Chroniques

Hank Marvin The Shadows

Guitaristes émérites selon Murray article 50
Hank Marvin, Apache c’est lui ! 
Publié le 26 octobre 2021

 

Par Normand Murray

Hank Marvin

Le guitariste aux disques d’or

Voilà le guitariste, auteur et compositeur issu de l’Angleterre, qui a été celui qui a vendu plus de 33 tours que les Beatles au début des années 60. Né en 1941 à Newcastle Upon Tyne en Angleterre. Bien que ses premiers instruments furent le piano et le banjo, il opta pour notre plaisir à tous pour la guitare suite à des écoutes de son idole Buddy Holly. On distingue inévitablement l’influence dans sa sonorité de clarté dans sa guitare. Au début, il forme un skiffle band, ce que l’Angleterre offre comme nouveau genre, et repris par bien d’autres groupes de l’époque. En 1958, les Quarrymen « Beatles » feront dans ce style.

Du nom des Railroaders avec son ami Bruce Welch, également en 1958, mais sans trop de succès dans les concours amateurs. Après des tournées infructueuses, le chanteur vedette Cliff Richard les recrute pour former The Drifters.

Les années 60 en addition à sa carrière avec Richard, il compose ses propres chansons pour finalement créer la légende que sera Hank Marvin et the Shadows.

1962

Qui, avec la 4 ème composition Apache, elle  deviendra le succès numéro un malgré que cette chanson n’était qu’instrumentale. Caractéristique d’être fait avec une ampli Vox AC 15 avec du reverb et également une Vox AC 30, ce que les Beatles et les Rolling Stones de même que Queen par la suite prendront comme amplis par la suite.

Lui qui oui vendait plus que les Beatles avec un gros succès tel Wonderful World ,numéro un dans le monde. Rajoutons également que pour lui la Whammy Bar deviendrait également sa signature.1962-63 Foot Taper, Kon Tiki et Dance On seront les numéros au palmarès mondial. Le doute n’est pas permis avec quoi, 520 millions d’albums vendus, on est plus dans le platine, on est dans le diamant. Ayant tout de même supplanté le Merseybeat, ce fut vers la fin des années 60 que s’amorçait une légère descente des ventes à un million par album, méchante belle descente, faut avouer !

En complémentarité, plusieurs de ses compositions ont fait le bonheur d’autres stars de la chanson comme Petula Clark avec le Je me sens bien auprès de toi… et une multitude d’autres exemples.

Après des succès tels FBI, la célèbre et coulante feutrée Moon River et dans la tradition de chansons de velours, Moonlight Shadow et Sleep Walk, sa carrière solo s’amorce avec une vingtaine d’albums qui deviennent soit or ou platine en Angleterre, encore à un million d’exemplaires à toutes les sorties. On peut dire constance constance. Le premier en titre, un album éponyme à son nom (1969). Par la suite il forme un trio vocal avec ses partenaires de jeu des Shadows, une forme de revival des Shadows dirons-nous avec Cliff Richard. 

Avec comme début de 1973 Rocking With Curly Leads qui expérimente le Vocoder. Encore les millions comme ventes. Les années 70 ne changent rien à sa capacité d’être toujours aussi populaire. Les années 80 sont fait de covers, versions classées Or et Platine évidement. Fait à noter, deux albums hommage à Cliff Richard et Buddy Holly (1995-1996). Une carrière solo avec 20 albums, le dernier en liste étant Without a Word en 2017.

1980

Maintenant décortiquons la grande influence qu’il a eu sur bien des légendes du monde Rock. Étant considéré comme le guitariste européen le plus influant. Bien des guitaristes se sont mis à son diapason comme les Pete Townsend,  Neil Young, Carlos Santana, Jeff Beck et Mark Knopfler. Ce dernier ayant vraiment compris toutes les nuances de Marvin dans son jeu de guitare. Quand des légendes de ce calibre t’admirent, ce titre de guitariste le plus influant de l’Europe est inévitablement tien.

1985

Quoi dire sur ses guitares, bien qu’en 1961 il reçoit de Cliff Richard une Fender Stratocaster rouge 1961, ce qui entre autres fera de lui le premier guitariste anglais à être en possession d’une Stratocaster. Par ailleurs, il prendra une forme de clarté dans cet instrument que bien d’autres ont repris. Il suffit d’écouter Criss Issack pour sentir cet influence. Dans toute sa carrière il sera en mode mélodie de la pureté de l’instrument. Il changera de guitare pour adopter la Bison de Burn lors de son séjour à Londres dans les années 1964, Burns lui en fera un modèle Signature la Marvin Special tout comme Fender a fait sa Stratocaster rouge avec tout l’appareillage plaqué or. Burns qui est considéré dans le monde de la lutherie comme étant le Léo Fender de l’Angleterre.

Tout comme les Stratocasters avaient leurs propres pickups maison les Burns également très performants. Son répertoire sera à jamais inscrit comme la base essentielle de faire un immense plaisir et joie à quiconque l’écoutera pour la première fois ou bien, le réécouter dans tout cette belle et séduisante nostalgie de la douceur de ce que peut nous gratifier ce génie musical intemporel. Se la couler douce bien assis dans son fauteuil comme si on flottait sur un nuage. Le ciel Hank Marvin étant la toile de fond de tous ses beaux et grandioses nuages. Oui Hank Marvin hors de l’ombre, out of the Shadows ,resplendissant de succès.

Toute son histoire

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :