Chroniques

Give Peace a Chance

Give Peace a Chance, 1969
Publié le 19 février 2022
Vues 871 
Republication le 16 octobre 2022

 

Par Laurent Lavigne

Ce texte est extrait du livre  27 chansons qui ont marqué le Québec, publié et disponible aux Éditions les Heures Bleues.

Give Peace a Chance

Paroles et musique : John Lennon et Yoko Ono

Cette chanson est plus québécoise qu’elle en a l’air. Elle a été écrite à Montréal, dans la suite 1742 de l’hôtel Reine-Élizabeth. Elle a été enregistrée dans cette même suite par le Québécois André Perry, et les chanteurs du chœur dans la chanson sont québécois, incluant Robert Charlebois et Mouffe.

Depuis 50 ans (en 2019), on parle de Montréal et de l’impact de Give Peace a Chance dans toutes les campagnes de paix sur la planète. Un merveilleux petit parc du même nom, à la jonction de la rue Peel et du mont Royal, nous rappelle cet événement avec l’inscription en 40 langues de l’expression.

Au printemps 1969, le 20 mars, John Lennon se marie avec Yoko Ono, à Gibraltar. Dès le lendemain, c’est le début d’un premier bed-in à Amsterdam. Le couple veut promouvoir la paix dans le monde. John et Yoko voudraient faire un nouveau bed-in. Ils sont bloqués aux États-Unis pour leur passé de drogue, ils vont aux Bahamas, mais il y fait trop chaud. Ils reçoivent à Toronto un accueil glacial. Alors, ils partent pour Montréal. Ils y arrivent le 26 mai 1969, sans prévenir.

Dominic Cobello, producteur de spectacles, entend le tout à la radio et se précipite à l’aéroport pour réussir à accueillir John et Yoko le premier. « Je m’occupe de vous », leur dit-il. Il réserve au Reine-Élizabeth un étage au complet, le 17e où aura lieu le bed-in pendant une semaine.

Un enregistrement, vous dites ?

La semaine se passe à un train d’enfer. Journalistes de partout, mais surtout américains et canadiens, viennent parler de paix avec John Lennon et Yoko Ono. Encouragés par l’accueil, John et Yoko composent Give Peace a Chance. Ils demandent de l’équipement d’enregistrement. André Perry, le réalisateur d’un disque de Charlebois et de Jaune de Jean-Pierre Ferland, est contacté et déniche de l’équipement, le sien étant loué.

Le 1er juin, tout se joue. Les paroles sont écrites sur des cartons affichés sur les murs. John joue de la guitare. Tom Smothers l’accompagne. Une foule bigarrée de choristes est dans la suite : un groupe d’Hare Krishna, Timothy Leary, le gourou du LSD, le poète Allen Ginsberg, Petula Clark, etc.

André Perry, sachant que l’acoustique ne sera pas bonne, s’assure d’une bonne prise du son des guitares et de la voix de John. L’enregistrement a lieu. Tout le monde chante en chœur plus ou moins bien et frappe sur tout : meubles, verres, murs, planchers.

Après, il fonce à son studio, à l’époque à Brossard, et écoute le tout : cacophonie infernale sauf les instruments et la voix de John. Dans la nuit, il appelle donc ses amis pour leur demander s’ils veulent chanter sur un disque de John Lennon. Un groupe de personnes se présente, dont Robert Charlebois et Mouffe. Ils reprennent les chœurs au complet. Il faut que ce soit spontané.

Pour la percussion, on utilise une poubelle de caoutchouc. Le réalisateur se rend à la suite faire écouter le résultat. John Lennon est enchanté par la version d’André Perry et c’est celle qui sera sur son disque. En paiement, il est convenu que Lennon mettra le nom et l’adresse du studio sur le disque, qui va aussi mentionner le nom de l’hôtel et de la suite ainsi que Montréal.

Finalement, tout le monde va quitter l’hôtel… sans payer la note. Il y a eu des pourparlers, mais l’hôtel a dû constater rapidement que des bénéfices viendraient avec le temps, car cette visite est un véritable investissement. Aujourd’hui, la suite se loue autour de 3 000 $ la nuit.

La chanson sortie sur disque en juillet 1969 est un succès. Elle est reprise rapidement dans toutes les manifestations antiguerres, dont celle de Pete Seeger, le 15 novembre 1969. Louis Armstrong l’enregistre en 1970. Elle est souvent choisie par Amnistie internationale.

Un nouvel enregistrement dans la suite 1742 aura lieu en 2004, pour le 35e anniversaire. Y participeront plusieurs artistes d’ici et même un certain Justin Trudeau.

Autres chansons émérites : Imagine, In my life, Julia, etc.

 

Cette chanson est extraite du livre Les 27 chansons No 1 des Beatles  disponible sans frais de livraison à : https://www.heuresbleues.ca/copie-de-27-expressions
Voir la critique du livre ci-jointe de Sylvain Cormier 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top

Pour Un Monde Meilleur!

Fabriqué au Québec!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus