Dossiers

Joel Blondie Pink Floyd

Le Rock interdit # 20
Publié le 1er mars 2021

 

 

Recherche par René Maranda

 

1978

Le personnel de l’usine de pressage de disques EMI en Angleterre a refusé de presser des copies du nouveau 45 tours des Buzzcocks,  What Do I Get à cause du titre de la piste de la face B, Oh Shit.

La diffusion du succès Only the Good Die Young de Billy Joel a été interdite à Boston et au New Jersey après que plusieurs groupes religieux aient jugé les paroles de la chanson comme anti-catholiques.

 

1979

Les membres du groupe new wave Blondie ont été contraints de remplacer certains des mots de leur succès numéro un Heart Of Glass pour qu’il puisse être diffusé à la radio Top 40 américaine. Les paroles « Once I had a love and it was a gas / Soon found out, I had a heart of glass » (« J’ai eu une fois un amour et c’était marrant / Mais j’ai bientôt découvert que j’avais un cœur de verre ») ont été insérées en lieu et place des paroles originales : « Once I had a love and it was a gas / Soon turned out to be a pain in the ass. » (« J’ai eu une fois un amour et c’était marrant / Mais il s’est vite avéré être un emmerdeur. »).

 

1980

Un groupe d’adolescents de Des Moines, dans l’Iowa, a été invité par le pasteur Art Diaz à venir brûler des disques en autodafé à la First Assembly Church of God. Parmi les enregistrements qui furent livrés aux flammes, on comptait des albums des Beatles, de Ravi Shankar, de Peter Frampton et même la bande originale du film Grease. Quelques mois plus tard, à Keoku, dans l’Iowa, un bûcher similaire a été élevé par un autre groupe religieux dans lequel ont été immolés des disques des Carpenters, de John Denver et de Perry Como.

Le succès de Pink Floyd, Another Brick In The Wall (Part II), avec son chœur d’enfants chantant « We don’t need no education« , a été interdit par le gouvernement sud-africain. Les enfants noirs, brimés par un niveau d’éducation inférieure, ont adopté la chanson en guise d’hymne. Le gouvernement a affirmé que la chanson était « préjudiciable à la sécurité de l’État. »

 

BANNIÈRE : THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE : STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR : GÉO GIGUÈRE
TRADUCTEUR : JÉROME BRISSON

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top