Dossiers

Flash sur Slash

Guitariste de Guns N’ Roses, portrait
Publié le 12 mai 2022

 

Par Ricardo Langlois

Slash

Né le 23 juillet 1965, Slash débarque sur terre a Hampstead, un quartier londonien. Sa mère, Ola Hudson est une costumière afro-américaine qui travaille pour des artistes comme David Bowie, Ringo Starr ou Diana Ross, et son papa est un graphiste anglais qui a désigné des pochettes d’albums pour Neil Young ou Joni Mitchell.

Son enfance est baignée dans la musique. On a ça en commun, moi, ma mère était pianiste classique. Mais c’est la radio qui m’a fait découvrir Pink Floyd. Je me souviens d’avoir entendu Echoe au complet à CHOM. Je rêve dans ma chambre. Les années 70 sont importantes.. C’est en entendant son meilleur ami jouer Brown Sugar des Rolling Stones qu’il décide de devenir guitariste.

1981 – Je suis journaliste à Pop Rock. Guns N’ Roses n’existait même pas. C’était ACDC, Black Sabbath, Ozzy, Priest qui étaient les groupes de l’heure. J’ai proposé une chronique de métal. La filière rock avec Benoit Dufresne de CHOM sur la même page. J’étais super heureux.

Je reviens à Slash, il joue dans un premier groupe de versions. Il reprend des chansons de Police, Rush, Led Zep ou Black Sabbath. Il passera une audition pour le groupe Poison qui cherche un guitariste. Mais, Slash n’est pas assez Glam. Surtout après avoir rencontré CC Deville parfaitement maquillé avec cheveux laqués et ongles peints.

1981

À l’autre bout du pays, Axl Rose et Izzy Stradlin décident de venir tenter leur chance à L.A. et fondent Hollywood Rose. Après quelques shows, en 1985, Rose et Stradlin fusionnent avec le groupe LA Guns. Ainsi naissent les Guns N’ Roses. Après quelques concerts remarqués, les musiciens qui vivent ensemble sortent leur premier EP : Live a Suicide. Le disque remporte un certain succès et les membres signent alors chez Geffen Records.

1984, Hollywood Rose

Steve Darrow, bassiste, Axl Rose, chanteur, Steven Adler, batteur et Slash, guitariste

Appetite for Destruction

Pendant les années 1985 et 1986, le groupe enchaîne les concerts et se retrouve classé comme groupe le plus dangereux au monde, rien de moins. Sous l’effet des drogues et de l’alcool, ses membres sont en effet assez ingérables, mais ils composent tout de même, parfois en quelques heures. Je crois que Slash est un prodige, on lui doit beaucoup. En deux semaines, les pistes d’Appetite for destruction sont enregistrées, à l’exception des overdubs et de la voix ajoutés ensuite.

1987

Slash recherche un son signature et utilise une copie de Les Paul 1959. Après le passage sur MTV de Welcome to the jungle, l’album décolle et le succès se confirme avec Welcome to the jungle, l’album décolle et le succès se confirme avec Sweet Child O Mine, qui atteint la première place des chartes aux USA. Selon, Slash, cette pièce ne révèle pas tout le talent du groupe.

Tiens, une anecdote, Slash est devenu ambassadeur de Gibson, il a découvert qu’il possédait la première Les Paul Standard en finition Cherry Sunburst (1958 ). Aujourd’hui, le guitariste en possède une centaine.

36 titres en 36 jours

Après la sortie en 1988 de l’EP G N R Lies, le public a hâte d’entendre les albums Use Your Illusion I et II. Mais la période n’est pas très productive : Slash tente de se sevrer de l’héroine, mais plonge dans l’alcool, accompagné par Duff McKagan, Izzy Stradlin et Axl Rose ne se pointent qu’occasionnellement. Malgré tout, une nouvelle direction musicale se dévoile, plus complexe et inventive. Finalement lors d’un marathon de deux jours, le groupe termine l’écriture des chansons. Il entre en studio, mais doit se séparer de Steven Adler, rongé par la drogue, qui ne peut maintenir son niveau. Il est remplacé par Matt Sorum, batteur de The Cult.

L’enregistrement se déroule très vite : 36 pistes envoyées en 36 jours. J’étais totalement obsédé par la création des albums Illusion, expliquera Slash. Par la suite, celui-ci teste plusieurs guitares dont une Flying V de 1959 et une BC Rich Mockingbird, tandis qu’Axl peaufine les voix et pose des parties de synthé, trop au goût d’Izzy Stradlin et Slash qui préféreraient une production plus simple et rock n’roll.

Finalement, Izzy quitte le groupe, dont l’ambiance se détériore, et abandonne la tournée en cours. Mais les deux disques sont une réussite commerciale, notamment grâce à la reprise de Knockin On Heaven’s Door et des hits November Rain et You Could Be Mine.

My heart will go on

Fin 1993 sort The spaghetti Incident?, un opus de reprises punk et hard rock dont les titres ont été enregistrés lors des sessions de studio pour Illusion. Il est décrit comme brut et spontané par Slash et permettrait d’aider financièrement certains de leurs groupes favoris (les royautés). Slash quitte le groupe en octobre 1996. Personnellement j’étais étudiant à l’Uqam, j’écoutais du grunge et Jean Leloup. Pour moi, Guns N Roses sans Slash, c’était impossible.

À l’âge de 35 ans, en 2001, Slash se voit diagnostiquer une cardiomyopathie. Des années d’abus ont abimé son cœur au point qu’un médecin ne lui donne que quelques semaines à vivre. Slash ne réalise pas tout de suite la gravité de la situation. Finalement, il se fait poser un défibrillateur, fait de la rééducation et s’en sort.

Le 14 avril 2012, Guns N’Roses est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. Axl Rose ne participera pas à cet événement. Le groupe Green Day fait un discours en leur honneur.

Les classiques ( Top 5 )

5. November Rain (Use Your Illusion I, 1991)

Ridiculement exagéré, tout à fait grandiloquent et complètement merveilleux, ce mélodrame de neuf minutes ressemble vraiment à une explosion d’un passé révolu. Il a de la place pour deux superbes moments de sa part, et ces jours-ci, il est difficile de séparer la chanson de cette vidéo. À l’époque grunge, lui seul pouvait s’en tirer en sortant d’un mariage dans une chapelle soufflée par la poussière, puis en jouant une Les Paul débranchée dans un désert vide tout en étant vêtu d’une veste de motard, de bottes, d’un jean et de chaps en cuir. Et il le fait.

L’intermède au milieu de la chanson est mélodique – tous soutenus, notes crémeuses, beau phrasé et retenue classe. Plus tard, lorsque le mariage d’Axl Rose a pris une tournure pire et s’est transformé en funérailles, la guitare sort la chanson avec des lignes extrêmement dramatiques et non conventionnelles qui sont aussi articulées que délicates. Tout en restant debout sur le piano à queue d’Axl.

4. Estranged (Use Your Illusion II, 1991)

Tapi sur Use Your Illusion II, cette mélodie mélancolique et ambitieuse est sûrement l’une des meilleures de GN’R. Mis à part le motif de plomb irrésistiblement accrocheur, le travail de Slash est discret pendant une grande partie de la durée de neuf minutes, mais correspond et améliore l’ambiance dans un style captivant.

Il y a un travail d’accord intelligent et propre à mi-chemin (les joueurs moins importants ont peut-être gâché cela avec du plomb inutile); à six minutes, il capture le désir et le regret avec un travail de plomb émouvant, presque romantique, et plus tard des lignes texturales et inversées l’emmènent dans une section plus familière et bluesy.

3. Out Ta Get Me (Appetite for Destruction, 1987)

Dans les années 80, la plupart des joueurs qui ornaient des reprises de guitare mag étaient faits jusqu’à neuf, les cheveux taquinés et maquillés, brandissant des guitares dayglo avec suffisamment de morceaux pointus pour broyer tout fan qui s’approchait trop près (souvent ce n’était pas un problème). Ainsi, lorsque Slash et  Izzy Stradlin  sont apparus, dans leurs denims rétro, leurs bandanas et attachés à de magnifiques six cordes vintage, ils étaient une bouffée totale d’air frais bien que moisi. Et puis il y avait la musique.

2. Sweet Child O Mine (Appetite for Destruction)

Bien sûr, le crochet de guitare principal de Sweet Child O’ Mine est lui-même un classique – une figure élégante, qui est trompeusement difficile à jouer proprement (il suffit de demander à quiconque qui a travaillé dans un magasin de guitares au cours de ces 30 dernières années). Les lignes de guitare douces et simples de Slash entre le refrain et le couplet ajoutent à la beauté de la chanson, et à la fois là et dans l’instrumental hautement mélodique du milieu de la chanson, son ton cannelé est un contrepoint agréable à la râpe puissamment unique de Rose.

1. Paradise City (Appetite for Destruction)

Ça devait l’être, n’est-ce pas ? Les accords chatoyants  de l’intro. La salve d’ouverture chantable de Slash. Ce riff de couplets chromatiques croquants et le refrain rempli d’énormodome. Tout est mis en place et se déroule magnifiquement. Puis, à 04h50, wham – le groupe démarre en double temps et tout l’enfer se déchaîne. Avec Adler, McKagan et Stradlin tonitruant sous eux, Rose et Slash y vont tous les deux, le guitariste martelant absolument sa hache, allant jusqu’au bout avec des virages, des éclairs de vitesse avec ce grand ton, nous montrant tous les tours de son arsenal avant de se rassembler pour la grande et savoureuse finale blues. La vidéo montrait le groupe à Donington et au Giants Stadium en train de soutenir Aerosmith – à ce jour, le Roxy n’allait plus jamais être assez grand pour les tenir à nouveau.

Notes

Des notes de la revue Guitar World ont été ajoutés. Le top 5 est basé selon un article sur le site loudersound.com. Le paragraphe 1981 raconte son expérience personnelle comme journaliste.

Ricardo Langlois est critique musical pour famillerock.com et critique littéraire pour lametropole.com Il a publié quatre livres de poésie.

 

Fabriqué au Québec!
Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: MARCO GIGUÈRE
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top