Chroniques

Genesis : L’arrivée d’un King

We Know That We Like Genesis #2

Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois

Publié le 25 septembre 2020

 

Par André Thivierge

Arrivée du premier gérant du groupe

Après l’enregistrement de leur première démo, en 1967, Anthony (Ant) Phillips, Anthony (Tony) Banks, Michael (Mike) Rutherford, Peter Gabriel et Chris Stewart étaient maintenant à la recherche d’un gérant qui pouvait les faire connaître.

Et c’est là qu’un ancien de leur collège Charterhouse, Jonathan King entre en scène. Il revenait visiter son Alta Mater avec un récent hit au palmarès en poche comme chanteur :  Everyone’s Gone to the Moon.

Trop timides pour le faire eux-mêmes, les 5 comparses ont demandé à un collègue de classe de lui faire parvenir leur démo sur cassette. King a aimé les chansons et surtout la voix de Peter et les a invités à lui rendre visite à Londres.

Selon Peter, King a été celui qui leur a donné une première chance et a noté qu’il avait une bonne oreille musicale (il était aussi le gérant de 10cc). Il était enthousiaste, mais aimait tout contrôler. Il ajoute que le groupe a pu s’imposer car ses membres étaient des compositeurs avant d’être musiciens. Il a ajouté que lorsqu’ils ont rencontré King, ils avaient déjà composé 300 chansons.

Retour en studio

King a rapidement retourné les musiciens en studio pour enregistrer de nouvelles démos. Ils ont enregistré She is Beautiful, Try a Little Sadness, Where the Sour Turns to Sweet et The Image Blown Out.

Satisfait du résultat, King a approché Decca Records et leur a obtenu un contrat de disque. Il leur a fait signer un contrat de 5 ans avec option de 5 ans.  Comme ils étaient encore tous mineurs, leurs parents ont insisté et réussi à réduire la durée pour un an.

King voulait simplifier le son le plus possible. Il n’aimait pas les solos de clavier de Tony et préférait la combinaison piano et guitare.

En août 1967, le groupe qui n’avait pas encore de nom a fait sa première tentative d’enregistrer un simple. Mike a changé d’instrument de la guitare à la basse. Les premières tentatives ont été qualifiées d’infructueuses.

Essais d’un style plus complexe

En octobre, une autre démo a été enregistré avec des chansons plus ambitieuses et moins pop, écrites en majorité par Ant. Trois de celles-ci ont été retrouvées et sont disponibles dans les coffrets archives de Genesis : Sea Bee, Hidden in the World of Dawn et The Mystery of The Flannan Isle Lighthouse. À l’époque, ces chansons étaient inspirées des efforts plus complexes des Beatles.

King a détesté totalement ces démos et a prévenu le groupe qu’il n’était pas impressionné par ces chansons et que les précédentes étaient meilleures.

Pastiche des Bee Gee’s

Sentant que King se désintéressait du groupe, Tony et Peter ont composé un pastiche des Bee Gee’s, un des groupes préférés de King intitulé The Silent Sun. Ce dernier, considérant que c’était suffisamment bon a décidé d’enregistrer la chanson en décembre 1967. Peter a même imité Robin Gibb durant le 2e couplet. King décide d’y faire ajouter une section de cordes.

Durant la même session, le groupe enregistra ce qui deviendra la face B du premier simple composé par Mike et Ant, That’s me.

De Gabriel’s Angels à Genesis

Le groupe n’avait toujours pas de nom. King proposa d’abord Gabriel’s Angels, nom qu’aimait bien sûr beaucoup Peter mais qui a été rejeté par les autres membres. La recherche de nom a été longue et difficile. Ant avait suggéré Champagne Meadow.

King finira par les appeler Genesis pour aucune autre raison que le groupe était pour lui le début d’une carrière de production remplie de succès. Le groupe a accepté le nouveau nom avec soulagement.

Lancement de The Silent Sun

The Silent Sun a été lancé par Decca en février 1968. Le magazine The Musical Express a qualifié celle-ci d’une chanson avec plusieurs facettes et beaucoup de profondeur mais un peu trop complexe pour la moyenne des fans.

Quand le premier simple a joué à la BBC, Mike était convaincu qu’ils étaient partis pour la gloire, ce qui ne fut pas le cas. Peter de son côté a convaincu les membres du groupe d’aller acheter des vêtements neufs, étant certain de recevoir une invitation à la populaire émission de la télé de la BBC, Top of the Pops.  Ce qui n’arriva pas.

Malgré l’intérêt de quelques stations de radio, la chanson n’a pas bien figuré au palmarès britannique.

Tony indiquera en entrevue plus tard que ce fut une bonne chose que le pastiche des Bee Gee’s n’ait pas eu de succès car le groupe aurait été fait prisonnier de ce style de musique par la suite.  Ils ont pu éventuellement repartir à zéro et développer leur propre style.

Autres essais et 2e simple

Genesis enregistra plusieurs autres chansons en mars 1968 qui n’impressionneront pas encore King (incluant Hey! I’m here, disponible sur le coffret archives du groupe).

Finalement un 2e simple sera lancé en mai 1968 avec les pièces A Winter’s Tale et One-Eye Hound du duo Banks et Gabriel.

On remarque que One-Eye Hound offrira un son plus sombre et plus rock avec des harmonies vocales qui seront utilisées davantage plus tard par Genesis.

Mike commençait à développer le son de guitare acoustique qui deviendra la marque de commerce des premiers albums de Genesis. Tony jouera avec beaucoup plus d’assurance sur les 2 faces du simple.  Malgré des critiques positives, ce 2e simple laissera à nouveau les britanniques dans l’indifférence.

King garde la foi!

Malgré tout, King continue à croire en ses jeunes poulains et décide de produire leur premier album : From Genesis to Revelation.  Mais cela ne se fera pas sans changements dont l’arrivée d’un nouveau batteur.

 

À suivre…

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF : MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

To Top