Chroniques

Black Sabbath Fairies Children

Ma Machine à remonter le temps # 14  
Black Sabbath
Fairies Wear Boots, Children of The Grave
Publié le 19 juin 2021
Première  partie

Par Pierre Martin

Bonjour ami(e)s nomades de musique. Bienvenue dans ma machine à remonter le temps, avec votre D.J. Pierre pour ma chronique 14 avec  Black Sabbath . Comme Black Sabbath a une longue feuille de route à travers le monde, ma chronique que je vous partage, sera répartie en deux parties, avec des vidéos sur des périodes, des années de Black Sabbath, qui ont envouté des millions de fans, d’un océan à l’autre avec leurs albums. Mon premier groupe de pur Heavy Métal qui m’a captivé et totalement séduit fut Judas Priest. Mais… juste avant cette formation, que j’avais découvert, le groupe qui selon moi, se rapprochait le plus près du heavy métal que j’écoutais, était Black Sabbath. Cette remarquable formation aux mélodies des profondeurs des ténèbres, m’a entièrement séduit et comme des millions de fans, totalement conquis par leurs multitudes d’albums à succès. Alors… mes chers ami(e)s, êtes-vous prêts à suivre votre D.J. Pierre, car… nous aurons dans notre voyage, d’exceptionnelles destinations, à travers leurs années de carrières. N.B. qu’également, vous pouvez me suivre sur Famille Rock, avec mes 3 posts des (mini-publications), de la machine à remonter le temps, avec des superbes vidéos live, c’est un rendez-vous mes ami(e)s.

1968

Black Sabbath était un groupe de rock anglais formé à Birmingham en 1968 par le guitariste Tony Iommi, le batteur Bill Ward, le bassiste Geezer Butler et le chanteur Ozzy Osbourne. À la base reconnue à l’époque d’un groupe hard rock, ils sont souvent cités également, parmi les pionniers de la musique heavy metal. Le groupe a aidé à définir le genre avec des sorties telles que Black Sabbath (1970), Paranoid (1970) et Master of Reality (1971). Le groupe a connu plusieurs changements de line-up après le départ d’Osbourne en 1979, Iommi étant le seul membre constant tout au long de son histoire.

Après des itérations précédentes du groupe appelé, Polka Tulk Blues Band and Earth, le groupe a choisi le nom de Black Sabbath en 1969. Ils se sont distingués par des thèmes occultes avec des paroles inspirées de l’horreur et des guitares basses. Signant chez Philips Records en novembre 1969, ils sortent leur premier single, Evil Woman en janvier 1970. Leur premier album, Black Sabbath, sort le mois suivant. Bien qu’il ait reçu une réponse critique négative, l’album a été un succès commercial, conduisant à un album de suivi, Paranoid, plus tard en 1970. La popularité du groupe a augmenté et, en 1973, Sabbath Bloody Sabbath, les critiques ont commencé à réagir favorablement.

La toxicomanie excessive d’Osbourne a conduit à son licenciement en 1979.

Il a été remplacé par l’ancien chanteur de Rainbow, Ronnie James Dio. Après deux albums avec Dio, Black Sabbath a subi de nombreux changements de personnel dans les années 1980 et 1990, notamment les chanteurs Ian Gillan, Glenn Hughes, Ray Gillen et Tony Martin, ainsi que plusieurs batteurs et bassistes. Martin, qui a remplacé Gillen en 1987, était le deuxième chanteur le plus ancien et a enregistré trois albums avec Black Sabbath avant son licenciement en 1991. La même année, Iommi et Butler ont été rejoints par Dio et le batteur Vinny Appice pour enregistrer Dehumanizer (1992). Après deux autres albums studio avec Martin, qui a remplacé Dio en 1993, la formation originale du groupe s’est réunie en 1997 et a sorti un album live Reunion l’année suivante  ; ils ont continué à tourner occasionnellement jusqu’en 2005. À part diverses rééditions de catalogues antérieurs et albums de compilation, ainsi que la programmation de l’ère Mob Rules réunie sous le nom de Heaven & Hell, il n’y a eu aucune autre activité sous le nom de Black Sabbath pendant six ans. Ils se sont réuni en 2011 et ont sorti leur dernier album studio et le dix-neuvième au total, 13 (2013), qui présente tous les membres originaux à l’exception de Ward. Au cours de leur tournée d’adieu, le groupe a joué son dernier concert dans leur ville natale de Birmingham le 4 février 2017.

Black Sabbath a vendu plus de 70 millions de disques dans le monde en 2013, ce qui en fait l’un des groupes de heavy metal le plus prospère sur le plan commercial. Ils ont été classés par MTV comme le « plus grand groupe de métal » de tous les temps et se sont classés deuxièmes dans la liste des « 100 plus grands artistes de hard rock » de VH1. Le magazine Rolling Stone les a classés au 85e rang des « 100 plus grands artistes de tous les temps ». Black Sabbath a été intronisé au UK Music Hall of Fame en 2005. ET au Rock and Roll Hall of Fame en 2006. Ils ont également remporté deux Grammy Awards pour la meilleure performance métal et, en 2019, le groupe a reçu un Grammy Lifetime Achievement Award.

Le premier concert du groupe sous le nom de Black Sabbath a lieu le 30 août 1969 à Workington, en Angleterre. Ils ont été signés chez Philips Records en novembre 1969 et ont sorti leur premier single, Evil Woman (une reprise d’une chanson du groupe Crow), enregistré aux Trident Studios, via la filiale de Philips Fontana Records en janvier 1970. Les versions ultérieures ont été gérées par le nouveau label de rock progressif de Philips, Vertigo Records.

Première grande exposition de Black Sabbath est venue quand le groupe est apparu sur John Peel de Top Gear émission de radio en 1969, exécutant Black Sabbath , NIB , Derrière le mur du sommeil et Sleeping Village à un public national Grande-Bretagne peu de temps avant le début de l’enregistrement de leur premier album. Bien que le single Evil Woman n’ait pas été classé, le groupe a eu deux jours de studio en novembre pour enregistrer son premier album avec le producteur Rodger Bain… Iommi se souvient avoir enregistré en direct : « Nous avons pensé. Nous avons deux jours pour le faire et l’un des jours est le mixage. Nous avons donc joué en direct. Ozzy chantait en même temps, nous l’avons juste mis dans une cabine séparée et nous sommes partis. Nous n’avons jamais eu une deuxième manche de la plupart des trucs ». 

Black Sabbath est sorti le vendredi 13 février 1970 et a atteint le numéro 8 dans le UK Albums Chart. Après sa sortie aux États-Unis et au Canada en mai 1970 par Warner Bros. Records, l’album atteint la 23e place du Billboard 200, où il reste pendant plus d’un an. L’album a reçu des critiques négatives par de nombreux critiques. Lester Bangs l’a rejeté dans une critique de Rolling Stone comme « des confitures discordantes avec de la basse et de la guitare qui tourne comme des speedfreaks à vélocité partout dans les périmètres musicaux de l’autre, mais ne trouvant jamais tout à fait la synchronisation ». Il s’est vendu en nombre substantiel malgré son échec, donnant au groupe sa première exposition grand public. Il a depuis été certifié platine aux États-Unis par la Recording Industry Association of America (RIAA) et au Royaume-Uni par British Phonographic Industry (BPI), et est maintenant généralement accepté comme le premier métal lourd album.

1970 – enregistrement de Paranoid

Le groupe retourne en studio en juin 1970, quatre mois seulement après la sortie de Black Sabbath. Le nouvel album devait initialement s’appeler War Pigs d’après la chanson War Pigs , qui critiquait la guerre du Vietnam ; cependant, Warner a changé le titre de l’album en Paranoid. Le premier single de l’album, Paranoid , a été écrit en studio à la dernière minute. Ward explique : « Nous n’avions pas assez de chansons pour l’album, et Tony a juste joué le lick de guitare [Paranoid] et c’était tout. Cela a pris vingt, vingt-cinq minutes de haut en bas. » Le single est sorti en septembre 1970 et a atteint la quatrième place du UK Singles Chart, restant le seul top dix de Black Sabbath. L’album a suivi au Royaume-Uni en octobre 1970, où, poussé par le succès du single Paranoid, il est devenu numéro un dans les chartes.

La sortie aux États-Unis a été suspendue jusqu’en janvier 1971, car l’album Black Sabbath était toujours dans les chartes au moment de la sortie de Paranoid au Royaume-Uni. Black Sabbath a ensuite effectué une première tournée aux États-Unis et a joué son premier spectacle américain dans un club appelé Ungano’s au 210 West 70th Street à New York. L’album a atteint le numéro 12 aux États-Unis en mars 1971, et continuerait à vendre quatre millions d’exemplaires aux États-Unis, avec pratiquement aucune diffusion radio. Comme Black Sabbath, l’album a été éreinté par (les critiques rock de l’époque), mais des critiques modernes tels que Steve Huey d’AllMusic citent Paranoid  comme « l’un des albums de heavy metal les plus grands et les plus influents de tous les temps », qui « a défini le son et le style du heavy metal plus que tout autre disque de l’histoire du rock ». L’album a été classé au numéro 131 sur la liste du magazine Rolling Stone des 500 plus grands albums de tous les temps. Le succès des chartes de Paranoid a permis au groupe de faire une tournée aux États-Unis pour la première fois en octobre 1970, ce qui a engendré la sortie du deuxième single de l’album  Iron Man. Bien que le single n’ait pas atteint le top 40, Iron Man reste l’une des chansons les plus populaires de Black Sabbath, ainsi que le single américain le plus élevé du groupe jusqu’en 1998  « Homme psychopathe « .

