Dossiers

Bowie Slayer Focus

L’histoire des pochettes # 10
Publié le 30 juin 2010

 

Recherche par René Maranda

The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars de David Bowie.

La photographie de la couverture de l’album a été prise par le photographe Brian Ward à l’ extérieur des fourreurs « K. West » au 23 Heddon Street à Londres le 13 janvier 1972, en regardant vers le sud-est vers le centre de la ville. Bowie a déclaré à propos du signe: « C’est tellement dommage que le signe soit allé [a été retiré] ». Les gens y ont lu tellement de choses. Ils ont pensé que K. West devait être une sorte de code pour la quête. Il a pris toutes ces sortes de connotations mystiques.  » Le bureau de poste en arrière-plan (maintenant le bar « The Living Room, W1 ») était le site de la première boîte de nuit de Londres, The Cave of the Golden Calf , qui a ouvert ses portes en 1912. Dans le cadre de la rénovation des rues, en avril 1997, un rouge  : La cabine téléphonique a été renvoyée dans la rue, remplaçant une cabine téléphonique bleue moderne, qui à son tour avait remplacé la cabine téléphonique d’origine figurant sur la couverture arrière.

 

South of Heaven du groupe Slayer.

L’artiste Larry Carroll et l’illustrateur Howard Schwartzberg ont conçu la pochette pour South of Heaven, après avoir conçu la pochette du précédent album de Slayer, Reign in Blood . Le photographe Glen E. Friedman a pris la photo promotionnelle qui a fait surface en tant que couverture arrière de South of Heaven à l’époque de Reign in Blood en 1986 . Lombardo a estimé que cela donnait l’impression que Slayer « avait mûri un peu », tandis que Friedman lui-même le considérait comme « une couverture arrière vraiment cool » et « l’un des clichés les plus classiques d’entre eux [Slayer] ».

 

Moving Waves du groupe Focus.

La pochette est de rose et bleue avec des ondulations dans l’eau et leurs visages dessus, conservant toujours des nuances roses et bleues, mais nommée Moving Waves.

 

Images at Twilight du groupe Saga

Illustration de la couverture par Tony Roberts, Young Artists, Londres, Angleterre.

Il faut dire que l’illustration est sans équivoque, nous avons une créature insectoïde à pouces opposables qui démolit une ville futuriste. Au fond, on constate qu’elle n’est pas seule. Une vision apocalyptique qui marque l’esprit.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top