Albums

David Bowie Black Star

BLACK STAR
David Bowie
RCA Columbia Sony
7/10
Publié le 28 août 2017
Vues 3,500
Republié le 13 juin 2021

Par Ricardo Langlois

 

Un prophète de la planète rock !

Dans le néant du passé, David Bowie est l`inaccessible Étoile. Il a été un héros de mon adolescence. Bowie, l’homme-caméléon est mort. Il laisse son testament musical à 69 ans. Bowie le révolutionnaire de toute une jeunesse à la recherche d’une icône…

Que serait le rock’n’roll sans lui ? Il a marqué toutes les générations.

Rock décadent avec Hunky Dory, expérimentations étranges sur Low ou l’Euro-dance renouvelé sur Young Americans. Toujours à la recherche d’idées neuves, de risques non calculés, de musiques émergentes. Je pense à Scary Monsters, peut-être son meilleur dans sa discographie. Le 24 janvier 1981, je publiais dans le Pop Rock, la liste de mes albums préférés. Je parlais de Bowie comme personnage aux multiples facettes, il confesse ses hantises dans une fulgurance hors-pair avec Scary Monsters où ses pulsations sont à jour.

Pour son dernier album, Blackstar, le plus mythique et aussi son testament musical; l’urgence du message (lire entre les lignes sur Lazarus ou Girl loves me). Peu de guitare, mais des cuivres mur à mur. Du jazz cosmique ou du rock moderne, la chanson d’intro donne le ton à l’ensemble de l’œuvre : paroles sombres… peut-être comme une messe noire pour certains d’entre vous.

DAIMONOLOGIA: David Bowie and the Occult

Au demeurant, un album expérimental avec un côté pop rock et les surprises inattendues : un son hip hop sur Girls loves Me et une guitare très raffinée sur Can’t Give You Every Thing.

Les influences sur le rock

Il a suffi d’une apparition à Top of The Pops, le 8 juillet 1972, et le monde du rock fut ébranlé à tout jamais. Bowie a débarqué d’un territoire improbable avec une approche unique en matière de visuel et de concept (Starman androgyne). 

Il est presque certain que The Cure, Depeche Mode, Duran Duran n’auraient jamais existé sans lui. Même son de cloche pour Joe Elliott, le chanteur de Def Leppard qui plus tard s’inspirera de Bowie pour son premier band.

Plus près de nous dans le  temps, Kurt Cobain et Nirvana offriront un classique sur l’album Unplugged in New York, un hommage au poète du glam rock. En 1998, Marilyn Manson avec l’album Mechanical Animals nous simulait un Bowie époque Ziggy Stardust ou Diamond Dogs. Souvenez-vous de la pochette.

Bowie, un prophète de la planète rock… Il chantait : Il y a un homme-étoile qui attend dans le ciel.  Il aimerait venir à notre rencontre… Mais il craint de nous faire du mal…

 

Richard Langlois a été journaliste à Pop Rock de 1979 à 1987. Il a gagné 2 fois​ ​le prix du Meilleur Journaliste. Il a été le premier au Québec à rencontrer Metallica​, etc. ​Il travaille maintenant dans le milieu de l’édition.

INFOGRAPHE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

3 Comments

3 Comments

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :