Chroniques

Steve Hackett Entrevue exclusive

We Know That We Like Genesis #11

Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois

Publié le 8 décembre 2020

 

Par André Thivierge

Steve Hackett nous raconte son cheminement avant de devenir membre de Genesis

Saviez-vous qu’il a failli devenir un citoyen canadien ? 

Famille Rock (FR) : J’ai été surpris d’apprendre que vous êtes presque devenu un citoyen canadien quand vous aviez 7 ans.  Qu’est-ce qui s’est passé ?

Steve Hackett (SH) : « En fait, mes parents ont émigré au Canada. J’ai été à Vancouver pour 4 mois. J’ai même été intégré au système scolaire. J’ai beaucoup aimé votre pays. Pour moi, c’était spectaculaire ».

FR : Vous êtes arrivé au pays via le port de Québec.

SH : « Oui, je suis arrivé en bateau, c’était un site extraordinaire. Je n’oublierai jamais la fête quand nous sommes arrivés au port. Les citoyens nous souhaitaient la bienvenue et tout volait dans les airs. C’est resté gravé dans ma mémoire. Ensuite, nous avons pris le train et avons traversé le Canada.

J’ai toujours eu une connexion très émotionnelle avec le Canada. Quand, j’y repense, j’y serais facilement resté. Je ne voulais pas revenir, j’étais très déçu. Mes parents ont finalement changé d’idée et retourné en Angleterre. Le plus amusant, c’est que je suis revenu avec un accent canadien. Ce fut très difficile pour moi. Le Canada est un pays progressiste et ils sont un exemple pour le monde. Bien sûr, si j’étais resté au Canada, j’aurais eu une vie totalement différente. »

De retour en Angleterre

FR : Vous avez au moins gardé un souvenir du Canada, votre père vous a acheté une guitare…

SH : « Oui, il est retourné pour son travail là-bas et m’a offert une guitare qui était beaucoup trop grande pour moi.  En fait, j’ai appris l’harmonica avant de me mettre sérieusement à la guitare.

J’ai écouté beaucoup de musique dont un groupe qui s’appelait The Shadows dont j’ai acheté tous les disques. J’ai ensuite commencé à jouer comme adolescent et jeune adulte dans divers groupes mais je voulais jouer professionnellement.

Le chemin pour joindre Genesis a été long. J’ai fait tout ce que je peux pour me publiciser, ça m’a pris cinq ans…. »

Première expérience professionnelle avec Quiet World

FR : Vous avez finalement joint un groupe appelé Quiet World qui vous a permis d’enregistrer un premier album, The Road.

SH : « Oui, j’ai apprécié l’expérience d’enregistrer dans un studio professionnel pour la première fois. Le groupe était mené par les Heather Brothers, des Anglais qui ont passé plusieurs années en Afrique du Sud. Leur père était un médium qui avait développé un intérêt pour les phénomènes psychiques, le surnaturel et le spiritualisme. Le tout a influencé leur manière d’écrire des chansons.

Leur façon d’écrire a influencé comment je décris la musique en termes d’images. Cette visualisation m’a servi quand j’ai écrit la partie de guitare de Firth of Fifth. La note soutenue au début de mon solo illustrait un vol d’une élégante créature qui contrôlait son environnement. Le son de Quiet World était un mélange de cultures musicales, un précurseur de la musique world . Je crois toutefois que le son de l’album n’a pas très bien vieilli.

Les 3 frères écrivaient toutes les paroles et la plupart des chansons. Je n’étais là que pour jouer ce qu’on me demandait. Je ne me souviens pas d’avoir été payé pour ce travail. Mais, pour moi, être en studio et apprendre les techniques professionnelles, c’était déjà comme un paiement.

Je ne suis pas resté longtemps avec Quiet World alors qu’on s’en allait dans des directions différentes. J’avais besoin de faire partie d’un groupe qui me laisse la chance de contribuer davantage. »

Une annonce marquante et différente

FR : Et c’est par la suite, en décembre 1970, que vous avez fait paraître une annonce assez unique dans le magazine The Melody Maker qui se lisait comme suit : « Guitariste/auteur à la recherche d’esprits réceptifs déterminés à se rendre au-delà des formes musicales stagnantes existantes ».

SH : « Après avoir placé mon annonce, j’ai reçu un coup de téléphone de quelqu’un qui m’a dit ; « Bonjour, je suis Peter Gabriel  et je viens juste de lire votre annonce ». Je ne connaissais pas Genesis. À ce moment, le groupe était très jeune. Les gars dans le groupe avaient autour de 20 ans ».

En entrevue Peter avait indiqué « Il y avait quelque chose dans la formulation de l’annonce qui a piqué ma curiosité.  Tous les autres guitaristes que nous avions rencontrés misaient sur le clinquant et tentaient de nous impressionner avec leurs notes. Dans ce cas-ci, c’était autre chose. Steve était davantage dans les atmosphères et ça nous intéressait beaucoup. »

Steve Hackett a écouté Genesis pour la première fois avec son frère John dans une station d’écoute d’un magasin de disque. Ils ont écouté au complet Trespass et ont particulièrement porté attention à la pièce Stagnation car Peter lui a mentionné que c’était la pièce la plus représentative du groupe à l’époque. Il a aimé la chanson et la synchronicité avec les références de son annonce sur la musique stagnante.

Premier contact avec Genesis en spectacle

Peter l’a invité à aller voir Genesis en concert de Noël au Lyceum. Le 28 décembre, il s’y est rendu pour entendre le groupe pour la première fois. Il a indiqué avoir été impressionné par la réaction de la foule. Les 1000 personnes présentes ont accordé une ovation debout au groupe. Il se sentait capable de contribuer à améliorer le groupe par son travail.

SH : « J’ai vu Genesis au Lyceum avant de les joindre. Ils avaient débuté leur performance avec Happy The Man empreinte d’influence à la Cat Stevens. Ils étaient très calmes, plus que les groupes que j’avais connu. Ils ont monté le volume seulement qu’à la fin avec The Knife. Une finale très excitante qui a soulevé la foule dans la salle. Avec mon arrivée, j’espérais que le groupe devienne plus électrisant et moins acoustique. »

L’audition

FR : Et il y a finalement cette fameuse audition avec votre frère John Hackett

SH : « Oui, ça s’est passé chez moi où je vivais avec mes parents. J’ai joué quelques pièces en solo et en duo avec mon frère John à la flute. Une des pièces, The Hermit apparaîtra plus tard sur mon premier album solo Voyage of the Acolyte.

Tony Banks et Peter m’ont écouté jouer à la fois de la guitare électrique et acoustique et je crois que cela a aidé de jouer de la guitare 12 cordes. Ça les a séduits. Je crois qu’ils ont aimé mon approche éclectique et mon intérêt pour tous les styles de musique. J’étais heureux de ne pas savoir d’avance que j’étais en compétition avec 40 autres guitaristes. »

Réaction des membres de Genesis

Peter Gabriel a indiqué en entrevue que « Nous étions tous préoccupés car Anthony Phillips (Ant) était un leader dans le groupe et nous devions trouver une énergie différente pour l’alimenter. Steve avait une personnalité beaucoup plus sobre, du genre à se cacher derrière ses lunettes.

On a vu qu’il avait la capacité de bâtir des mondes de son, mais il était très introverti. Il est finalement devenu un Guitar Hero, très confortable dans son rôle, et assez longtemps après mon départ. Mais il était un excellent guitariste et c’est cet intérêt dans les sons qui nous ont attirés chez lui. »

Richard McPhail, roadie du groupe, confirmait que clairement, Steve n’avait aucune intention de jouer au Guitar Hero. Mais il s’intéressait à tout ce qui composait Genesis (guitares acoustiques et arrangements complexes). Il ne recherchait pas l’attention mais voulait juste bien jouer et être un membre de l’équipe.

Mike Rutherford (Mike) a indiqué qu’il « s’ennuyait d’Ant mais Steve jouait ces sons superbes un peu bizarres, joués avec sa boîte Fuzz et créait ces atmosphères noires. C’était superbe! Steve ne nous ressemblait pas du tout. Quand je l’ai rencontré, il avait l’air d’un étudiant d’art. Manteau corduroy noir, jeans noir, foulard noir, chemise noire en plus des cheveux et moustaches noires. Mais ce qui était le plus surprenant avec lui, c’était qu’il aimait la guitare acoustique. Tous les guitaristes rencontrés jouaient soit de la guitare électrique ou acoustique mais pas les deux. »

Début de la formation classique de Genesis

FR : En joignant le groupe, vous ferez partie de la période la plus créative de Genesis

SH : « Ce fut une période très excitante pour moi alors qu’on a commencé à travailler ensemble. Bien sûr, j’ai dû m’ajuster et de passer de statut amateur à professionnel. Jouer en spectacle et écrire de la musique pour un groupe était très nouveau pour moi. Genesis était différent de tout ce que j’avais connu car l’emphase était sur l’écriture de chansons. C’était un groupe basé sur la créativité au lieu de la technique. Les idées d’abord, l’interprétation ensuite. J’ai aussi remarqué que les interactions entre les membres du groupe étaient différentes de ce que j’avais connu auparavant. Les musiciens avaient une relation amicale. Les membres de Genesis avaient davantage une relation entre collègues ».

Steve aura une influence marquante dès le départ, non seulement avec la musique, mais il suggérera des améliorations scéniques et recommandera fortement l’acquisition d’un instrument qui changera le son de Genesis.

Et c’est ainsi que le quintette poursuivra sa tournée de spectacle et finalisera les chansons pour leur 3e album, le 1er de cet alignement classique, Nursery Crime.

Steve Hackett continuera à nous raconter ses souvenirs de cette époque en entrevue exclusive.  À suivre!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

2 Comments

2 Comments

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :