Dossiers

Bob Dylan Tambourine Man

Histoire de Mr. Tambourine Man, Bob Dylan
Publié le 30 mai 2021

 

Recherche par Guylaine Doucet et René Maranda

 

Qui était Mr. Tambourine Man?

Mr. Tambourine Man (Live au Newport Folk Festival. 1964)

Toute la vie de Bruce Langhorne fut marquée par les épreuves. Après avoir quitté Tallahassee en bas âge, il emménagea avec sa mère bibliothécaire, Dorothy, à Harlem et commença l’apprentissage du violon. Ses jours en tant que jeune prodige se sont brutalement terminés à l’âge de 12 ans, lorsqu’il perdit deux bouts de doigts et son pouce droit après avoir tenu trop longtemps une pièce pyrotechnique artisanale appelée bombe cerise. « Au moins, je n’aurai plus à jouer du violon », a-t-il dit à sa mère éplorée.

Bien qu’il ait inspiré plus tard la chanson M. Tambourine Man de Dylan, le garçon qui avait grandi en aimant la musique du musicien jazz Louis Jordan a plutôt choisi d’apprendre la guitare et, à l’instar de Django Reinhardt, a trouvé un moyen de contourner son handicap. Bien qu’il ne pût pas gratter des accords, le jeune Langhorne est devenu un joueur soliste accompli dans le style finger picking et a déclaré plus tard : « Je suis devenu un très bon accompagnateur parce que j’étais vraiment obligé d’écouter. »

Après avoir travaillé comme musicien de rue et dans les clubs folk de New York, la réputation du talent de Langhorne commença à circuler et il participa à une séance d’enregistrement avec Dylan en octobre 1962, qui mettait en évidence son superbe jeu de guitare dans  Corrina, Corrina  pour l’album The Freewheelin’ Bob Dylan. Ses puissantes lignes de guitare électrique illuminent également des chansons telles que Subterranean Homesick Blues et Maggie’s Farm de l’album Bringing It All Back Home. L’album est sorti le 22 mars 1965 chez Columbia Records. De déclarer Dylan : « Si Bruce jouait avec vous, c’est tout ce dont vous aviez besoin pour faire à peu près n’importe quoi musicalement. »

Qui d’autre Bruce Langhorne a-t-il accompagné?

Langhorne a joué avec beaucoup d’autres musiciens de premier plan, dont Joan Baez , Harry Belafonte et Peter, Paul and Mary, mais pensait que son meilleur travail était avec Dylan. « La connexion que j’avais avec Bobby était télépathique », dit-il.

Dylan aurait puisé son inspiration pour M. Tambourine Man – chanson sur laquelle joue également Langhorne – après l’avoir vu arriver pour une séance d’enregistrement avec un tambourin turc géant  avec des clochettes attachées au rebord de son cadre. Ce tambourin était de la taille d’une pizza extra-large.

Dans le texte du livret intérieur de son coffret Biograph, Dylan a déclaré : « M. Tambourine Man m’a été inspiré par Bruce Langhorne. Bruce jouait de la guitare avec moi sur plusieurs des premiers disques. Il avait ce gigantesque tambourin. C’était vraiment gros. C’était aussi gros qu’une roue de chariot. Il jouait, et cette vision de lui jouant de ce tambourin est restée dans mon esprit. Je ne sais pas si je lui en ai déjà parlé. » Langhorne appréciait la notoriété, bien qu’il ait noté avec ironie que Dylan « avait un merveilleux sens de l’humour et cette capacité de laisser aux gens assez de corde pour se pendre eux-mêmes. »

Sa carrière à Hollywood a pris son envol lorsque le trompettiste de jazz Hugh Masekela, avec qui Langhorne avait tourné, l’a présenté à l’acteur Peter Fonda. Il a ensuite composé la musique du film The Hired Hand de Fonda et celle de Fighting Mad de Jonathan Demme. Il a également travaillé sur la bande originale de Dylan pour le film Pat Garrett & Billy The Kid de Sam Peckinpah.

Après avoir reçu un diagnostic de diabète de type 2, Langhorne et son amie Cynthia Riddle ont parcouru les marchés de Los Angeles jusqu’à ce qu’ils trouvent le bon mélange de piments africains pour répondre à son désir de sauces savoureuses et épicées sans sodium ni sucre. Il a commercialisé son produit avec succès sous la marque Brother Bru Bru. Il revient également à la musique et joue du piano sur son seul disque solo, Tambourine Man, sorti en 2011.

Comment Bruce Langhorne est-il décédé?

Après avoir subi un accident cérébrovasculaire en 2015, Langhorne a passé ses dernières années dans un hospice jusqu’à sa mort d’une insuffisance rénale, à Venice, en Californie, le 14 avril 2017.

Le tambourin sur cadre turc rayé et jauni qui est devenu l’inspiration du personnage de M. Tambourine Man est maintenant l’un des 6 000 objets conservés aux Archives Bob Dylan à Tulsa, en Oklahoma. La chanson, interprétée pour la première fois par Dylan au Royal Festival Hall de Londres, en mai 1964, est porteuse d’un message chaleureux et spirituel qui continue de ravir ses auditeurs ( Hey, Mr. Tambourine Man, play a song for me / In the jingle-jangle mornin’ / I’ll come followin’ you.  Traduction française : Hé, Monsieur le tambourineur, jouez-moi une chanson / Dans le matin qui retentit du tintement des clochettes / Je vous suivrai ).

Et qu’a pensé Langhorne de la chanson elle-même ? « Je l’aime bien. Je pense que c’est une bonne chanson. Vraiment », a-t-il dit au journaliste Richie Unterberger, ajoutant, en riant, « et c’est une chanson à propos de moi. Si je voulais flatter quelqu’un avec un gros égo, ce serait une façon de le faire… eh bien, j’ai quand même un gros égo. »

 

BANNIÈRE : DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE : STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
TRADUCTEUR : JÉROME BRISSON

Click to comment

Laisser un commentaire

Bienvenue

Dans la FamilleRock!

To Top

Honorons Nos Survivants Pleurons Nos disparus

Pour Un Monde Meilleur!

Basé à Montréal, capitale mondiale du rock francophone!

Fabriqué au Québec!