Dossiers

Led Zep Robert Plant

L’idole
Robert Plant
Publié le 18 octobre 2021

              Par Mel Dee

Au premier rang, face à cette scène couverte de tapis traditionnels, un parfum exotique d’encens m’enivre, le cœur qui bat à mille à l’heure. Une étrange sensation accompagne l’entrée d’une de mes plus grandes idoles, Sir Robert Plant. Il n’y a ni Page ni Jones mais ma joie est irréelle.

       Photo: Mel Dee Rock. Robert Plant And The Strange Sensation- Festival de la guitare -Tunis- 2006

Celui qui fera vibrer le monde avec sa voix unique et déchirante, l’homme le plus séduisant et charismatique de l’histoire du rock, Robert Anthony Plant, est né le 20 août 1948 à Kidderminster dans le Comté Worcestershire, d’un père anglais, Robert C. Plant qui était un ingénieur civil pour la Royal Air Force et d’une mère d’origine Rom, Annie Celia Plant.  

                                                         Robert Plant avec ses parents

Avec un des plus beaux sourires au monde, The Young Golden God, rayonne avec sa petite sœur Allison, 1959.

Band of Joy

Plant est un jeune garçon influencé tôt par les légendes du blues comme Muddy Watters et Buddy Guy. « J’ai quitté la maison à 16 ans et j’ai commencé ma véritable éducation musicale, passant de groupe en groupe, approfondissant ma connaissance du blues et d’autres musiques qui avaient du poids et valaient la peine d’être écoutées » Robert Plant. Parmi ses groupes : The Crawling King Snakes, Listen, Slip et les  Hobbstweedle avec Bill Bonham, le cousin de John. La première étincelle du rock a jailli quand Plant a fait partie du Band of Joy aux cotés de la légende Bozo.

De Korner à Page

À ses débuts, on voyait Plant souvent avec une guitare acoustique, elle accompagne sa voix notamment sur deux titres en 1968, Steal Away  et Operator qui figurent sur l’album  Bootleg Him (label Castle Communication), d’un des pionniers du blues britannique Alexis Korner.

Durant la même période, Jimmy Page, guitariste des Yardbirds, rêve de former un band à son image et c’est grâce à la collaboration avec Alexis Korner que Page découvre Plant, la deuxième étincelle du futur plus grand groupe de rock  jaillit. Page et Plant réunis, John Paul Jones les rejoint en amenant avec lui son ami John Bonham et les New Yardbirds deviennent Led Zeppelin.

Voici la pièce Operator (septembre 1979) Plant nous donne la chair de poule. 

Les années Led Zep

Entre 1968 et 1980, Robert Plant vit et nous fait vivre la plus grande histoire du rock, comme Deep Purple, Black Sabbath, Judas Priest et Iron Maiden. Un voyage psychédélique doux et envoûtant à travers leurs albums: 1969 : Led Zeppelin et Led Zeppelin II, 1970 : Led Zeppelin III, 1971 : Led Zeppelin IV, 1973 : Houses of the Holy, 1975 : Physical Graffiti, 1976 : Presence, 1979 : In Through the Out Door et une compilation en 1982 : Coda. En plus de sa voix magique et unique, Plant est auteur de la plupart des textes de Led Zeppelin.

J’ai choisi ce live au Royal Albert Hall 1970, avec ma chanson préférée de Led Zeppelin, Dazed and Confused. Cette performance extraterrestre a marqué mon esprit et a changé ma vie à jamais.

Ce qui marquera les esprits, c’est la complicité de Robert Plant et de Jimmy Page, aux devant de la scène, beaucoup plus extravagants que Jones et Bonham. Le duo reste à l’heure d’aujourd’hui encore comme des âmes sœurs. Raconter Robert Plant à travers les années Led Zep, prendrait plusieurs livres, un article ne saurait peindre un portrait en entier. Tout simplement une des plus grandes légendes au sein du plus grand band à travers le monde et l’histoire de la musique.

                                                                                        La complicité entre Robert Plant et Jimmy Page à travers les années 

En solo

Le 25 septembre 1980 est une date tragique, celle qui marque le décès de John Bonham et de ce fait et avec un commun accord la fin de l’aventure Led Zep. La destinée et la musique dans le sang, Plant décide de continuer en solo avec un premier album en 1982 Pictures at Eleven. Sur cet album, un drummer bien spécial, Phil Collins qui excelle sur six chansons et Cozy Powell sur  Slow Dancer et Like I’ve Never Been Gone.

En 1983, Plant sort l’album The Principle of Moments (Label Atlantic Records) avec à la batterie Phil Collins et Barriemore Barlow. Figure sur cet album une de mes chansons préférées de l’ère Robert Plant en solo, Big Log.

Le troisième album studio de Robert Plant, sort en 1985, Shaken ‘n’ Stirred, puis le LP Little by Little: Collectors Edition avec la reprise de Good Rocking Tonight, chanson de Roy Brown sorti en 1947. Celle-ci nous fait penser à la collaboration de Plant avec Jimmy Page, Jeff Beck, Ernest Chataway et d’autres amis sous le nom des Honeydrippers en 1981 et le retour de Plant à ses influences, le son « roots of rock »

À partir de 1988 avec le quatrième album solo de Plant, Now and Zen et la participation de  Jimmy Page à la guitare sur deux titres, Heaven Knows et Tall Cool One en 1988, puis, Manic Nirvana en 1990 et Fate Of Nation en 1993 (album dans lequel il rend hommage à son fils Karac, décédé en 1977 à l’âge de cinq ans avec le titre  I Believe). Plant renoue avec une certaine belle époque, plus bluesy et proche de Led Zeppelin.

Les premiers albums solo de Robert Plant

En collaboration

Le trio Page, Plant et Jones se retrouve pour le Live Aid en 1985 avec Phil Collins et Tony Thompson à la batterie, ensuite lors des quarante ans de la maison de disques Atlantic Records, en 1988, avec Jason Bonham. L’année 1992 est marquée par  le concert en hommage à Freddie Mercury. Plant chante Innuendo et Crazy little thing called love en compagnie des membres du groupe Queen. La collaboration la plus marquante aussi pour les grands fans de Led Zep, c’est sûrement le duo avec son complice de toujours Jimmy Page en 1994 avec  l’album No Quarter: Jimmy Page and Robert Plant Unledded et s’embarquent pour une tournée internationale. S’ensuit l’album Walking into Clarksdale sorti en 1998, avec un grand plaisir on retrouve encore ce duo légendaire, en ayant toujours un espoir que Led Zeppelin se reforme. 

Plant forme le band Strange Sensation avec lequel, en 2002, il sort l’album Dreamland, puis en 2005 l’album Mighty ReArranger, ce dernier est considéré comme le meilleur album solo de plant. Cet album est magnifique, aux nuances exotiques et surtout des reprises de Led Zep. Celles-ci on été ajoutées à la version bonus (live) de l’album , les titres sont : Black Dog,When the Levee Breaks, Gallows Pole et celle qui m’a fait perdre l’esprit lors du show de Robert Plant and the Strange Sensation auquel j ‘ai assisté en 2006, Whole Lotta Love.

Le duo Plant/Krauss

Voici un épisode dans la carrière de Robert, qui personnellement, m’a laissée de marbre. J’ai bien l’impression d’être seule dans ce cas, même si je reconnais l’excellence de ce duo, il s’agit de la collaboration avec la belle et très talentueuse Alisson Krauss. En 2007, leur premier album Raising Sand sort et le 8 février 2009, Raising Sand remporte lors de la 51e cérémonie des Grammy’s, quatre récompenses dont  Album de l’année. Bientôt, le 19 novembre 2021 sortira Raise The Roof, un album qui promet un autre grand succès. Le charme du duo Plant Krauss envoûte encore.


Retour vers Le Band Of Joy

Le 24 juin 2011 Salle Wilfrid-Pelletier de Montréal lors du Festival de Jazz de Montréal, je revois de nouveau mon idole, cette fois-ci accompagné du Band of Joy. Robert Plant semble nostalgique et forme Band of Joy, en reprenant le nom du band de son adolescence. Un hommage juste avec le nom car les sonorités de l’album hyponyme sorti le 13 septembre 2010, sont totalement différentes. Une autre collaboration voit le jour grâce à d’anciens membres des Strange Sensation, Robert Plant and the Sensational Space Shifters, avec eux sort en 2014 l’album Lullaby and… The Ceaseless Roar, dixième album de Robert Plant et premier avec cette formation. En 2017, la collaboration continue avec l’album Carry Fire.

Robert Plant en compagnie de Band of Joy, The Strange Sensation et TheSensational Space Shifters

 

Robert Plant joue plusieurs instruments : la guitare, le bendir, le tambourin, la basse et l’harmonica

Robert Plant arborant son magnifique sourire tenant un bendir au New Orleans Jazz Fest, 2014

Robert Plant, une légende, il est fait Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine d’Angleterre Élisabeth II en 2008, pour sa carrière artistique, élu « Meilleure voix de l’histoire du rock » par des auditeurs de la radio britannique Planet Rock, 5e parmi les chanteurs rock sur les  « 100 plus grands chanteurs de tous les temps »  puis en 2011, il est désigné, toujours par les lecteurs du magazine Rolling Stone « Meilleur chanteur de tous les temps » en plus d’être un artiste plein d’humour et un grand fan de soccer.

Si vous vous demandez pourquoi un portrait de Robert Plant sans plus de magnifiques photographies de lui seul, ma réponse: « il fallait bien que je me concentre sur l’article !!!! Un article qui pourrait contenir un nombre infini de mots, mais celui qui compte le plus pour moi, c’est Choukran ( Merci ) cher Robert Plant  »

 

INFOGRAPHIE ET MISE EN PAGE: MEL DEE
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :