Chroniques

Les débuts du Genesis classique

We Know That We Like Genesis #12

Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois

Publié le 18 décembre 2020

 

Par André Thivierge

Un nouveau départ !

En janvier 1971, ce que plusieurs appelleront la période la plus créative de Genesis débuta. Steve Hackett connaîtra son baptême de feu avec le groupe en compagnie de l’autre dernier venu Phil Collins, ainsi que les membres fondateurs Tony Banks, Mike Rutherford et Peter Gabriel.

Steve Hackett nous raconte en entrevue exclusive les circonstances de son arrivée avec le groupe

Influence immédiate de Steve

Famille Rock (FR) : Quand vous avez assisté au spectacle de Genesis pour la première fois, vous avez tout de suite constaté qu’il manquait quelques éléments à votre avis.

Steve Hackett (SH) : « J’ai été préoccupé par l’aspect visuel de la scène de Genesis. Je voulais que le groupe se professionnalise le plus possible. Je voulais que le groupe se procure un Mellotron et obtienne son propre éclairage afin que l’on contrôle les deux dimensions plus étroitement.

Je voulais qu’ils aient la même largeur et profondeur qu’un orchestre et contrôle son environnement. Je crois que j’ai apporté un désir d’expérimentation. Je crois que Genesis devait durcir son look sur scène, jouer fort et avec puissance. Je voulais que la guitare devienne explosive. Je sentais aussi qu’acquérir un Mellotron ajouterait une puissance additionnelle.

Ayant vu King Crimson et Moody Blues adopter cet instrument, je savais que c’était comme un minotaure magique, une bête puissante qui pouvait s’avérer, si bien utilisé, une arme incroyable. Je l’ai suggéré un peu anti démocratiquement compte tenu que je n’étais pas habitué à travailler en équipe. Ils devaient me respecter car ils ne m’ont pas envoyé promener. »

FR : Il faut dire que l’idée du Mellotron vous a été inspirée par un autre grand groupe prog de l’époque.

SH : « Oui, peu de temps avant de joindre Genesis, j’ai rencontré Ian MacDonald qui venait juste de quitter King Crimson. J’étais un fan de ses habilités de multi-instrumentiste et j’ai été soufflé d’apprendre qu’il aimait mon travail à la guitare. Nous avons passé du temps ensemble à pratiquer.

King Crimson a été une grande influence pour moi. Cela m’a démontré que c’était possible pour les groupes de développer des chansons dans un grand nombre de styles et de le faire intelligemment. »

FR : Et c’est ainsi que Tony et vous avez rencontré les membres de Crimson pour acheter un de leurs Mellotron.

SH : « Exactement! Ça a fait une grande différence dans la qualité du son. On utilisera d’ailleurs cet instrument sur Nursery Crime.  Il s’agissait du même modèle (Mark 2) utilisé par les Beatles sur Strawberry Fields Forever.

John Lennon et le Mellotron Mark 2

Selon Richard McPhail, devenu à l’époque le gérant de tournée de Genesis, « le Mellotron n’a jamais été conçu pour la musique rock mais davantage pour un endroit statique où quelqu’un peut prétendre imiter un orchestre. C’était un instrument très lourd. Autant, nous pouvions à deux transporter un orgue, il fallait quatre hommes pour déplacer le Mellotron. »

Un premier concert difficile pour Steve

FR : Lors de votre premier concert avec Genesis au City University le 22 janvier 1971, vous avez connu des problèmes techniques.

SH : « J’ai utilisé une nouvelle boite Fuzz qui s’est mise à faire toutes sortes de bruits bizarres. Je ne pouvais rien contrôler car en même temps, j’essayais de me souvenir de nombreuses parties de guitare. Ce soir-là, j’ai très mal joué. Il y avait beaucoup de retour de son (feedback) qui faisait en sorte que personne ne pouvait entendre correctement ce que je jouais. »

Pour ajouter au chaos, Phil avait pour une rare fois pris une cuite et jouait en état d’ébriété ce qui ajoutait au chaos de la soirée. Il raconte le tout dans son autobiographie :

« Lors de la soirée du premier concert de Steve, notre passage étant retardé, je tue le temps en enfilant quelques bières anglaises. Au moment où nous sommes sur scène, je suis à côté de la plaque. Je manque les peaux et c’est épouvantable. Ce fut la première et la dernière fois que je joue bourré ».

FR : Vous étiez tellement préoccupé par votre prestation que vous n’avez rien remarqué.

SH : « J’aurais pu mourir des milliers de fois cette soirée-là. Ce fut ma pire expérience sur scène à vie, et j’en ai eu peur. »

Quand il a débranché sa guitare Gibson Melody Maker à la fin du spectacle, il avait peur que ce soit à la fois sa première et dernière prestation avec Genesis. Heureusement, ce ne fut pas le cas.

Un style qui se démarque déjà

Tony indiquait que « Steve n’avait pas une grande expérience des concerts, il n’était pas né pour la scène. Il s’asseyait, parce qu’il avait toutes ces pédales à effet, alors que la plupart des guitaristes à l’époque étaient debout, à secouer la tête et à faire des solos sans fin, ou jouaient avec les dents. Mais Steve était doué et cela correspondait à ce que nous souhaitions pour l’avenir. »

D’ailleurs, Mike affirme que Steve sonnait à l’époque comme Robert Fripp de King Crimson. « Nous sommes devenus moins acoustiques à cause de Steve et il m’amena quelque part d’autre avec la guitare électrique ce qui était très bien ». Tony poursuit : « Le succès commercial s’est ralenti entre Trespass et Nursery Crime mais le groupe se réformait et intégrait Steve et Phil et cela nous a renforcé. Tout ce que nous produisions était alors très structuré et Steve a adopté la même optique. Ce choix-là a été très critiqué à l’époque car le public se plaignait que nos concerts étaient toujours identiques. Je répondais qu’improviser revenait à jouer les mêmes morceaux dans un ordre différent. »

Les tournées reprennent

Genesis a repris une cadence accélérée de spectacles et a pris part à la fin janvier 1971 au Charisma Package Tour en compagnie des groupes de la compagnie de disque Lindisfarne et Van Der Graaf Generator où ils firent la première partie du spectacle.

Selon Ray Laidlaw, le batteur de Lindisfarne, Genesis était un band puissant. « Peter pouvait contrôler la scène et c’était difficile de regarder ailleurs quand il performait. Phil était un batteur merveilleux et j’adorais sa façon de jouer.  On s’entendait très bien. »

Premiers concerts outremer

Genesis a connu ses premiers succès en Belgique où le groupe a fait le top 10 à leur grande surprise. Profitant de cette soudaine popularité, les cinq comparses ont traversé la Manche en mars 1971 pour y donner leurs premiers concerts outre-mer dont celui à La ferme de Woluwe-Saint-Lambert, qui a été le plus ancien enregistrement qui existe du groupe.

La Ferme

L’enregistrement live de Genesis le plus ancien

Selon Phil, « lors de notre arrivée sur place, notre enthousiasme a été un peu freiné par la scène faite de caisses de bière.

Contrat officiel à La Ferme

Malgré tout, on a fait un malheur.  Tous les concerts furent bondés. Ce fut la première et non la dernière fois que l’on connaîtra la griserie de la popularité. En Belgique en tout cas! »

À cette occasion, Genesis utilisait encore cette approche débutant avec une pièce acoustique avec un momentum vers des chansons plus frénétiques. C’est le seul enregistrement où on peut y entendre The Light (voir chronique Genesis #9) dont aucun autre enregistrement n’existe dont quelques fragments ont été recyclés pour The Colony of Slipperman et surtout Lillywhile Lillyth trois ans plus tard (The Lamb Lies Down on Broadway). On y entend aussi Happy The Man, une toute nouvelle chanson acoustique jouée à 3 guitares 12 cordes par Mike, Tony et Steve et chantée par Peter et Phil à l’unisson. Cette pièce sera enregistrée un an plus tard à vitesse plus rapide.