PPremiers spectacles de Black Sabbath aux USA, 1er et 2 novembre 1970

Notre première escale 1970. Cette chanson parle de Skinheads. À l’époque en Angleterre, les Skinheads n’étaient pas des racistes, mais des punks et des anarchistes. Ils portaient généralement des bottes, c’est ainsi que Black Sabbath a obtenu le titre. En ce qui concerne le reste des mots, le guitariste Tony Iommi a déclaré : « Nous avons fumé beaucoup de dope, alors c’est peut-être pour cette raison que certaines paroles sont un peu inhabituelles. »

Voyez cette œuvre remarquable de ces pionniers légendaire du Hard Rock, tirée de leur album de 1970, intitulé : Paranoid. En version LIVE HD, lors de leur tournée (Gathering in the Masses).

Je vous présente Black Sabbath avec Fairies Wear Boots

En février 1971, après une performance unique au Myponga Pop Festival en Australie Black Sabbath est revenu en studio pour commencer à travailler sur leur troisième album. Après le succès de Paranoid dans les chartes, le groupe a eu plus de temps en studio, ainsi qu’une « mallette pleine d’argent » pour acheter de la drogue. « Nous nous lancions dans la coke, un grand moment« , a expliqué Ward. « Uppers, downers, Quaaludes, tout ce que vous voulez. C’est arrivé au stade où vous avez des idées et vous les oubliez, parce que vous étiez tellement hors de cause. »

1971, arrivée  au Myponga Pop Festival, Australie

La production terminée en avril 1971, le groupe sort en juillet Master of Reality, six mois seulement après la sortie américaine de Paranoid. L’album a atteint le top dix aux États-Unis et au Royaume-Uni, et a été certifié disque d’or en moins de deux mois recevant finalement la certification platine dans les années 1980 et le double platine au début du 21e siècle. Il contenait les premières chansons acoustiques de Sabbath, aux côtés des favoris des fans tels que  » Children of the Grave  » et  » Sweet Leaf « . La réponse critique de l’époque était généralement défavorable, Lester Bangs livrant une critique ambivalente de Master of Reality in Rolling Stone, qualifiant la clôture de « Children of the Grave » de « naïf, simpliste, répétitif, absolu de doggerel – mais dans la tradition [du rock’n’roll]… Le seul critère est l’excitation, et Black Le sabbat l’a. (En 2003, Rolling Stone placerait l’album au numéro 300 sur leur liste des 500 plus grands albums de tous les temps.)

1977

Après la tournée mondiale Master of Reality en 1972, Sabbath a fait sa première pause en trois ans. Comme Ward l’a expliqué: « Le groupe a commencé à devenir très fatigué. Nous avions été sur la route sans arrêt, année après année, en tournée et en enregistrant constamment. Je pense que Master of Reality était un peu comme la fin d’une époque, les trois premiers albums, et nous avons décidé de prendre notre temps avec le prochain album. »

En juin 1972, le groupe se réunit à nouveau à Los Angeles pour commencer à travailler sur leur prochain album au Record Plant. Avec plus de temps en studio, l’album a vu le groupe expérimenter de nouvelles textures, telles que les cordes, le piano, l’orchestration et les chansons à plusieurs voix. L’enregistrement a été en proie à des problèmes, beaucoup en raison de problèmes de toxicomanie. Luttant pour enregistrer la chanson Cornucopia après « s’être assis au milieu de la pièce, faisant juste de la drogue  » Ward a failli être licencié. « J’ai détesté la chanson, il y avait des motifs qui étaient justes… horribles », a déclaré le batteur. « J’ai réussi à la fin, mais la réaction que j’ai eue a été l’épaule froide de tout le monde. C’était comme ‘Eh bien, rentre chez toi, tu n’es d’aucune utilité en ce moment.’ J’avais l’impression d’être je l’ai fait sauter, j’étais sur le point d’être viré« . Butler a pensé que le produit final « a été très mal produit, en ce qui me concerne. Notre directeur de l’époque a insisté pour le produire, afin qu’il puisse réclamer les coûts de production. »

L’album s’intitulait à l’origine Snowblind d’après la chanson du même nom, qui traite de l’abus de cocaïne. La maison de disques a changé le titre à la dernière minute en Black Sabbath Vol. 4. Ward a observé : « Il n’y avait pas de volume 1, 2 ou 3, donc c’est vraiment un titre assez stupide« . Vol. 4 est sorti en septembre 1972 et, alors que les critiques étaient méprisantes, il a atteint le statut d’or en moins d’un mois, et était la quatrième sortie consécutive du groupe à vendre un million aux États-Unis. Tomorrow’s Dream est sorti en single – le premier du groupe depuis « Paranoid » – mais n’a pas réussi à se classer.

Après une longue tournée aux États-Unis, en 1973, le groupe voyage à nouveau en Australie, suivi d’une première tournée en Nouvelle-Zélande, avant de s’installer en Europe continentale. « Le groupe était définitivement à son apogée« , se souvient Ward, « dans le sens où personne ne s’était encore complètement épuisé. »

Notre 2ième escale 1971. À l’époque de mes bars rock, cette ténébreuse formation était la plus intense que j’utilisais dans le hard rock. Maintenant, allons revisiter ce grand succès avec une performance enflammée, tirée de leur 3ième album en 1971, intitulé : Master Of Reality. En version, FULL HD. From the End Tour.

Je vous présente Black Sabbath avec Children of the Grave

.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :