Chroniques

Trespass départs dramatiques

We Know That We Like Genesis #8

Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois

Publié le 9 novembre 2020

 

Par André Thivierge

Les chansons de Trespass selon Genesis

En juillet 1970, Anthony (Ant) Phillips, Michael (Mike) Rutherford, Anthony (Tony) Banks, Peter Gabriel et John Mayhew terminaient l’enregistrement de Trespass, le 2e album de Genesis.

Voici ce qu’ils avaient à en dire plus tard en entrevue :

Looking for someone : C’est une chanson que Peter a proposé au groupe et celui-ci l’a développé davantage.  « Un genre de blues plaisant à chanter qui m’a permis de trouver ma voix ».

Ant trouvait que Peter sonnait comme Steve Windwood.  Sa voix devenait plus profonde et puissante.  Le début est redevable à Peter qui sonne un peu comme King Crimson.  John se souviens d’avoir suggéré quelques paroles à Peter.

White Mountains : Une pièce dominée par les guitares 12 cordes et l’orgue selon Phillip ce qui donnait à Genesis un son original.  Une des favorites de Mike. Les paroles écrites par Tony racontent l‘histoire de Fang, un loup condamné à la mort pour avoir essayé de voir la couronne d’un roi.

La chanson a été interprétée en spectacle pendant la tournée de Trick of The Tail en 1976 avec Phil Collins aux voix.

Visions of Angels : Enregistrée en 1968 pour le premier album, cette pièce de Phillips a été écarté à la dernière minute.  Selon Ant, la première version n’était pas très bonne. Une bonne chose car celle-ci est bien meilleure avec la section centrale dominée par les claviers de Tony.  Elle est plus dramatique.

« Je suis heureux qu’elle ait survécu. John a fait un bon travail à la batterie ».

Stagnation : Partiellement composée par Ant et Mike au domicile de ce dernier, elle fut d’abord enregistrée comme démo en août 1969.  Elle faisait partie de la longue pièce The Movement de 30 minutes. Peter indique que Stagnation avait la particularité de ne pas être bâtie sur la structure classique refrain et couplet mais offrait plutôt des séries de paysages sonores.

Tony croit que l’intro des 12 cordes était puissante ce qui était une caractéristique des débuts de Genesis. C’était assez unique. On y retrouve le premier vrai solo de Tony.

La mélodie de Peter à la flûte a été reprise à de nombreuses reprises en spectacle pendant I Know What I Like. Tony indique que c’est sur Trespass que Peter est devenu confortable à la flûte et cela permettait un instrument supplémentaire.

Les paroles écrites par Peter étaient inspirées par les conséquences d’une guerre nucléaire. Genesis a joué Stagnation en spectacle jusqu’en 1972!

Dusk : Une autre pièce écrite par Mike et Ant et enregistrée en démo en août 1969.  On y offrait sur l’album une version plus courte dominée par les 12 cordes.  Les paroles étaient écrites par Ant.

The Knife : Peter indique que la chanson s’est d’abord appelée The Nice car « nous étions des grands fans du groupe de Keith Emerson. Je voulais une pièce plus énergique que celles que nous avions jusqu’à présent ».

Tony a ajouté une section au milieu et à la fin.  Selon lui, la partie de basse de Mike est excellente ici. Tony indique que la section de la fin est le fruit d’une improvisation. Elle a duré jusqu’à 20 minutes en spectacle, on a coupé à l’essentiel.  Les paroles ont été écrites par Peter avec l’aide d’Ant.

L’héritage de Trespass

Tony croit que Trespass était un très bon second album. Il croit que Stagnation et Looking for Someone étaient les deux meilleures chansons.

Mike considère que la faiblesse de l’album, c’est que c’est littéralement une copie des performances live. Il y a eu peu de flexibilité en studio.

Ant indique que Trespass était un bon échantillonnage des débuts de Genesis. Il y en a eu des meilleurs mais il fut un prototype de ce qui s’en venait. Les pièces plus longues comme Looking for Someone et The Knife annonçaient ce qui suivra avec The Musical Box.

Un album bien reçu mais avec discrétion

L’album a été généralement bien reçu.  Le journaliste de Sounds, Jerry Gilbert a qualifié celui-ci « d’un album extrêmement pittoresque où les paroles sont mises en lumière à l’avant d’accord fortes et mélodiques. L’emploi abondant de claviers et de guitares 12 cordes capture le climat des chansons admirablement. Toutes les scènes et toutes les structures ont été méticuleusement combinées… ».

Michael Watts de Melody Maker écrivait que Genesis offrait un groove unique. De la musique délectable, unique et redéfinie avec suffisamment de courage pour éviter l’insipidité. Toutes les pièces qui sont assez longues s’imbriquent une dans l’autre avec beaucoup de style.

Même si ce ne fut pas un grand succès Trespass a vendu dix fois plus d’albums (6000) que son prédécesseur.  L’album ne s’est pas inscrit sur les palmarès britanniques et américains mais a causé la surprise en Belgique avec une première position.

Une filiale de jazz de la compagnie de disque ABC, Impulse a diffusé Trespass aux États-Unis. L’album a été réédité en 1984 et a atteint la 98e position en Grande-Bretagne.

La chanson The Knife a été le seul simple de l’album lancé en Grande-Bretagne, divisé en deux parties couvrant les deux faces du 45 tour. Celui-ci n’a pas fait partie du palmarès britannique.

Des nouvelles dramatiques

Du côté des membres du groupe, deux de ceux-ci n’allaient pas à la même vitesse que les autres.

Juste au moment où tout semblait vouloir aller bien, Genesis a été touché par un coup qui s’est avéré presque fatal.  Pendant les sessions d’enregistrement de Trespass, Ant a informé ses partenaires qu’il quittait le groupe. Avant les sessions, le guitariste a été déjà très malade.

« Le groupe a dû prendre une pause car j’avais une pneumonie. J’ai été complètement lessivé par la situation. Ma santé était vraiment mauvaise pour être honnête. J’ai été presque forcé d’agir ainsi. Le groupe a dû arrêter pour trois semaines. Il y avait beaucoup de tension au sein du groupe. »

Ant indique qu’il a commencé à souffrir de crises d’angoisse chroniques sur scène au début de 1970. Quand cela arrivait, il suffisait que le public soit distrait ou n’écoute pas pour que la peur s’estompe. L’angoisse de la scène n’était pas le seul problème d’Ant. « J’avais de la difficulté à travailler dans ce format clos. C’était très difficile de travailler à 4 compositeurs. Je devenais moins confortable à devoir faire des compromis. »

Selon Peter le départ d’Ant a été une grande perte. De plusieurs manières, il était le plus talentueux musicalement. C’est lui qui voulait le plus le succès du groupe. C’était leur premier leader.

Même s’il n’a pas été crédité, le guitariste Kim Shaheen a indiqué qu’on lui a demandé d’ajouter quelques accords de guitare durant les sessions après que Phillips ait quitté.

De son côté, le batteur John Mayhew semblait avoir de la difficulté à suivre les ambitions du groupe. Déjà marié et aussi heureux comme charpentier que comme batteur, il ne s’est jamais adapté à la vie d’un groupe rock.

Selon Peter, « il n’était pas très bon pour apprendre ». Tony allait plus loin : « Tout ce qu’il jouait était dicté par nous.  Je ne crois pas que son cœur était là avec nous. »

Ant jouera son dernier concert à la fin de juillet 1970. À la fin de la soirée, les membres restants se sont réunis pour décider s’ils laissaient tout tomber ou s’ils continuaient.

Tony a indiqué que « quand Ant est parti, je pensais que le groupe était fini. Je fus très surpris que Peter et Mike aient indiqué vouloir continuer. J’ai dit ok mais profitons-en pour changer le batteur. John n’était pas l’homme de la situation. Tout ce qu’il jouait lui a été dicté par le reste d’entre nous et je ne croyais pas qu’il avait le cœur pour cela.  La batterie me semblait faible. Il ne faisait pas partie de la force créative du groupe ».

Charisma a donné beaucoup d’appui au groupe pour gérer la situation et a décidé d’attendre jusqu’en octobre 1970 pour lancer Trespass afin de leur donner le temps de se trouver de nouveaux membres.

Charisma a été soulagé d’apprendre que Genesis décida de recruter de nouveaux membres au lieu de se séparer. Il n’y a rien de pire que de lancer un album d’un groupe non-existant.

Après son départ, Ant a élargi ses horizons musicaux, il a étudié le piano et la guitare classique et l’enseignement de la musique. Il enregistrera finalement son premier album solo, The Geese and the Ghost  7 ans plus tard.

Ant se confie au magazine Prog en 2011

Des regrets d’avoir quitté Genesis ? « Oui, bien sûr! Mais je n’aurais pas supporté les tournées ni les intrusions médiatiques. J’ai été souvent été appelé le Peter Best de Genesis mais ma situation était différente, je suis parti de plein gré même si ma santé ne m’en donnait pas le choix. Et j’en garde quand même une petite notoriété.  Personne ne peut m’enlever d’avoir été un membre fondateur de Genesis. »

« J’aurais bien sûr aimé participer aux albums fantastiques qui ont suivi tels Selling England by the Pound mais moins au Genesis plus commercial des dernières années. »

Est-ce qu’il participerait à une tournée de réunion de tous les membres ? « Définitivement, non!  Je n’ai pas joué sur une scène depuis 50 ans et je ne me sentirais pas à ma place. Je suis maintenant un très humble musicien de studio. »

Aurevoir John

Mike indique que ce n’était pas la technique de batterie de John qui était en cause mais plutôt sa manière de comprendre la musique. Il pouvait jouer facilement ce qu’on lui demandait mais il fallait souvent qu’Ant ou Peter lui en fasse d’abord une démonstration.

C’est Peter qui a dû lui annoncer la mauvaise nouvelle. Un mauvais timing car John traversait une mauvaise passe dans sa vie conjugale.

John Mayhew a quitté littéralement la scène, immigrant en Nouvelle-Zélande et disparaissant sans laisser de traces pour 30 ans. Il est finalement revenu en Grande-Bretagne en 2002 sans que personne ne le reconnaisse.

Un collègue de travail a fait le lien avec Genesis et il a finalement participé à une convention du groupe en 2006 ce qui lui a permis de recevoir les redevances que Charisma lui devait pour Trespass. Malheureusement, il fut le premier membre de la famille de Genesis à décéder en mars 2009 à l’âge de 62 ans.

À la recherche d’un guitariste et d’un batteur

Afin de rapidement reprendre la route pour faire la promotion de Trespass, Tony Stratton Smith, le gérant de Genesis est passé en troisième vitesse pour trouver un guitariste et un batteur.  Plusieurs répondront à l’appel mais un certain Phil Collins se présentera en audition.

À suivre!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

3 Comments

3 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top