Dossiers

Queen Sweet Van Halen

L’histoire des pochettes #11
Publié le 13 juillet 2020

 

Recherche par René Maranda

Queen II du groupe Queen

Sur la couverture de Queen II, les quatre membres du groupe prennent une pose teintée de gothique. La photographie de Mick Rock plut tellement à Freddie Mercury qu’il décida de reprendre la célèbre pose pour le clip de Bohemian Rhapsody, tourné en 1975. Contrairement à la pochette de leur album précédent, Queen a fait appel à un photographe professionnel : le groupe pose en formation de diamant, inspirés par une scène du Shangaï Express avec Marlene Dietrich ; c’est cette dernière que le groupe imite sur la célèbre couverture.

 

Sticky Fingers du groupe The Rolling Stones.

La pochette de l’album Sticky Fingers dispose d’une fermeture éclair qui s’ouvre pour révéler un homme en sous-vêtement de coton. Elle a été imaginée par l’artiste pop art américain Andy Warhol, photographiée par Billy Name et effectivement conçue par Billy Name. La photographie représente un entrejambe masculin serré dans des jeans étroits. Contrairement à une idée répandue parmi les fans du groupe, il ne s’agit pas de celui de Mick Jagger. En effet, les personnes impliquées dans la réalisation de la photographie ont révélé que plusieurs hommes avaient été pris en photo, mais pas Jagger. Selon ces derniers, il s’agirait probablement de Corey Tippin, un artiste présent à la Factory à cette époque, mais Joe Dallesandro a revendiqué être le modèle.

 

Desolation Boulevard du groupe Sweet.

La pochette de l’album a été réalisée par le groupe de design artistique Hipgnosis, célèbre pour avoir travaillé avec des artistes comme Pink Floyd et Led Zeppelin. La photo d’arrière-plan a été prise près de l’entrée d’un club de musique rock appelé The Central, situé au 8852 Sunset Boulevard à West Hollywood, en Californie. Aujourd’hui, c’est le site de The Viper Room, où l’acteur River Phoenix est décédé d’une overdose de drogue le matin d’ Halloween en 1993.

 

1er album du groupe Van Halen (1978).

Les photos de couverture de Van Halen ont été prises au Whiskey à Go Go, un club de Los Angeles où Van Halen s’est souvent produit au milieu des années 1970. La guitare représentée sur la couverture de l’album est la Frankenstrat Guitar d’ Eddie Van Halen (avant d ‘ajouter la peinture rouge), une Fender Stratocaster hautement modifiée, qui est maintenant hébergée à la Smithsonian Institution.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

2 Comments

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top