Albums

System Deceive AraPacis

System Deceive
Article paru en 2016, Pop Rock 2.0
Note 7/10
Republié le 4 février 2021

 

Par Jérôme Brisson

 

System Deceive par AraPacis

« Album audacieux, exigeant, avec quelques moments forts. »

Cinquième album en carrière pour la formation prog métal québécoise AraPacis et second album sur lequel Michelle ‘Shelle’ Macpherson , compagne du guitariste/fondateur Jerry Fielden et coauteure de certains titres, officie à titre de chanteuse. System Deceive nous montre un groupe mu par un désir d’élargir sa palette d’influences au-delà des sonorités hard rock classique, doom/goth et metalcore auxquelles il nous a habitués, n’hésitant pas à quitter quelques instants sa zone de confort, allant même jusqu’à s’entourer de collaborateurs de renom d’ici et de l’étranger : John Gallagher de Raven à la basse et aux arrangements, Steph Honde (ex-Paul Di’Anno, Hollywood Monsters) à la guitare, le regretté Rick L Blues à l’harmonica, etc.

La pièce-titre qui ouvre l’album ainsi que les suivantes, Streets of Anger et Extinction replongeront les inconditionnels du groupe en pays de connaissance : riffs de guitare tranchants à la fois accrocheurs et complexes, section rythmique inventive, création d’ambiances variées et un solo d’enfer de Steph Honde sur Streets of Anger. Toutefois, et c’est là que le bât blesse, le chant de Michelle Macpherson, qui évoque un peu une Alanis Morissette qui chercherait à singer King Diamond sans pour autant égaler l’impressionnante tessiture du ténébreux Danois, a tôt fait de montrer ses limites. Dans un genre musical où un(e) chanteur/euse se doit de démontrer de la puissance et du coffre, Michelle, à ce chapitre, a hélas bien du chemin à faire. Dans une petite bombe à la sauce Maiden comme Trespasser ou dans un hommage bien senti au blues rock comme Lady Lonely Blues (qui met en vedette Rick L Blues (RIP)) à l’harmonica et J. D. Slim au second solo de guitare), ce déficit vocal se fait cruellement sentir. La pièce-concept Labyrinth inspirée de la légende de Thésée et le Minotaure, où la chanteuse principale partage la vedette avec les chanteurs invités David Macgergor, Isanelle Enright et Tom ‘Thodrekr’ Guevara, vient heureusement relever le niveau d’ensemble. La pièce instrumentale The Unknown, avec la violoncelliste invitée Rachael Beaver ,vient clore en beauté l’album.

En conclusion, System Deceive se révèle un album audacieux, exigeant, qui offre son lot de moments forts et excitants. J’aurais sincèrement aimé pouvoir accorder une note plus élevée à cette dernière offrande d’ARAPACIS, cependant je préfère donner la chance au coureur et attendre l’opus suivant avant d’émettre un jugement définitif sur le travail de Michelle en tant que chanteuse.

ARAPACIS se produira en spectacle avec Potion 13 et HEAVEN’S CRY le 8 mars prochain à la COOP KATACOMBES, 1635 boulevard Saint-Laurent, Montréal, en première partie de Uli Jon Roth.

Liste des titres

1. System Deceive
2. Streets Of Anger
3. Extinction
4. Trespasser
5. Lady Lonely Blues
6. Engines Of Despair
7. Labyrinth
8. The Unknown

 

Transfert # 92
BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE
SECRÉTAIRE À LA RÉDACTION : RENÉ MARANDA

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :