Chroniques

Hello, my name is Phil!

We Know That We Like Genesis #9

Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois

Publié le 17 novembre 2020

 

Par André Thivierge

À la recherche de nouveaux membres

En août 1970, Michael (Mike) Rutherford, Anthony (Tony) Banks et Peter Gabriel étaient à la recherche de remplaçants pour le guitariste Anthony Phillips et le batteur John Mayhew qui avaient quitté Genesis.

Afin de reprendre rapidement la route pour faire la promotion de Trespass, dont la sortie a été retardée, Genesis devait passer en troisième vitesse pour trouver un guitariste et un batteur. Tony Stratton-Smyth fera paraître une annonce dans le Melody Maker indiquant qu’il était à la recherche d’un guitariste 12 cordes pouvant aussi jouer lead et d’un batteur sensible à la musique acoustique.

De nombreux candidats

Peter indiquait que comme « j’étais un fanatique de la batterie, j’ai joué un grand rôle avec les auditions. Nous avons entendu plusieurs personnes, incluant quelques très bons batteurs. J’ai décidé de passer des tests aux batteurs pour savoir s’ils étaient capables d’apprendre rapidement. »

Peter indiqua qu’aux auditions, le groupe recherchait un batteur qui apprenait rapidement, capable de saisir des rythmes au vol et de produire des variations. L’audition s’est tenue chez les parents de Peter où une série d’aspirants batteurs et guitaristes furent rencontrés par les trois membres restants de Genesis.

Les trois pièces jouées en audition pour être batteurs étaient Twilight Alehouse, The Knife et Stagnation.  Selon Tony, le groupe a vu environ une quinzaine de batteurs avant de rencontrer le meilleur d’entre tous.

Un candidat doué et avec beaucoup d’expérience

Le dernier batteur à auditionner était Phil Collins. Un ancien enfant acteur qui a joué dans la comédie musicale Oliver et dans un film pour enfant intitulé Calamity The Cow.

La musique dans le sang à un très jeune âge !

Phil a reçu en cadeau une batterie à l’âge de 5 ans. Il développera ses talents musicaux tout en menant une jeune carrière d’acteur.

Premières sessions d’enregistrement

Il a fait ses débuts professionnels avec The Flaming Youth avec qui il a enregistré à l’automne 1969 l’album concept Ark 2, qui selon Melody Maker traite de l’escapade d’une terre en feu au sein d’un vaisseau spatial. Le nom du groupe sera inspiré d’un terme emprunté à Franklin D. Roosevelt.

Phil aura le devant de la scène sur deux pièces de l’album des Flaming Youth dont Space Child dont il sera le chanteur principal.

Ark2 est lancé en grand renfort de publicité au Planétarium de Londres.

L’album a obtenu de bonnes critiques à sa sortie.  Il avait été l’album du mois d’octobre 1969 de Melody Maker, avant Led Zeppelin II.

L’album était assez naïf et pop et a quand même fait l’objet d’un spécial télé pour NBC en Amérique. Toutefois, l’excitation ne provenait que de la compagnie de disques et des critiques. L’album a été ignoré du public. Le groupe a eu peu d’engagements par la suite. C’est à la suite de ces événements que Phil a commencé à chercher un autre groupe. Voyant que le groupe ne perçait pas suffisamment, il s’est mis à passer des auditions dont une avec le groupe Manfred Mann.

All things Must Pass

En mai 1970, il est appelé à participer aux séances d’enregistrement de l’album All Things Must Pass de George Harrison. On lui demande de jouer du conga sur la pièce Art of Dying aux côtés de Ringo Starr, Klaus Voorman et Billy Preston.  Il ne sera pas crédité sur l’album à sa grande déception.

Phil Collins avec Yes ?

Phil était un grand fan de Yes à l’époque et allait les voir en spectacle régulièrement au Marquee.

Il a appris à une de ces occasions que leur batteur Bill Bruford quittait le groupe pour l’université. Après le spectacle, il s’est rendu en arrière-scène pour parler à leur chanteur Jon Anderson qui l’a invité à les contacter pour une audition. Au même moment, il entendra parler de l’opportunité pour Genesis et il décidera de ne pas auditionner pour Yes.

