Dossiers

Top 20 années 80

Le top 20 des années 80
Publié le 9 mars 2021

 

Par Ricardo Langlois  & Junior Picard

Les 10 premières positions ont été choisies par Ricardo. 

Les années 80 ont été les plus belles de ma vie. Travailler pour Pop Rock magazine, devenir animateur de radio, habiter dans une maison… Rencontrer l’amour de ma vie !! Mais surtout, une décennie de musique rock intense. Un petit bilan s’impose. Un scénario avec plein d’amis, de bière, de poésie… Mon cœur est un oiseau, oui, c’est vrai. (Ricardo)

1. Peter Gabriel, So 1986. Considéré comme son meilleur album, Gabriel est un caméléon. Il a l’art de fusionner plusieurs styles : pop, soul, rock avec des éléments de musique traditionnelle. Le clip Sledgehammer est une véritable œuvre d’art. Non seulement Gabriel a été un pionnier avec Genesis, mais cette fois-ci, le maître, le philosophe, le penseur, ils sont tous réunis en une seule personne.

2. Bruce Springsteen, The River 1980. Un album double (le seul). Numéro 1 au Billboard. Sur plus de 50 chansons, il en choisit 20. C’est un album d’errance. C’est une promenade dans toutes les rues, dans toutes les âmes que le rock n’a jamais visité. Hungry Heart (écrit initialement pour les Ramones) a été un bijou de poésie sur l’Américain moyen et ses rêves.

3. Metallica, Master of Puppets. 1986. James Hetfield avait à peine 22 ans lors de l’enregistrement de cet album culte. Album mythique. Le métal devient plus progressif (écoutez Orion pour la verve mélodique de feu Cliff Burton.(Bluesy, émotion). Cet album est le sommet de l’œuvre de Metallica. Mes nuits d’été de 1986 sont pleines de Metallica. Heureuses insomnies !!

4. Metallica, Ride the Lightning 1984. À la limite du bipolaire, cet album a changé ma vie. Après Sabbath et Master of Reality, Ummagumma et Pink Floyd, UFO etc… La folie, la rébellion, l’écriture (Mais qu’est-ce que le monde va devenir?) La basse de Cliff… Kirk le prodige. Merci la vie !

5. Frank Zappa, Joe’s Garage 1979 (découvert en 1980). Une ode à la liberté racontant des histoires incroyables d’un musicien ne rêvant que de jouer de la musique mais prisonnier d’un univers totalitaire où Zappa dénonce les sectes, les religions et les politiciens. Influencé par 1984 de Orwell. Joe’s Garage est un opéra rock divisé en trois parties. 2 disques de vinyles. Un album d’exploration : rock, reggae, disco, gospel, funk, pop rock, rythm n’ Blues.

6. Ozzy Osbourne, Diary of A Madman 1981. L’ultime album avec Randy Rhoads qui périra dans un accident d’avion quatre mois après la sortie de ce nouveau classique. Aussi bon que Blizzard of Ozz (1980). Honnêtement, les deux sont forts. Le Madman avait du flair. À l’intérieur, la célèbre photo d’Ozzy et Randy.

7. Paul Mc Cartney, Tug of War 1982. Insatisfait de Mc Cartney II, notre Beatle préféré (et romantique) a composé une pléthore de chansons. Plein de chansons presque zen, Tug of War, Here Today, Wonderlust et Take it Away. Sur la chanson éponyme, un message de paix et d’écologie. Tout est harmonie. La chambre est occupée. Désolé.

8. Guns N Roses, Appetite for destruction 1987 Un immense album de hard rock. Axl Rose, le parfait sex-symbole. Cet album est mythique. Drogue, sexe et violence. C’était l’époque, pas de censure ? (MTV a plié à la demande du public). Slash est un guitariste parmi les plus grands. Ce sont de purs fauves. Axl chante sur quatre octaves.

9. U2, War 1983. Pochette du petit garçon avec un regard perdu (de la colère, de la rébellion). À l’écoute de War, on pense à New Year’s Day et Sunday Bloody Sunday (un clin d’œil à Lennon sur la rébellion policière lors d’une manif pacifiste). Cet album est immense avec Surrender (Bono à son meilleur). 40, une pièce en référence au psaume 40 dans la Bible.

10. David Bowie, Scary Monsters and Super Creeps 1980. Cet album marque un tournant. Ashes to Ashes fait référence à son personnage du Major Tom, le junkie infréquentable. Cette musique a été une psychothérapie pour l’ami caméléon. Robert Fripp (King Crimson) est guitariste. Intemporel.

Les 10 dernières positions ont été choisies par Junior.

Le début des années 1980 fut une période de découvertes, d’affirmation et de rébellion dans la fin de mon adolescence ! La musique « Metal» m’a réellement sauvé la vie, car étant solitaire de part ma nature, je carburais de Metal et de Prog Rock.

J’avais peu d’amis à Montréal , car mes grands amis habitaient à Acton Vale dans les Cantons de l’Est , mais cependant , ma rencontre avec Ricardo Langlois qui était alors journaliste à Pop-Rock, marquera un point tournant dans mon existence aux début des années 1980 ,car nous étions aux premières loges de plusieurs groupes et de ces nouveaux courants musicaux qui marqueront l’histoire de la musique de cette glorieuse époque . (Junior)

11. Rush : Permanent Waves (1980). Rush entra dans la décennie 1980 avec un changement de cap qui était un passage nécessairepour ma part ! Malgré que je trouvais l’album très court, moins de 39 minutes, si on le compare aux 4 précédents. Je trouvais qu’ils prenaient de la maturité avec Permanent Waves et les presque 40 minutes étaient très bien remplis avec des pièces du calibre des Spirit Of Radio, Natural Science, Jacob’s Ladder ou Entre Nous ou Freewill ! Je lui donnais 10/10 pour ce chef-d’œuvre.

12. Rush : Moving Pictures (1981). Suite logique de son prédécesseur. Je partage entièrement les propos du regretté Neil Peart qui disait que Rush était né avec cet album. Je me souviens que lorsque j’avais acheté l’album chez Rock en Stock, quelques jours après sa parution, j’avais fais jouer l’album à répétition chez moi au grand damn de mes parents ! Je lui donnais 10/10 pour cet autre chef-d’œuvre de notre plus grand groupe canadien.

13. Deep Purple : Perfect Strangers (1984). Au printemps de 1984 les membres du légendaire Mark II, nous annonçaient leur reformation et je me souviens que j’étais très fébrile, car comme plusieurs, nous n’attendions pas à une telle nouvelle à cette époque ! Je m’en souviens comme si c’était hier, lorsque CHOM passa la pièce titre pour la première fois, elle m’avait frappé en pleine face par l’intro du regretté Jon Lord et inutile de vous dire que j’avais très hâte d’acheter l’album et je n’avais pas été déçu. 9/10 pour ce classique de leur retour !

14. Van Halen : 1984 (1984). Je dois vous dire que j’ai pris beaucoup de temps à apprécier cet album ! Le dernier avec David Lee Roth ! Ce qui m’agaçait royalement, c’était les synthés surtout joués par l’un des grands guitaristes du Rock, prenaient de plus en plus de place ! Ne me parlez pas de Jump,car je ne suis pas capable de l’entendre même après toutes ces années ! Cependant, il y a des pièces qui sont dans la plus pure tradition de VH que j’adore comme : Hot For Teacher ou Panama. Note 7.5/10

15. Pink Floyd : A Momentary Lapse of Reason (1987). J’ai un aveu terrible à vous faire, j’ai toujours préféré Pink Floyd live que sur albums studio ! Personnellement, je préférais avec Roger Waters. avec David Gilmour, c’était comme si le démon se coltaillait avec un ange et j’aimais cet aspect du groupe sur les quelques albums que je possède d’eux ! A Momentary Lapse of Reason, je le trouvais intéressant, surtout pour les pièces comme : Dogs Of War, On The Turning Away et ma préférée, Sorrow ! 9/10 pour ce premier album sans Waters !

16. Black Sabbath : Heaven and Hell (1980). Le regretté Ronnie James Dio, m’a fait aimer Black Sabbath et j’ai toujours préféré cette version du groupe sans Ozzy ! Pour ma part Heaven and Hell est un chef-œuvre avec des pièces que je trouvais incroyables comme la pièce titre, Children of the Sea, Die Young et surtout pour Neon Knight! Sans Heaven and Hell, je n’aurais peut-être jamais été capable d’apprécier l’époque d’Ozzy, car j’ai toujours eu un problème avec sa voix nasillarde, mais bon , je suis tout de même passé par dessus. 10/10

17. The Police : Ghost in the Machine (1981). Ghost in the Machine est sans contredit mon album préféré de The Police ! J’avoue qu’étant métalleux et prog dans les années 80, je ne parlais que très rarement des autres styles que j’aimais et The Police était parmi l’un des ces groupes. C’est probablement avec cet album qui avait eu une grande influence sur RUSH au début des années 80. J’ai toujours trouvé dommage que ce groupe a eu une longévité si courte et il m’avait fallu attendre en 2008 lors de leur brève reformation pour entendre live des pièces de Ghost in the Machine au Centre Bell ! Mes pièces préférées, Spirits in a Material World, Hungry For You (J’Aurai Toujours Faim de Toi), Every Little Thing She Does Is Magic. 10/10

18. Faith No More : The Real Thing (1989). Probablement les grand-pères du genre Nu Metal. Je suis devenu un fan de FNM dès la parution de l’album Introduce Yourself avec l’ancien chanteur Chuck Moseley R.I.P. Étant un fan de la prédominance du son de la bass, je trouvais un immense plaisir à écouter et voir Faith No More en spectacle ! The Real Thing est parmi mes 5 albums préférés de 1989 ! Comment résister à des pièces comme : From Out of Nowhere, Falling Into Pieces (ma préférée), Epic, The Real Thing et l’instrumentale Woodpecker From Mars. 10/10

19. Nirvana : Bleach ( 1989). À la fin des années 1980, un nouveau mouvement était sur le point de surgir qui sonnera le glas du genre (Hair ou Glam Metal) pour ramener la musique plus près de ses fondements et parler des vrais choses qui préoccupaient ma génération des Xers ou Génération X !!! La première fois que j’avais entendu la musique de Nirvana c’était lors d’une émission animé par Claude Rajotte et devinez quoi ? J’ai accroché immédiatement sur eux ! Enfin, une bouffée d’air frais et une sonorité entremêlé de punk et metal que nous appellerons le Grunge ! Bleach est un album plutôt brutal dans son approche contrairement à son successeur Nevermind qui contre toute attente sera un succès planétaire au grand dam des membres du groupe. Les pièces que j’adore sur Bleach sont Floyd The Barber, About a Girl, Downer, Love Buzz et Negative Creep ! 8.5/10

20. Def Leppard : Pyromania ( 1983). Personnellement, je trouve que Pyromania est supérieur à son album suivant Hysteria ! J’ai beaucoup aimé Def Leppard dans leurs premières années et Pyromania, malgré que je le classifie dans le pop metal est un album à posséder dans sa collection ! Cet album a des pièces vraiment excellentes comme : Foolin’, Stagefright, Coming’ Under Fire, Too Late For Love et bien entendu le classique Photograph ! 10/10

 

Ricardo Langlois est poète et critique littéraire sur lametropole.comSon 3e recueil Septième Ciel est disponible. (Septième ciel, 60 pages, 5 illustrations 12$ argent ou chèque (écrivez lui en privé).

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top