Chroniques

Scotty Moore pionnier du rock

Guitaristes Émérites 25 selon Murray
Publié le 6 septembre 2020

 

Par Normand Murray

 Scotty Moore

Une des pierres angulaires de la grande cathédrale du Rock

L’incontournable Scotty Moore né en 1931 proche de Gadsden au Tennessee. Moore commence à jouer de la guitare à huit ans, largement appris par autodidacte. Aussi il aspirait à jouer avec des jazzmen comme Barry Cassel et Tal Farlow. Il avait aussi eu comme influences les deux grandes légendes du Country, Merle Travis et en particulier Chet Atkins, grand maître de la guitare qui harmonisait le country au style se rapprochant du rock.

Après son service militaire dans la US Navy, il forme un groupe de hillbilly, genre de country plus énergique que les ballades du country. Si vous connaissez Robert Gordon ou encore The Stray Cats, vous savez de quoi je parle. Son groupe était à cette époque connu sous le nom The Starlight Wranglers en 1952 avec Bill Black à la basse.

Après avoir rencontré la légende de l’enregistrement de Sun Studio Sam Phillips. Phillips alors lui demanda à lui et Black de bien vouloir accompagner son protégé nul autre qu’Elvis Presley. Initialement les sessions étaient improductives jusqu’au jour le succès arriva par la chanson qui fît le nom d’Elvis le trio créant That’s All Right (Mama). Cette pièce capta la chimie entre eux et devint la première chanson à succès d’Elvis Presley en 1954.

1956

Moore et Black avec le batteur et autre légende, le D.J. Fontana ont été l’orchestre officielle d’Elvis de ses plus grands succès Jail House Rock pour ne nommer que celui-ci. Oui voilà le pourquoi, d’être méritoire sur cette page d’Histoire du Rock et dans la bible du Rock. Il créa le Rock and Roll avant même ce que bien des personnes donnant à Chuck Berry et Bo Diddley les titres de créateur du style. Donc avec correctif il avait eu la paternité du Rock avant ses deux légendes, ceux-ci ayant percé l’oreille musicale de la jeunesse américaine vers la fin de 1954. Le trio de Moore créa le langage du Rock en cette Amérique ayant soif de nouveautés. Avec ça, il établira à jamais la guitare comme étant l’instrument culte du style.

Parlant style son oui, style, était clean, simple et économique. Dû à l’insistance de Phillips dans les sessions d’enregistrement pour favoriser la voix d’Elvis Presley son protégé et star du Sun Studio, Moore continua d’être le back up man d’Elvis jusqu’en 1958. Par la suite, il fît le seul et unique enregistrement sous son nom sur un album entièrement musical The Guitar That Change The World (1964). Par la suite, il  continua de travailler avec Elvis Presley dans les années 60. Sa dernière apparition avec le King fût en 1968 dans cette performance inoubliable du 68
Comeback Special d’Elvis. Après ce spectacle il se retira des feux de la rampe et se mit à la production et à l’enregistrement avec son propre studio à Memphis Tennessee, même ville que le célèbre Sun Studio. De même que des productions télévisuelles. 1997 il se réunit avec DJ Fontana pour une célébration posthume à Elvis avec All the King’s Men.

Les dix dernières années il fut invité à jouer avec d’autres légendaires guitaristes tels les Éric Clapton et Mark Knopfler (Dire Strait). Ses admirateurs étaient des grands du monde Rock tels les George Harrison, Jeff Beck qui entre autres avait son finger picking comme modèle et nul autre que Keith Richards des Stones.

Nominé du Hall of Fame du Rockabilly, étant un des principaux créateurs et vrai pionnier du style. Introduit également au Hall Of Fame of Rock and Roll en 2009. Encore une fois, cet honneur aurait dû lui revenir de son vivant, vu ses accomplissements à te développer le Rock à sa manière et en étant tout de même un des premiers créateurs de ce  style.

1996 (hommage aux musiciens d’Elvis)

Il n’avait comme guitares et, ce bien peu comparativement aux autres légendes de cet instrument, que trois modèles. En premier, une Gibson ES-295 qui avait le surnom de The Guitar That Change The World avant de changer pour une merveille, la L5 de Gibson et subséquemment, la célèbre Gibson Super 400. Fait à noter en ce qui concerne son amplificateur, il avait le même que son idole Chet Atkins, la Ray Butt’s Echosonic muni d’un Tape Echo de sa marque de commerce le Slapback Echo. Par ailleurs cette forme d’écho étant audible dès le premier succès d’Elvis avec That’s All Right (Mama).

Film : Scotty Moore and Friends A Tribute to The King, 2005

Malheureusement l’arthrite ayant fait son œuvre dès le dernier enregistrement en 2011 du microsillon de Mike Eldred, grand ami de longue date depuis 1990. Il décéda dans la ville de Nashville qui fut le berceau de sa fructueuse carrière et même au-delà, le 28 juin 2016 à l’âge vénérable de 84 ans.

Ce très grand guitariste a été une des pierres angulaires de la grande cathédrale du Rock du haut du jubé de celle-ci. À jamais résonnera ses airs de guitare. Éternelle reconnaissance à Scotty Moore par qui l’histoire du rock a été écrit.

 

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top