Dossiers

Zappa Bloodrock Cooper

Le Rock interdit # 16
Publié le 20 janvier 2021

 

Recherche par René Maranda

 

1971

Le concert de janvier de Frank Zappa au Royal Albert Hall de Londres est annulé en raison de paroles obscènes dans les chansons de la trame sonore de 200 Motels.

Les responsables de l’État de l’Illinois publient une liste de chansons populaires contenant des références à la drogue. La liste comprend la chanson populaire pour enfants Puff The Magic Dragon du trio folk Peter, Paul and Mary, ainsi que Yellow Submarine des Beatles.

La Federal Communications Commission (FCC) envoie un télégramme à toutes les stations de radio américaines, menaçant de révoquer leurs licences si elles diffusent de la musique rock qui glorifie l’usage de drogues.

La station de radio new-yorkaise WNBC a interdit la chanson One Toke Over the Line de Brewer and Shipley en raison de ses prétendues références à la drogue. D’autres stations à travers le pays emboîtent le pas. Le compositeur de la mélodie, Tom Shipley, répond à ce sujet : ù  » En cette ère des médias électroniques, censurer un disque à cause de ses paroles, c’est comme brûler des livres dans les années trente « . Brewer & Shipley prétendront également que le mot « toke » signifiait en fait « jeton », d’où la phrase  » assis au centre-ville à une gare « .

En mars, de nombreuses stations de radio et lycées américains interdisent la chanson D.O.A. de Bloodrock, un groupe du Texas. La chanson racontait l’histoire d’un adolescent mourant impliqué dans un accident de voiture (certains disent un accident d’avion). Malgré un manque de diffusion à la radio, le simple atteint quand même la 36e position du palmarès Billboard.

La pochette de l’album Love It To Death d’Alice Cooper, qui montrait une photo du groupe avec un pouce égaré qui, selon certains, ressemblait à un pénis, fait l’objet d’un rappel et le pouce offensant fut retouché à l’aérographe (« airbrushed »).

 

BANNIÈRE : THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE : STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
TRADUCTEUR : JÉROME BRISSON

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :