Chroniques

Mick Ronson David Bowie

Guitaristes émérites selon Murray article 40 
Publié le 22 avril 2021 

 

Par Normand Murray

Mick Ronson

L’alter ego de David Bowie

Grand collaborateur de Bowie, il a travaillé sur de multiples productions et arrangements et des performances très en demande avec des artistes de renom comme Ian Hunter, Lou Reed et Morrissey également avec des roots rockers comme Dylan et John Cougar Mellecamp. Mick Ronson est ce prodige Glam Rock tant aimé de ses pairs.

Né en 1946, un 26 mai à Hull dans le comté de Yorkshire en Angleterre. Au début il chérissait l’idée de devenir pianiste, par découragement, il prit le violon et finalement opta pour la guitare. À l’âge de 17 ans, il acheta sa première guitare. Étant un fan des Yardbirds et des Rolling Stones et ayant comme idoles les Clapton, Jeff Beck et évidement Jimi Hendrix. À 17ans, il rejoint sa première formation les Mariners en 1965. Sa performance est remarquée par les Crestos. Après le départ de leur chanteur, le groupe l’engage. Voilà l’aventure londonienne commence. Il survit grâce à des petits contrats ça et là avec des formations comme The Voices et The Rats. Avec cette formation, on le remarquera davantage comme étant un guitariste à haute dextérité, ses idoles étant des légendes, ceci ne pouvait faire autrement.


The Rats

1969, après avoir joué sur un album de Michael Chapman (Fully Qualified Survivor), une présentation qui allait devenir une longue et fructueuse association avec nul autre que David Bowie. Avec la formation du groupe The Hype avec le producteur et oui bassiste Tony Visconti et ex-Rats, le batteur John Cambridge. Un fait à noter, la notoriété de Bowie ayant été établie avec son album Space Oddity de 1969.

Dans les années 70 avec Joan Baez et Bruce Springsteen

Dans les années 70 intervient le premier effort avec Bowie The Man Who Sold The World où Ronson occupe deux fonctions, guitariste soliste et arrangeur. Départ de Visconti qui quitte pour Marc Bolan et T Rex. Deuxième collaboration avec Bowie pour le Honky Dory (1971) avec une couverture assez particulière de voir Bowie dans un apparence un peu féminisée et encore avec les arrangements de Ronson et son immense talent de soliste. Advient le mondialement acclamé du The Rise ad Fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars (1972).

Il prend un double emploi avec la réalisation de l’album de Lou Reed Transformer et arrangements de guitares, plus jouer la partition de piano sur Perfect Day. Par la suite deux autres microsillons avec Bowie la même année, celle de 1973, avec Alladin Shane et Pin Ups. Il quitta Bowie après le Farewell Tour de 1973.

Carrière solo, 1974, premier album solo, Slaughter on the 10 Th Avenue. Bien reçu avec le succès de Only After Dark. Sur le point de sortir un autre microsillon Ian hunter lui demande de terminer sa tournée européenne avec Mott The Hopple. Changement de style. Il est présenté à Bob Dylan qui s’empresse de l’engager pour sa tournée mondiale du Rolling Thunder Revue fin 75 début 76.

Il déménage à Hollywood avec sa femme, maquilleuse de Bowie lors de l’épisode de Ziggy Stardust, et bien sûr incluant sa fille également en cette période. Il tente de faire un autre album mais les finances ne sont pas au rendez-vous. Mais gardant les maquettes de montage pour que par la suite et à titre posthume, un montage fera ressortir cet album celui le Just Like This (1999).

Mick Ronson en 1974 – 1979 – 1980

Les années 80 – il se fait producteur arrangeur de même que compositeur pour divers groupes, plus de 26 collaborations au cours de sa fructueuse carrière. Tel Elton John sur Tubbleweed Connection, T Bone Burnett et Roger Mc Guinn entre autres. Les années 80 ont été un arrêt complet de jouer de la guitare entre 1983 et 1989. N’aimant pas la tournure du Shred de la guitare en ces jours du Shred. Fin 80, il s’expatrie en Suède pour les productions de groupes locaux suédois.

Amsterdam, 1989

Les années 90.1991, tournée solo, année où il apprend avec stupéfaction qu’il a un cancer du foie inopérable. Travailleur infatigable et en dépit de sa maladie. Sur invitation de Bowie, il contribuera à l’album Black the White Noise et un enregistrement avec Bob Dylan. 1992 – coopération avec Bowie pour Heroes et Queen pour The Lord Prayer. Également All the Young Dudes avec les Ian Hunter, David Bowie, Joe Elliot, Phil Collen et Queen. Dernière prestation Live au Wembley Stadium pour le concert hommage à Freddy Mercury à Tribute to Freddy Mercury (1992) avec une prestance de deux chansons.

1993 décès de Mick Ronson alors qu’il commença à être reconnu comme producteur après sa performance avec Morrissey ex-Smiths sur le long jeu Your Arsenal. Son vrai dernier enregistrement est avec le groupe Wildhearts (1992) sorti en 1993 avec le solo sur My Baby is a Headfuck. Si vous désirez, l’œuvre complète de Mick Ronson est disponible en coffret paru en 2019 Only After Dark The Complete Mainman Recording.

Anecdotes savoureuses au hasard : Il n’est pas matérialiste du tout, il considère les guitares comme étant des bout de bois avec des cordes dessus. Et une autre, lors de la performance du Hommage à Freddy Mercury, lors de la prestation de Heroes, il a simplement pris un E Bow pour reproduire les sons de la guitare dont Robert Fripp avait pris un paquet d’effets spéciaux pour reproduire dans un laps de temps assez long merci, le tout dans la complexité de la chose. Maintenant ses guitares ou ses bouts de bois à cordes, comme il se plait à les appeler. De un, sa Gibson Lespaul costum 1968 dont la table a été poncée pour y voir le bois érable en-dessous et les capots des pick-ups enlevés.

Particularité il laisse ses tones fermés et se sert de peu d’effets avec un Tonerbender donné par Pete Townsend des Who et un Cry Baby à peine relevé et un Roland Space Echo. Et toujours les tones de sa guitare à zéro. Différents modèles de Lespaul ont été ses partenaires de jeu et son emblématique Black Beauty dont il cassa le manche et donna au Rock Café en Australie Melborne ou Sidney ? Dont un fan la racheta et la restaura.

À la fin de sa carrière, il prendra des Fender Télécaster Ice Blue Metallic de 1965 à 1969. Avec la particularité que d’un pick-up lead un Seymour Duncan Hot Stack. Il a également touché à la Stratocaster lors des concerts avec Ian Hunter qui s’échangeaient leur guitare respectives en spectacle. Gibson Les Paul versus Stratocaster. Et pour terminer, cette collection une ESP M1 couleur crème coupe body Stratocaster encore une fois qu’avec un seul pick-up double bobinage et vibrato Flyod Rose et manche palissandre.

Il a été un des meilleurs arrangeurs producteurs au monde et de même que guitariste de haut très haut calibre et le partenaire de tant de légendes que Bowie avais pris comme son alter ego tellement leurs atomes étaient crochues soudés ensemble dont malheureusement la maladie a eu raison en avril 1993. La méga star du Glam Rock venait de s’éteindre certes, mais de tous ses feux brillent et brilleront à jamais de son lumineux et gigantesque héritage.

BANNIÈRE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :