Albums

13 Black Sabbath

13 Black Sabbath
Article paru le 4 octobre 2017, PopRock2.0
Note 8/10
Republié le 19 février 2021

 

Par Ricardo Langlois

 

13 Black Sabbath

13 est presqu’un album de session de Blues !

2013 a été une année importante pour le monde du métal, en effet, Ozzy Osbourne et son groupe Black Sabbath effectuait un retour inattendu 43 ans après la sortie de leur magnifique premier opus, sorti le 13 février 1970.

Après la première écoute, on est agréablement surpris par la voix d’Ozzy qui a très bien vieilli. Comme un bon vieux vin quoi ! La musique ressemble aux premiers albums. L’inventeur du heavy metal (pour reprendre l’expression de Paul McCartney) nous enchante par le son lourd et la voix (surtout) d’Ozzy mixé au premier plan.

C’est le producteur Rick Rubin, fan de la première heure, qui a travaillé notamment avec Slayer et Red Hot Chili Peppers qui leur a donné carte blanche.

Intro démesurée, basse omniprésente. Le son est préservé à 100 pour 100. God is Dead, premier single de 9 minutes (qui a beaucoup joué à CHOM) fait mouche. Oui, on hallucine !!! Ozzy n’a rien perdu de son côté machiavélique.

Album événement. Et il le fallait absolument, puisque c’est son véritable dernier album de Black Sabbath. Son chant du cygne. Hélas pour nous les fans. Zeitgeist nous rappelle Planet Caravan sur Paranoid (1971) En explorant, après plusieurs écoutes, Age of Reason est bien dans la lignée de Heaven and Hell (d’une certaine manière). Iommi et Butler se mettent à nu sur The Devil You Know. Le riff lourd, glauque avec un solo de guitare magistral.

Et puis, je pèse mes mots pour vous dire que 13 est presqu’un album de session de Blues… Oui, man, crois moi !!!

Et puis, à la fin, un petit clin d’œil : de la pluie, des cloches. Ça ,on aime trop ça. Et les fans, comme moi, ont été surpris de voir 13 être en première position du palmarès Billboard.

En terminant, le 3 juin 1982, j’étais mandaté par le journal Pop Rock pour le concert d’Ozzy Osbourne au Forum de Montréal. Le titre de mon article (très évocateur) Ozzy Osbourne : paix amour et Horreur !!! Tout un show (et ce malgré la mort du guitariste surdoué Randy Rhoads) à la hauteur du personnage.

Ozzy c’est aussi les albums Paranoid et Masters of Reality qui ont tourné sur un pick-up pendant toute mon adolescence. 1982 marque aussi la parution de son album Diary of a Madman, dans mon top 5 avec Iron Maiden et The Number of the Beast.

 

Richard Langlois a été journaliste à Pop Rock de 1979 à 1987

Il a gagné 2 fois​ ​le prix du Meilleur Journaliste. Il a été le premier au Québec à rencontrer Metallica​, etc. ​Il travaille maintenant dans le milieu de l’édition.

 

Transfert # 100
BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE
SECRÉTAIRE À LA RÉDACTION : RENÉ MARANDA

1 Comment

1 Comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :