Dossiers

Deep Purple 1968-1970

Le carrousel légendaire : l’histoire de Deep Purple à travers leur discographie.  
Publié le 8 novembre 2020

 

Par Mel Dee

 

Chapitre 1 : De l’ombre à graver dans la roche
Partie 1 : 1968, l’année où tout a commencé

En cette belle journée du 24 août 2020 je passe la porte d’un disquaire à Montréal, le cœur léger, Je m’exclame : « bonjour monsieur je voudrais le dernier album de Deep Purple en vinyle, s’il vous plaît ! » le disquaire me dit alors qu’il ne l’a pas encore reçu, étant sortie officiellement le 7 Août seulement. Avec une petite baboune, un peu déçue, je me dirige vers le rack des vinyles attirée comme une abeille par du miel, et je me retrouve alors devant In Rock. Tout à coup je me retransforme en cette petite fille de 6 ans, en 1985 quelque part dans le lointain continent africain, assise tranquillement dans un coin, l’oncle préféré lui tendant une cassette grise, sans étiquette, sans label, juste un petit clin d’œil du tonton….

Je l’insère dans mon premier et seul walkman noir de marque Sony, que mon père m’avait offert, et là un petit grincement avant d’entendre pour la première fois Speed King. Aspirée avec une vitesse royale dans le tunnel du rock et de manière encore inconsciente, je sens que In Rock, le 5 e album de Deep Purple, est le premier album qui façonnera le reste de ma vie.

Le disquaire fait alors jouer Throw My Bones de l’album Whoosh, les yeux arrondis et un WOW comme une exclamation complice… Whoosh compte 13 titres dont l’instrumental And the Address qui me fait voyager encore plus loin dans le temps en 1967, année où le drummer Dave Chris a eu l’idée de former un grand groupe avec le nom de Roundabout.

Voilà que les deux premiers piliers fondateurs du futur Deep Purple sont recrutés par Curtis : l’organiste Jon Lord, qui attire avec lui Nick Simper comme bassiste, et le guitariste de studio à la Stratocaster « CBS » Ritchie Blackmore, accompagné par Bobbie Clarke, son confrère du band Savages. Ce dernier remplacera Curtis qui a quitté le navire. Mais Clarke avec son penchant plus rock and roll ne fonctionnait pas avec l’univers expérimental et psychédélique de Lord et Blackmore.

Rod Evans, John Lord, Ritchie Blackmore, Nick Simper, Ian Paice

Lors des auditions de 1986, le chanteur Rod Evans, chanteur du groupe The Maze et son batteur Ian Paice sont engagés. Roundabout au complet, le band part en tournée au Danemark et en Suède.

Durant cette tournée, Blackmore renomme le band Concrete God mais a en tête sa mamie qui jouait souvent au piano sa chanson préférée Deep Purple, un standard des années 1930 et proposa ce titre, non pour une reprise, mais bel et bien comme nom définitif du band.

Produit par Derek Lawrence, le band enregistre son premier album du 11 au 13 mai 1968  au studio Pye de Londres. Shades of Deep Purple sort au mois de juillet.

Le 45 tours Hush se classe à la 4e place du Billboard Hot 100 marquant un succès instantané aux États-Unis qui leur a valu la première partie de la tournée d’adieux de Cream le 18 octobre 1968 au Forum d’Inglewood et qui donnera naissance à l’album Live At Inglewood en 2002, réédité en 2009.

Shades of Deep Purple compte 8 titres, dont le premier est signé Ritchie Blackmore et Jon Lord, il s’intitule And the Address … Oui le 12e titre du dernier album de Deep Purple est nul autre que leur tout premier. Un
instrumental à saveurs psychédélique exquise, rarement joué en concert avant cette fameuse introduction à Speed ​​King lorsqu’elle a été interprétée en direct, alors que la petite fille n’était pas encore née.

Vous vous sentez étourdis, oui je vous fais tourner dans le carrousel pourpre, avant d’enchaîner sur le deuxième titre Hush de Joe South, proposé par Blackmore, marquera autant le futur du band car une nouvelle version sera enregistrée en 1988, pour célébrer leur vingtième anniversaire, cette fois-ci avec la voix d’Ian Gillan.

One More Rainy Day, Mandrake Root et Love Help Me sont des titres créés par Deep Purple.  Prelude : Hapiness- I’m So Sad, Help et Hey Joe sont des reprises tout comme Hush.

Les Beatles et Jimmy Hendrix sont alors des inspirations pour les plus grandes légendes du rock qui eux-mêmes ont influencé l’univers du rock et du métal, avec la musique classique et le blues, c’est le point commun entre les fondateurs du hard rock Deep Purple, Led Zeppelin et Black Sabbath.

En 2000, Eagle Rock réédite les trois premiers albums du band britannique, la version Deep Purple Remastered Collection 2000 quant à elle, comprend des bonus rares et inédits :  Chasing Shadows ,qui est un titre original, Love Help Me en version instrumentale, Help en prise alternative, ainsi que les classiques Help en version alternative, Hey Joe et Hush en version live.

Nous gens du futur, savons bien que Shade of Deep Purple n’est que le début prometteur d’une Infinite carrière …

À suivre

BANNIÈRE: MEL DEE
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top