L’audition avec Genesis

Phil indique qu’il ne connaissait pas la musique de Genesis mais voyait souvent leur nom dans le Melody Maker. Ils semblaient travailler constamment et se souvient de s’être plaint au gérant des Flaming Youth car ils travaillaient beaucoup et pas eux.

« Un jour, j’ai remarqué cette annonce et je connaissais très bien Tony Stratton-Smith. Je suis allé le voir et il m’a dit que je devais auditionner car ils étaient très exigeants ». Selon Phil : « On m’a donné le numéro de Peter pour que je puisse prendre rendez-vous. C’était la première fois que je les rencontrais. »

Peter indique que Genesis n’était pas des fans des Flaming Youth, le groupe de Phil, très pop, un boys band avant l’heure.

Comme Genesis cherchait aussi un guitariste, il est venu avec son ami Ronnie Caryl, son comparse de The Flaming Youth.

Phil Collins et Ronnie Caryl

Phil raconta plus tard au magazine Drums and Drumming que c’était une journée superbe.  Un piano à queue était à l’extérieur sur le patio avec un parasol au-dessus de la batterie.  Il était un peu d’avance et on lui a dit d’aller se baigner dans la piscine car il y avait un couple de candidats avant lui.

« Pendant que j’étais dans l’eau, j’entendais les autres auditionner et au moment où j’ai passé l’audition, je savais tout.   Je ne connaissais pas les chansons quand j’ai commencé à nager mais quand je suis arrivé, oui. »

La première impression de Phil de l’album Trespass quand il attendait de passer l’audition était une musique très douce, ronde, sans arête, avec des harmonies vocales à la CSNY.

Plusieurs batteurs pensaient qu’ils se devaient de faire un solo de batterie pour impressionner le groupe.  Ça n’avait rien à voir

Peter indique que « Phil est arrivé tôt. Il a toujours été le membre le plus ponctuel du groupe. Comme il avait entendu les autres aspirants batteurs avant lui, quand il s’est assis, il connaissait tout.  Étant un ancien batteur, j’ai su tout de suite par la manière dont il s’est assis qu’il savait exactement ce qu’il faisait.

On dit qu’un groupe est toujours aussi bon que son batteur et Phil est un grand batteur. J’ai connecté avec lui immédiatement.  Il avait une personnalité attachante, un très bon sens de l’humour et de l’expérience réelle dans de vrais groupes en tournée.

Il m’a impressionné quand il m’a dit avoir participé à une session avec George Harrison (même si j’ai su après qu’il n’avait joué que de la tambourine). »

Selon Tony, son expérience avec Flaming Youth et le fait qu’il savait chanter aidait beaucoup car nous n’étions pas très bon avec les chœurs.

Peter rappelle que Tony et lui savaient que c’était Phil le meilleur.  Ils avaient toutefois, à la demande de John Anthony décidé d’entendre le batteur Roger Taylor qui joindra plus tard Queen mais il n’est jamais venu à l’audition.

Roger Taylor

Après l’audition avec Genesis, Phil ne parvient pas à savoir s’il a bien figuré en raison du flegme très britannique des 3 membres fondateurs.  Ils lui promettent de le tenir informé.

Sur la route du retour, Ronnie Caryl pensait avoir fait un malheur et ne croyait pas que Phil aurait le job mais ce fut exactement le contraire qui est arrivé.

Bienvenue chez Genesis

Deux semaines plus tard, le 4 août 1970, Peter a appelé Phil pour lui demander s’il voulait joindre le groupe. Il était très heureux de l’offre.

Premières répétitions

Le groupe a engagé Phil pour 10 livres par semaine et le 24 août, le groupe s’est installé à un endroit appelé The Maltings pour pratiquer.

Ils ont essayé Caryl mais rapidement, ils ont constaté que ce n’était pas le genre de musicien qui ferait l’affaire compte tenu de son style blues. Il a participé à deux engagements musicaux avec eux mais comme il n’était pas très fan de la musique de Genesis, il est parti ensuite.

Phil s’est adapté à la musique du groupe. Il a apporté un élément jazz à leur musique. Pour les deux mois qui ont suivi, ils ont répété comme un groupe de 4 musiciens. Ils ont d’ailleurs développé davantage The Musical Box dont les premiers balbutiements datent de l’époque d’Ant.

Il a apporté rapidement son propre son et son style à Genesis. Même s’il n’écrivait pas beaucoup à l’époque avec son nouveau groupe, il a joué un rôle clé dans les arrangements et en combinant les pièces que ses nouveaux collègues apportaient en répétition.

Selon le roadie et ami de Genesis, Richard McPhail, « Phil était un fantastique batteur. En plus de sa technique impeccable, il avait le don de rehausser la musique d’une manière extraordinaire. J’étais éberlué de l’entendre et je ne pouvais m’imaginer comment un batteur pouvait faire une telle différence. »

Richard McPhail

Un des aspects de Genesis que Phil détestait, c’était l’habitude de Peter de frapper sur une caisse de basse. « Il arrivait que Peter ne tenait pas le temps et tout le monde pensait que c’était moi, cela me rendait fou! »

De retour sur scène

Genesis a joué quelques contrats à quatre, Tony jouant les solos de guitare via un piano électrique branché sur une boite Fuzz. Mike a commencé à prendre en main des parties de guitare d’Ant ce qui l’a obligé à débuter l’utilisation d’une basse au pied.

La plus grande amélioration était causée par l’arrivée de Phil. Selon Peter, « Le groove était bien meilleur. Les gens pensent à Phil comme chanteur et son travail solo; ils oublient souvent qu’il était quelqu’un qui pouvait ramasser presque n’importe lequel instrument sans savoir comment jouer et le faire bien sonner. Il avait beaucoup de talent naturel. » Selon Mike : « Nous étions très sérieux et Phil amenait de la légèreté.  Il a été en état de choc de nous voir s’argumenter lors des premières répétitions.  Il s’est rapidement adapté. »

Bien qu’il ne reste que peu de traces des listes de chansons jouées à cette époque, on sait qu’on y jouait en majorité les pièces de Trespass qui devait être bientôt lancé, utilisant la même approche de crescendo du temps de Phillips et de Mayhew.

Selon Tony, « quand nous avons enregistré Trespass, nous n’avons qu’utilisé que la moitié des pièces que l’on jouait en spectacle. Par le temps où nous étions prêts pour Nursery Crime, nous avions du nouveau matériel et ne voulions revenir aux anciennes non utilisées. Il y a une douzaine de chansons que nous n’avons jamais enregistrés. »

The Light fut une des premières chansons proposées par Phil. Cette pièce qui a été jouée à plusieurs reprises en spectacle n’a jamais été endisquée.

Une version en spectacle de mauvaise qualité enregistrée en Belgique en 1971 est la seule disponible sur le web. La pièce a été recyclée en 1975 en devenant Lilywhite Lilith (The Lamb Lies Down on Broadway).

Genesis pendant sa période en quatuor a aussi développé des pièces qui figureront sur leur prochain album telles un embryon de The Return of the Giant Hogweed proposée par Peter, The Fountain of Salmasis écrite par Tony ainsi que Seven Stones et Harold the Barrel.

Quelques pièces inédites ont émergé à l’époque telles Wooden Mask (enregistré plus tard comme un simple potentiel) et une pièce instrumentale intitulée Moss. Malheureusement, ces pièces sont introuvables aujourd’hui.

En octobre 1970, Phil a fait ses débuts en spectacle avec Genesis. Pendant la période du quatuor, Tony et Mike ont amélioré leur manière de jouer alors qu’ils cherchaient à remplir le vide laissé par le départ d’Ant.

Tony Stratton-Smith aimait beaucoup la version quatuor du groupe et croyait que celui-ci aurait été viable avec Tony, Peter, Mike et Phil.

Toujours à la recherche du Guitar Hero!

Mais malgré leur succès à quatre, il était clair que Genesis avait rapidement besoin d’un vrai guitariste pour retrouver sa virtuosité. Ils offriront un deuxième essai à Ronnie Caryl et engageront un certain Mick Barnard avant de trouver celui qu’ils recherchent.

Mick Barnard

À suivre!

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top