The Musical Box était aussi passablement différent de sa forme finale alors que le solo de Steve qu’on connait n’était pas encore complètement défini.  La section centrale de la pièce était aussi plus longue.

Le lendemain de la performance à La Ferme, Genesis s’est rendu à Bruxelles comme invité à l’émission télévisée Pop Shop, une variante de la très célèbre émission britannique de l’époque Don Kirchner’s Rock Concert. Selon les archives de la RTBF, le concert ne sera diffusé qu’en 1973 d’où la référence à une tournée américaine.

De nouvelles critiques positives

Leur apparition au Lyceum le 9 avril leur a valu une très belle critique de la part de Chris Welch du Melody Maker, celui-là même qui avait descendu Genesis après la parution de leur premier album deux ans plus tôt. Welch a qualifié la performance du groupe d’absorbante et entrainante et nota que Genesis s’était amélioré grandement depuis ses débuts.

De retour à la BBC

Le 10 mai 1971, Genesis a été invité à enregistrer à l’émission de Bob Harris à la BBC. Ils y ont joué Stagnation, une pièce favorite de l’album Trespass et une nouveauté The Musical Box qui apparaîtra sur l’album à venir Nursery Crime.

L’intérêt de cet enregistrement de The Musical Box, c’est que c’est une version plus longue que celle qui apparaîtra sur disque quelques mois plus tard. L’émission sera diffusée le 31 mai, ce qui donnera aux auditeurs un avant-goût de la toute dernière mouture de Genesis avec deux nouveaux membres, Steve et Phil.

Phil indiqua en entrevue « que cet enregistrement à la BBC était comme une pré-session pour l’album à venir.  C’était la première fois qu’on pouvait m’entendre officiellement à la batterie. »

Trop tôt pour le Crowd Surfing

Le 19 juin, un incident a marqué la prestation du groupe au Aylsbury Borough City Hall alors que Peter a fait une tentative de sauter dans la foule en croyant que celle-ci l’attraperait. Malheureusement, en 1971, les spectateurs n’étaient pas habitués à faire surfer dans les airs les chanteurs comme c’est le cas aujourd’hui.

Peter indiquait « j’ai voulu sauter dans le public. Tout se serait bien passé si un danseur éméché n’avait changé de direction au moment crucial et entravé ma chute. J’ai mal atterri et me suis cassé la jambe. Comme nous jouions quelque chose d’énergique, j’étais sur l’adrénaline et n’a pas senti la douleur, même si je savais que quelque chose n’allait pas. J’ai terminé la pièce sur les genoux. »

Résultat, Peter performera les semaines suivantes en chaise roulante.

Une formation de plus en plus rodée

Malgré cet incident, les nombreux engagements musicaux de la nouvelle mouture de Genesis à l’hiver et au printemps de 1971 ont aidé à raffiner le son du groupe avant son retour en studio.

Peter indique que son jeu de flûte, même s’il n’en est pas un grand joueur a donné du caractère au son du groupe. Selon Tony, cette période a donné de l’assurance à Peter sur scène alors que ses monologues captaient de plus en plus l’attention du public et qu’il chantait avec plus d’aisance.

Les deux nouveaux ont rehaussé la qualité technique déjà élevée du groupe. Le jeu de Phil était déjà remarquable et probablement le plus instinctif des cinq musiciens. En plus d’être doué à la voix, il faisait montre de grandes qualités d’arrangeurs des pièces du groupe.

Steve, même s’il était moins doué qu’Ant à la guitare 12 cordes, démontrait une meilleure technique de la guitare électrique et comme soliste. Il était surtout prédisposé à l’expérimentation, ce qui servira grandement à son nouveau groupe.

Prêt pour la préparation du 3e album

Au début de l’été 1971, les membres de Genesis se rendront dans une maison louée par leur gérant Tony-Stratton Smith afin de pratiquer les nouvelles chansons de l’album Nursery Crime, le premier de la formation classique du groupe en préparation des sessions studio à venir.

À suivre!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

2 Comments

2 Comments

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :