Dossiers

Beach Boys Beatles Stones

Rock Interdit #9
Beach Boys, Beatles, Rolling Stones
Publié le 13 novembre 2020

 

Recherche par Réné Maranda

 

1966

1 -La chanson Lady Godiva de Peter and Gordon a été interdite par le maire de Coventry en Angleterre, qui a déclaré la chanson obscène. Coventry est la ville natale de la véritable Lady Godiva, qui, selon la légende, aurait parcouru les rues nue à cheval pour protester contre les taxes oppressives instaurées sous le régime de son mari.

2 – Plusieurs stations de radio américaines aux États-Unis ont refusé de jouer God Only Knows des Beach Boys parce qu’elles considéraient que l’utilisation du mot « Dieu » dans ce contexte était blasphématoire.

 

1967

1 – Les responsables de la radio australienne ont jugé que le mot « bloody » (dans ce contexte : « fichu de… », « satané », « maudit », « foutu » ou même « p*tain de… ») dans la chanson Snoopy Vs The Red Baron des Royal Guardsmen était offensant pour ses auditeurs et l’ont censuré. Le 45 tours a quand même été numéro un au palmarès en Australie pendant cinq semaines en février.

2 – La BBC interdit la diffusion des chansons A Day In The Life et Lucy in the Sky With Diamonds des Beatles, affirmant qu’elles contenaient des références explicites à la drogue.

3 – En raison de sa vague référence à la masturbation, de nombreuses stations de radio interdisent la diffusion du simple Pictures of Lily des Who.

4 – L’apparition des Rolling Stones au Ed Sullivan Show est passée à deux cheveux de l’annulation en raison du titre de leur nouveau 45 tours Let’s Spend The Night Together (« Passons la nuit ensemble ») qui prêtait à controverse, jusqu’à ce que Mick Jagger promette de changer les paroles de Let’s Spend The Night Together pour Let’s Spend Some Time Together (« Passons du temps ensemble »). Quand vint le temps de chanter la fameuse strophe pendant la performance devant les caméras de télévision, Mick se contenta de marmonner les mots.

 

BANNIÈRE : THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE : STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
TRADUCTEUR : JÉROME BRISSON

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top