records.

Le monde télévisuel s’ouvre à lui avec des apparitions à des shows rock du temps comme le Midnight Special avec une multitude de représentations à cette émission très prisée au petit écran. Jouant bien sûr des reprises des Byrds et ainsi, de son matériel. La deuxième parution de M C and H ayant pour titre City. Un problème de consommation de drogues de Clark est apparu et dès lors, on change le nom du Band pour McGuinn and Chris Hillman featuring Gene Clark.

1979

Les années 80 débutent  avec en 1981 par une suite de concerts dans les clubs et autre petites salles préposées à cet effet, en solo bien sûr..1987, Roger McGuinn fait les premières parties de Dylan et de Tom Petty. On se transporte dans les années 90, avec un effort solo Back from Rio et un succès avec Tom Petty le hit King of the Hill en coécriture avec Tom Petty.

Petit intermède judiciaire avec son témoignage au Senate Judiciary Sommittee sur le téléchargement illégal de sa musique sur le net. La cour lui concéda quelques milliers de dollars à répartir entre les 5 membres des Byrds. Par le suite il déclara qu’il avait reçu 50% des royalties de MP3.com. Le net lui fut assez bénéfique également avec son propre site là où il publiait au moins une chanson par mois sur Folk Den Site. Il enregistra ses chansons sur un CD, Treasures From The Folk Den en 2002 et même une nomination pour le meilleur album Folk traditionnel au Grammy Awards.2005, un Box set de 100 favorites chansons chansons du Folk Den. 2015, 20ème anniversaire avec une édition intitulée The Folk Den Project.

2005 au Grammy’s Awards

Sa collection de guitares

La Rickenbaker 370/ 12/ Roger Mc Guinn signature « The Ric », une autre 1992 une 330 12 cordes avec Toaster Pick Ups et fini Amber Glow évidement. 3 Martins, la D12-42 Roger Mc Guinn Special, la HD-7 7cordes et, non la moindre, la Martin 00-21 une pièce de collection rarissime. Suite à la prise de possession de Fender par CBS, il reçut une panoplie de Fender, des Stratocasters et des acoustiques également. Et sa Gretch Country Gentleman, celle de Sweetheart of the Rodeo. Déclarant qu’il est dans l’interdiction de dévoiler le nombre de Rickenbaker qu’il possède.

En terminant il est à juste titre le roi incontesté de la 12 cordes électrique et il sera à jamais comme le guitariste qui a mis en symbiose parfaite le Folk, le Country, le Rock et le Psychédélique dans sa propre identité, dans sa signature personnelle comme bien peu peuvent prétendre le faire comme ce maître de la chose.

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top