Chroniques

Fin du Genesis classique

We Know That We Like Genesis #38
Une série sur toutes les époques de ce groupe chéri des Québécois
Publié le 18 novembre 2021

 

Par André Thivierge

The Lamb en Europe

Après avoir offert plusieurs concerts de The Lamb Lies Down on Broadway (The Lamb) en Amérique du Nord, Peter Gabriel, Tony Banks, Phil Collins, Steve Hackett et Mike Rutherford entreprennent la portion européenne de la tournée.

En février 1975, la tournée de The Lamb se poursuit en Europe débutant à Oslo au Danemark suivi de plusieurs villes allemandes, portugaises et espagnoles.

On note que le spectacle à Turin en Italie le 25 mars est le cadre d’une confrontation entre les fans et la police.  Le London Times rapporte ce jour-là que « la police a lancé des gaz lacrymogènes sur un groupe de jeunes gens essayant d’avoir accès à un spectacle du groupe rock Genesis au Palais des sports de Turin.  Plusieurs policiers et émeutiers ont été blessés. »

Même si les membres du groupe tentaient de garder la nouvelle du départ de Peter sous le radar, on sentait en entrevue avec le magazine Zig Zag accordée pendant la tournée The Lamb qu’ils étaient malheureux.  Tony y indiquait que « nous essayons de faire ressortir que nous travaillons en groupe et c’est difficile.  La plupart de la visibilité que recueille le groupe est sur Peter, mais nous voulons être reconnus comme un groupe de cinq personnes plutôt qu’un soutien pour un chanteur. »

Mais ce qui irritait le plus Mike, Steve, Phil et Tony, c’était la croyance que Peter écrivait la plupart du matériel du groupe.

La presse européenne renoue avec Genesis

Un spectacle parisien le 3 mars 1975 avait été organisé pour promouvoir la vente de billets pour les spectacles britanniques en avril auprès des journalistes.

Max Bell du magazine Musical Express a indiqué à ses lecteurs que « je n’ai jamais vu ou entendu un groupe qui a eu l’accueil de Genesis ce soir-là. La concentration soutenue demandée aux spectateurs pour suivre le spectacle rend la performance encore plus remarquable. Une heure et demie de brillance pour le meilleur groupe à performer sur scène. »

Chris Welsh, un habitué du groupe était aussi dithyrambique dans le Melody Maker. « Genesis est maintenant au sommet de son pouvoir créatif et de sa performance. Cela leur a pris des années de travail pour atteindre leur plein potentiel et cela n’a pas fini de s’améliorer. » Les musiciens gardaient au strict minimum les entrevues pour ne pas révéler leur grand secret.  Peter a quand même dit à Max Bell, « je vais te dire quelque chose. Nous n’allons pas continuer à être un groupe longtemps. Nous allons nous auto-détruire avant de terminer notre course. »

Genesis de retour devant son public britannique

La tournée de Genesis a atteint le public britannique à la mi-avril alors que le groupe a joué à l’Empire Pool à Wembley.  Un signe de l’importance grandissante du groupe sur la scène musicale britannique, le spectacle a fait l’objet d’un reportage dans le London Times. Le quotidien a encensé le groupe indiquant que « la jeunesse britannique était prête à s’intéresser à de la musique beaucoup plus compliquée que celle des Bay City Rollers. »

Le spectacle en avril au Wembley Empire Pool a été diffusé par la BBC en version réduite d’une heure. Il s’agit d’un des spectacles qui a fait l’objet du plus d’enregistrements pirates (bootleggs).

Le dernier simple de Peter avec Genesis est lancé

Genesis a lancé en avril 1975 The Carpet Crawlers comme deuxième simple extrait de l’album The Lamb. Il s’agit du dernier simple du groupe avec Peter.  Malgré une publicité intensive dans les magazines, la chanson n’a pas eu de succès sur les palmarès britanniques et américains.

Dernière apparition publique de Peter avec Genesis

La formation classique de Genesis a offert sa dernière conférence de presse publique en avril 1975 à l’hôtel Savoy de Londres. Charisma a offert une réception pour souligner le disque d’or de The Lamb. Peter y apparait serein avec un veston où il a épinglé des billets de livres anglaises.

Une des dernières photos du groupe des cinq montre un Peter qui semble soulagé et sur le point de faire ses aurevoirs au public. Les autres semblent calmes et sereins, prêts à affronter l’avenir incertain qui les attends.

Le premier signe de ce qui s’en venait après Peter est venu avec la sortie en avril 1975 de la compilation Beyond an Empty Dream sur Charisma avec la pièce Take This Heart, un hymne moderne écrite par Mike avec Anthony Phillips.

C’était un enregistrement en spectacle mettant en vedette la chorale Charterhouse Society. Phillips a inclus la pièce plusieurs années plus tard sur son album Seventh Heaven avec Andrew Skeet.

Dernière portion de la tournée

Après quelques dates en Angleterre, le groupe était prêt à compléter la dernière partie de sa tournée sur le continent européen.  Steve se souvient que le groupe commençait à être très fatigué.  « Nous étions épuisés à mort.  On était verts, comme des morts vivants. Nous perdions notre chanteur.  Nous avions une dette de 220 000 livres (400 000 $ CAN).  C’était une période déprimante.  Heureusement que nous avions un public de plus en plus enthousiaste.  The Lamb était devenu un hit. »

Peter était réticent à retourner sur le continent mais il a accepté car cela permettait au groupe de rembourser sa dette.  Il se sentait coupable de laisser Genesis au moment où ils devenaient très populaires.

Offrant des signes clairs de fatigue et incapables de changer l’approche du concert, les membres du groupe ont commencé en avril à laisser tomber la tension en offrant des variantes en rappel.  On a entendu Watcher Of The Skies à trois reprises (Paris, Badalona et Annecy) et The Knife à Bruxelles et à Liverpool.

Une finale inattendue en France

Selon Mike, « le dernier concert devait avoir lieu à Toulouse en France mais il fut annulé au dernier moment parce que le nombre de billets était insuffisant.  L’avant-dernier spectacle est ainsi devenu le dernier, et une heure avant le concert, nous avons appris que ce serait notre dernier spectacle avec Peter, c’était très étrange. »

Peter a joué son dernier spectacle avec Genesis le 22 mai 1975 à Besançon en France.  Il a reconnu ce moment de manière très cryptique.  Alors que le public ne réalisait pas ce qui se passait, il a joué The Last Post au hautbois, un hymne habituellement réservé au Jour du souvenir.

Steve se souvient du dernier soir avec Peter : « Je me souviens très bien de Besançon.  On a appris peu avant le spectacle que le dernier concert qui devait être à Toulouse avait été annulé faute de ventes suffisantes. On a alors réalisé que ce serait notre dernier soir avec Peter.  Un grand sentiment de tristesse nous a envahis mais aussi un énorme soulagement car nous étions épuisés, tant physiquement qu’émotivement. »

Ce même soir, Tony se souvient qu’en plus de ce sentiment de fin, un des membres de l’équipe pensait que ce serait amusant de faire une blague.  « Nous avions un faux Peter qui apparaissait sur la scène habituellement en fin de spectacle.  Au lieu de cela, un des roadies est monté sur scène, nu pour remplacer le faux Peter.  Ce ne fut pas très plaisant. »

Peter se souvient : « Après le dernier spectacle, je suis rentré dans ma loge très déprimé, et frustré de ne pas avoir été capable d’annoncer au public que c’était mon dernier concert. Je ne pouvais pas le faire si je voulais donner au groupe sa propre chance. Je devais garder cela pour moi et faire face à un certain nombre de critiques. J’avais l’impression d’être le Judas.

Quel avenir pour Genesis ? 

Phil, quelques jours avant le dernier spectacle indiquait au Melody Maker que le groupe prendrait une longue pause après la tournée de The Lamb. « Steve a commencé à travailler sur un album solo. Mike en fait un avec Anthony Phillips. Tony a été approché par Tony Stratton-Smith pour faire un album orchestral de chansons de Genesis. Espérons que tous les albums solos sortiront en même temps et les gens seront très surpris du résultat. »

Aucun de ces projets n’étaient liés au groupe.  Est-ce que Genesis survivra au départ de son leader ? 

À suivre !

BANNIÈRE: THOMAS O’SULLIVAN
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
ÉDITEUR: GÉO GIGUÈRE

Si vous songiez à appuyer notre site, c’est maintenant, c’est ici. Chaque contribution, qu’elle soit grande ou petite, aide à notre survie et appuie notre avenir. Appuyez Famille Rock pour aussi peu que 5 ou 10 $ – cela ne prend qu’une minute. Merci  !

Click to comment

Laisser un commentaire

Populaires

To Top
%d blogueurs aiment cette page :