Chroniques

Genesis, qui remplacera Peter?

We Know That We Like Genesis #41
Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois
Publié le 8 janvier 2021

 

Par André Thivierge

Le lancement du premier album solo d’un membre de Genesis soulève l’intérêt

L’album solo de Steve Hackett a été lancé à Londres en octobre 1975 et a obtenu plus tard le statut d’album de l’année. Voyage of The Acolyte a atteint la 26e position au palmarès en Grande-Bretagne en novembre 1975. En Amérique du Nord, l’album a atteint la 191e position du Billboard en mai 1976, un exploit intéressant compte tenu que Genesis a commencé à peine à y connaître du succès deux ans plus tôt. 

Des observateurs ont noté que ce succès était un indicateur de l’intérêt des fans pour de la musique du style de Genesis, sans Peter Gabriel. L’écoute de Star of Sirius, avec Phil Collins à la voix était indicatif du son qu’aurait Genesis dans l’avenir.

La sortie de Voyage of the Acolyte a beaucoup intéressé les critiques qui voulaient savoir comment Genesis survivrait sans leur chanteur. Dans sa critique de l’album, Barbara Charone du magazine Sounds indiquait que « la similarité avec Genesis allait surprendre beaucoup de monde qui assumaient que le groupe était à la merci de l’emprise de Peter Gabriel. Toutes les chansons ajoutent de la substance à la notion que Genesis écrit ses chansons en groupe. Voyage of the Acolyte confirme le talent que démontre Steve Hackett dans son travail avec Genesis ce qui promet un avenir intéressant pour leur prochain album. »

Parmi la horde de journalistes sceptiques à propos de l’avenir de Genesis, Charone se distinguait par son optimisme. Elle estimait qu’autant elle aimait le groupe avant, elle était convaincue que le groupe serait sans hésitation aussi bon. 

La participation de Phil à Brand X inquiétaient beaucoup de fans qui se demandaient s’il avait l’intention de quitter Genesis. Le magazine New Musical Express (NME) a d’ailleurs abordé le sujet dans un reportage sur le groupe de jazz rapportant les propos du groupe à l’effet que « la participation de Phil à Brand X ne signifiait pas la fin de Genesis mais que le groupe était en réflexion sur le remplacement de Peter. »

Pendant ce temps, Genesis entre en studio

En octobre, Tony Banks, Mike Rutherford, Phil et Steve se sont rendus aux studios Trident pour débuter les sessions d’enregistrement. Après le départ de Peter, ils ont décidé de ne pas continuer avec le producteur John Burns. Ce dernier a indiqué en entrevue que « ce ne fut jamais discuté mais il semblait naturel qu’ils choisissent leur propre voie. Pas parce qu’on ne s’entendait pas bien mais c’était normal qu’ils choisissent un nouveau son. »

Ils ont recruté David Hentschel à la recommandation de Phil pour co-produire l’album. Un partenariat très fructueux s’en est suivi. Le groupe le connaissait depuis quelques années alors qu’il opérait le ruban dans Nursery Crime. Hentschel était aussi un claviériste accompli et avait une connaissance approfondie des synthétiseurs.

David Hentschel aux studios Trident

Hentschel se souviens que Genesis avait une idée précise de ce que le groupe voulait avant d’entrer en studio. « Ils étaient très disciplinés et organisés dans leur pré-production. Ils avaient l’habitude de commencer leurs compositions individuellement et passer ensuite beaucoup de temps en studio pour compléter leurs chansons avec le reste du groupe, en comités. Comme leur musique était unique, je n’avais pas besoin d’être impliqué. Tout mon travail s’est effectué en studio. Je crois que ma plus grande contribution a été de créer leur nouveau son à ce moment-là. J’ai aussi aidé Tony à programmer ses synthétiseurs. »

Un album instrumental ?

Au départ, les membres de Genesis ont envisagé faire un album presqu’entièrement instrumental. Tony a commenté plus tard dans le Melody Maker que Trick of The Tail, n’était pas planifié au départ comme un album vocal mais surtout sans voix. Finalement, Mike et lui ont réalisé qu’il devait y avoir un chanteur.

Phil commente dans son autobiographie : « Je suis également prêt à abattre mon joker : plutôt jouer dans un groupe instrumental que de prendre le micro. Une idée hélas, vite écartée. Car Tony et Mike aspirent depuis longtemps à écrire des chansons avec des paroles qu’il faut chanter. Mieux, ils veulent écrire des tubes, des titres qui entrent dans les palmarès. Ils en ont toujours eu envie. Et ça, avec un groupe sans chanteur, ni paroles, ni refrains, c’est impossible. »

« En studio, je suis surtout impliqué dans Los Endos que je modèle d’après le rythme de Promise of a Fisherman de Santana, tiré de Borboletta, l’album de jazz-fusion qu’il vient de sortir. Squonk est carrément zeppelinien.  Et il y a Robert, Assault and Battery, prouvant qu’il reste de la place pour les chansons narratives qui ont fait le renom de Genesis. »

À la recherche du prochain chanteur

Une fois que les pistes d’accompagnement furent complétées pour les chansons, les membres de Genesis ont décidé de tenir des auditions pour remplacer Peter. Ils ont placé une annonce dans le Melody Maker pour un chanteur demandé pour un groupe de type Genesis.

Au moment où les recherches d’un nouveau chanteur commençaient, Tony racontait au Melody Maker, « nous voulons une bonne voix, quelqu’un qui saura performer sur scène qui peut sauter et attirer l’attention. Que ce soit quelqu’un d’expérience ou un naturel, il aura à être lancé devant des milliers de personnes à chaque soir. »

Le défi pour Genesis était de trouver quelqu’un suffisamment bon pour le travail et qui offrirait sa propre identité musicale et visuelle. Tony commentait à l’époque : « Nous n’avons aucune intention d’embaucher un imitateur de Peter, visuellement parlant, seulement quelqu’un qui peut chanter. »

Tony poursuit : « On savait que nous cherchions un nouveau chanteur, les bandes d’essai arrivaient de partout.  Nous recevions et auditionnions quotidiennement 2 ou 3 candidats pendant que nous composions Trick Of The Tail. Phil leur chantait souvent la mélodie pour la leur apprendre : en réalité, il chantait bien mieux qu’eux tous.

Mais il restait le batteur, et il refusait d’envisager autre chose! Nous avions pensé que Phil devrait chanter une ou deux chansons douces comme Mad Man Moon et Ripples parce que nous savions qu’il pourrait se les approprier, mais nous n’avions jamais cru qu’il serait capable de chanter quoi que ce soit de plus fort. »

Mike appuie les commentaires de son collègue : « La voix de Phil était très pure, comme celle d’un enfant de chœur, et celle de Peter légèrement rocailleuse, si bien que nous ne pouvions imaginer que Phil puisse assumer toute la gamme de nos chansons car ce son cassé et rauque lui faisait défaut. »

Parmi les artistes invités, il y avait Mick Rogers, qui venait de quitter récemment le Manfred Mann’s Earth Band. Il a chanté entre autres I Know What I Like, sans succès.

Mick Rogers

Il y avait aussi Steve Gould des Rare Birds et Allan Clarke des Hollies qui ont auditionné ou envoyé des rubans. Leur ancien roadie et ami, Richard McPhail a indiqué qu’il « avait été considéré aussi pour une audition, sachant qu’il fut un des premiers à chanter avec des membres de Genesis à leurs débuts. »

Richard McPhail et Tony Banks

Phil décrit dans son autobiographie cette période d’auditions

« On installe du matériel et tous les lundis, à Churchfield Road, on auditionne 4 ou 5 prétendants.  Je leur apprends les parties vocales en leur chantant pendant que Steve, Tony et Mike jouent en sourdine. On choisit des morceaux susceptibles de mettre en évidence leurs talents.  Notamment Firth of Fifth et The Knife : des chansons-tests pour pouvoir juger de leur registre et de leur niveau. Des extraits seulement, mais qui demandent beaucoup à un aspirant-chanteur.  On est obligé de procéder ainsi : notre groupe est exigeant et le costume qu’a laissé Peter est large.

On cherche quelqu’un avec des qualités vocales, mais pas seulement.  On se demande s’il saura nous épauler pour l’écriture, ce qu’il apportera au groupe. On essaie de le cerner, de savoir si on aurait envie de lui dans notre famille.  Car, pour l’heure, dos au mur, Genesis est un groupe très soudé.  Un groupe de frères.

Ce rituel du lundi commence à me plaire car il me donne l’occasion de chanter. Il a toujours été acquis que, sur l’album en cours, je prendrai en charge quelques morceaux acoustiques, disons Entangled ou Ripples. Mais je sais que je ne pourrais jamais m’attaquer à Squonk, Dance On A Volcano ou d’autres titres plus costauds.

Mais ce n’est pas un problème : on a besoin d’un nouveau chanteur et on fait tout pour en trouver un. Il ne me vient pas à l’idée – ni à celle de mes compagnons – que j’ai, ne serait-ce que de loin, l’étoffe du rôle. Et honnêtement, je n’en ai aucune envie. Je suis bien mieux au fond de la scène. »

Un premier candidat sérieux est convoqué en studio pour des essais d’enregistrement

Phil raconte dans son autobiographie : « La course contre-la-montre s’accélère car la musique est en boîte mais on n’a toujours pas de chanteur. En fait, on s’est quand même décidé à en laisser entrer un.  Mick Stickland est un peu au-dessus des autres et on le convoque chez Trident pour un essai. On lui donne à chanter Squonk. On ne lui demande pas sa tonalité. On lui colle le texte entre les doigts. Débrouille-toi. »

Mick Stickland

Mike se souviens : « À cette période, nous ne pensions pas en fonction du chanteur et nous n’avons pas changé la tonalité. Il est venu chanter Squonk aux studios Trident. Il avait une belle voix mais il était complètement dans le mauvais ton. »

Tony poursuit : « Nous avions déjà enregistré l’album complet à ce moment-là et le pauvre gars criait pendant toute la période. Je n’étais pas là car j’étais malade. Je suis venu le jour suivant et ait constaté que c’était horrible. Mais je me sentais désolé pour lui parce qu’il avait une bonne voix. On n’était pas correct de lui avoir fait subir cela. »

Phil reprend : « Le pauvre. Le morceau est à cent lieues de sa tonalité et on est obligé de le remercier. Quand je repense à lui, je m’en veux. »

Pourquoi Phil n’est pas considéré à ce moment ?

L’ancien producteur de Genesis, John Burns a été recontacté pour donner des noms de chanteurs. Il commente : « J’ai suggéré des gens mais jamais pensé à Phil pour le rôle. Même si je le respectais comme chanteur, je l’admirais tellement comme batteur que je pensais, s’ils changent de batteur, il n’y aura pas le même whoomp qu’avec Phil car c’est un excellent batteur. »

En rétrospective, cela aurait dû être facile pour Tony, Mike et Steve de constater qu’ils avaient leur chanteur sous le nez tout ce temps. Phil avait assumé la voix principale sur deux chansons de Genesis dans le passé, For Absent Friends et More Fool Me.

Il a aussi assuré les chœurs sur plusieurs chansons avec Peter. Il a été choisi pour deux chansons douces du nouvel album, Ripples et Entangled mais il n’était pas considéré pour les chansons plus vigoureuses car on croyait que sa voix était trop pure.

Phil a reconnu plus tard que « je voulais vraiment essayer de chanter mais je ne voulais pas le demander.  Je voulais qu’on me le demande. Je n’avais surtout que chanté des harmonies et je n’étais pas sûr d’avoir la voix pour faire toutes les chansons. »

Phil se lance

Après l’échec de Stickland, selon Hentschel, « Phil a dit, j’aimerais essayer. Il l’a fait, et ça a marché. Le déclencheur fut la pièce heavy (selon les standards de Genesis), Squonk. Quand Phil a chanté cette pièce, les autres ont réalisé que son talent vocal peut aller bien plus loin que les pièces tranquilles. Il peut chanter le matériel plus énergique aussi. »

Phil décrit la scène dans son autobiographie : « Je me lance malgré tout, même si je ne comprends pas toutes les paroles de Mike. Alors, je me suis assis en studio, dans le sous-sol sur le tabouret et je me suis mis à chanter. Et vous savez, à la fin de la chanson, j’ai regardé les autres et tous disaient « Oui, c’était très bien ». Par la suite, Mike et Tony me raconteront que comme une BD, ils ont cru voir s’allumer une ampoule au-dessus de leur tête. Dans la cabine de contrôle, ils se regardent et leurs sourcils parlent pour eux : « Mais ça le fait on dirait! »

« Rétrospectivement, ce moment aura été pour moi un tournant. On a essayé toutes les chansons une par une et on a terminé l’album. Je ne me souviens pas combien de temps ça a pris. Une couple de semaines je présume. »

Mike se souvient que « Phil a chanté Squonk, ce qui était un gros défi pour lui avec une voix très agressive et ça sonnait fantastique. On a choisi d’y aller avec lui. »

Steve commente : « Phil était absolument le bon choix pour remplacer Peter mais je le savais déjà après l’avoir entendu chanter sur mon album solo et avant sur quelques pièces de Genesis. J’étais déjà convaincu d’avance mais Mike et Tony étaient persuadés du contraire. Je me souviens d’avoir été présent au premier mariage de Phil et d’y croiser Jon Anderson de Yes qui m’a dit : « Pourquoi ne faites-vous pas de Phil le chanteur et ne vous trouvez pas un autre batteur? ». Je lui avais répondu que c’est exactement ce que je souhaitais. Excellente idée mais je ne crois pas que les autres sont prêts à aller dans cette direction. Le sujet a divisé le groupe jusqu’à ce que nous eussions terminé ce foutu album. »

Mariage de Phil Collins et Andrea Bertorelli en 1975

Phil conclut en indiquant que « j’étais très content de m’asseoir derrière la batterie et me lever pour chanter More Fool Me et appuyer Peter en harmonie. J’aimais rester en arrière-plan. Je n’avais jamais eu l’intention d’être autre chose que le batteur. Je n’avais pas de désir secret de prendre l’avant plan. Mais bon, comme j’étais meilleur que les autres. »

C’est officiel, Phil est le nouveau chanteur de Genesis

Avec Phil comme chanteur principal, ses collègues pouvaient donner leurs commentaires et suggestions. C’était un réel contraste avec l’approche de Peter qui enregistrait ses voix de manière isolée, laissant écouter les autres quand l’enregistrement était terminé.

La voix de Phil était plus chaude et plus douce que celle de Peter faisant du nouveau Genesis instantanément un groupe plus accessible pour un large public. L’énergique Phil a tout donné dans son nouveau rôle, même s’il ne pensait pas au départ être principalement un chanteur.

Il racontait au magazine Downbeat : « Je chante pour Genesis seulement parce qu’on n’a pas trouvé un autre chanteur. Je me considère davantage comme un batteur. »

Tony Stratton-Smith, le propriétaire de la maison de disques Charisma n’était pas surpris d’entendre la voix de Phil sur le nouvel album indiquant qu’il sonnait comme Peter et confirmant que Genesis avait trouvé son chanteur.

Tony Stratton-Smith, propriétaire de Charisma

Tony rappelle que « ça lui a pris 2 ou 3 albums pour développer cette bonne voix qui pouvait être à la fois douce et agressive. Bien sûr, le grand avantage de Phil fut qu’il faisait déjà partie du groupe et on était prêt à lui donner une chance. Après, la question était s’il voulait devenir le chanteur au lieu du batteur. Il a trouvé la parfaite solution et ça a vraiment fait toute la différence.

En entrevue avec NME, Peter a commenté les activités de son ancien groupe. « De ce que j’entends, il y a de bonnes choses qui se passent, bien meilleur qu’avant. Je n’ai jamais senti que nous capturions notre énergie en spectacle sur disque. Et le fait que ce soit Phil qui chante est très bien. Il chante beaucoup comme moi. »

Phil se rappelle : « Quand Trevor Horn a mixé une version de Carpet Crawlers à la fin des années 1990, j’ai eu une impression bizarre en l’écoutant. Je savais que Peter chantait au début de la bande mais à un moment, je ne pouvais plus dire si c’était Peter ou moi. Cela ressemble à ma voix, ai-je pensé, mais je ne sais pas. Je crois que c’était moi mais je n’en suis pas sûr.

Est-ce que le prochain album répondra aux attentes des fans?

Maintenant que la question du chanteur est réglée, les membres de Genesis terminent l’album Trick of the Tail et sa conception. Est-ce que l’avenir du groupe est assuré ? 

À suivre !

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!

%d blogueurs aiment cette page :